L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Exercice de Darmanologie

2027 : Gérald Darmanin forge sa nouvelle machine de guerre

DailyUne Par | 08 septembre 2022

La transformation annoncée par Gérald Darmanin de Vive Tourcoing ! en parti politique ne laisse pas de susciter des interrogations. Pourquoi se cantonner sur un périmètre local alors que les ambitions du ministre de l’intérieur sont clairement affichées hexagonales ? Eléments de réponse.

Cet extrait vous est offert par DailyNord. Pour lire l'intégralité de l'article, il faut être abonné...

Pas encore abonné ?

Découvrez nos différentes formules d'abonnement (à partir de 5€ /mois) et soutenez un média indépendant et de région !

Je m'abonne à DailyNord

Déjà abonné ?

Merci de vous identifier afin de poursuivre votre lecture !

Bonjour ,

Vous êtes bien connecté à DailyNord, mais votre a expiré le .

N'hésitez pas à le renouveler pour avoir à nouveau accès à notre contenu payant.

Je renouvelle mon abonnement

Nous avons déjà analysé l’initiative quelque peu insolite (ICI). Au gré d’un quinquennat qui ne manquera de rebondissements ni d’opportunités pour tenter sa chance, il sera toujours temps pour Gérald Darmanin de changer de nom et d’appeler son micro-parti Vive la France ! Est-ce vraiment une boutade…Ainsi doté d’une nouvelle envergure, le mouvement pro-Darmanin prendrait son essor pour plonger dans la bataille de 2027.  » D’autant plus que Renaissance est en pleine restructuration, les satellites autour du parti-amiral Renaissance (NDLR : l’ex-La République en Marche) prennent leurs marques « , analyse ce membre de la majorité présidentielle. La tâche de Stéphane Séjourné, son ordonnateur, s’annonce pavée d’oursins. Disposer d’un parti à sa dévotion tout en restant dans l’espace présidentiel est une formule éprouvée qui ne pouvait que satisfaire le ministre de l’intérieur. De la très chevènementiste Refondation républicaine à la philippiste Horizons, en passant par Renaissance, le parti radical ou le MoDem pro-Bayrou, il faudra probablement un jour adjoindre la création de l’ancien maire de Tourcoing. En politique madré, biberonné au sarkozysme, son prédécesseur Place-Beauvau auquel on le compare volontiers pour sa propension à monopoliser l’attention, le jeune presque quadra qui vient d’inaugurer sa deuxième paternité attend son kairos.

 » Darmanin a perdu sa ville »

En attendant, Vive Tourcoing ! occupe l’espace de ce Darmaninland, soit la Cité du Broutteux et ses communes limitrophes, toutes tenues par des fidèles de l’ancien maire qui a légué son fauteuil majoral en régence à Doriane Bécue, première vice-présidente du conseil départemental du Nord – sa binôme va co-présider la structure Vive Tourcoing ! Dans les rangs de l’opposition, on fait observer que la liste sur laquelle figurait Gérald Darmanin aux municipales de 2020 agglomérait des LR, d’ex-PS, des LREM, des radicaux, ou des divers droite. Alors que d’autres, dont lui-même en queue de liste, figuraient sur la formation emmenée par le marcheur Laurent Pietraszewski aux régionales de 2021 – sortie dès le premier tour. Il s’agit donc de perpétuer le message d’œcuménisme politique déployé lors des municipales et qui colle avec celui de la majorité du chef de l’Etat. Et d’envoyer un message à ses administrés pour ne pas laisser se dénouer les fils de la confiance. « Darmanin a perdu sa ville« , persifle cet adversaire qui pointe le score de juin du ministre sur Tourcoing intra muros. Certes réélu, mais minoritaire dans sa ville et supplanté par la candidate NUPES ! Et la gauche radicale ne lui passe rien en tant que premier flic de France balloté par les rocambolesques tribulations du Stade de France et de l’affaire de la vraie-fausse expulsion de l’imam Iquioussen (notre analyse ICI).

Il y a un autre signal. En rappelant ses racines locales, Gérald Darmanin appuie sur la manette Métropole européenne de Lille – son irruption au conseil départemental du Nord dont il démissionne visait autant à ouvrir une perspective de carrière qu’à consolider ses marques sur la 10 ème circonscription et à prévenir toute mauvaise surprise (notre analyse). « Il ne restait qu’une heure ou deux à chaque séance. Il a compris que ça se retournerait contre lui » susurraient ses proches – nombreux au sein de l’établissement (nos informations). Il l’a expliqué ces jours-ci, Damien Castelain, le patron de la MEL, lui a demandé de rester siéger dans l’assemblée en tant que ministre et « relais » au gouvernement*, et les deux hommes sont tombés d’accord. Une marque de sympathie réciproque presque incongrue alors que l’intéressé avait poussé la candidature du maire de Mons-en-Baroeul, le divers gauche Rudy Elegeest en juillet 2020 à l’occasion du renouvellement de l’hémicycle. Contre celle de Damien Castelain, facile vainqueur (notre article). Et dans le groupe Métropole avenir de la MEL, dominé par les élus Tourquennois et voisins, le ministre engrange les allégeances jusqu’aux élus lillois d’opposition (Renaissance, Horizons et MoDem) et de Roubaix, suspendue aux mésaventures judiciaires du maire (notre article).

Dernière remarque. La concurrence est désormais actée avec son ancien compère Xavier Bertrand, le président Les Républicains des Hauts-de-France dont il fut jusqu’en 2017 un vice-président aux transports. Les deux personnalités – qui se connaissent depuis plus de quinze ans – évoluent sur des planètes concurrentes et ont déjà rompu des lances (relire nos analyses ICI et ICI). Fixé sur un agenda politique fourni, l’ancien mentor du premier flic de France baptise le 1 er octobre prochain depuis son berceau de Saint-Quentin sa nouvelle rampe de lancement électorale au moment où le parti LR se cherche un nouveau leadership. Tourcoing, Saint-Quentin,…la politique est une affaire de fief que l’on agrandit en pré carré puis en royaume.

  • *L’agglomération lilloise, donc la MEL, ne compte plus qu’un seul ministre après les défaites de Laurent Pietraszewski sur la 11 ème du Nord (Lille-Lomme-Armentières) et les avatars de justice d’un Alain Griset (nos informations). On conviendra que le Garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti, longtemps avocat au barreau de Lille, n’est plus vraiment du cru, qui plus est non élu.

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES LÉGISLATIVES

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX FUTURES LÉGISLATIVES 2022 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

NEWSLETTER DAILYNORD

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les + lus