L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

L'art et la manière

Ivan Renar aurait pu être maire de Villeneuve d’Ascq

Textos Par | 01 juin 2022

Paradoxe : Villeneuve d’Ascq qui n’eut jamais d’élus direct au parlement français y accueillait pourtant deux sénateurs en résidence. A Ascq, le sénateur centriste maire de Roubaix, André Diligent, et à Flers, Ivan Renar sénateur communiste, né à Roubaix et décédé le 29 mai 2022. Mais l’itinéraire de ce dernier recelait d’autres curiosités.

Cet extrait vous est offert par DailyNord. Pour lire l'intégralité de l'article, il faut être abonné...

Pas encore abonné ?

Découvrez nos différentes formules d'abonnement (à partir de 5€ /mois) et soutenez un média indépendant et de région !

Je m'abonne à DailyNord

Déjà abonné ?

Merci de vous identifier afin de poursuivre votre lecture !

Bonjour ,

Vous êtes bien connecté à DailyNord, mais votre a expiré le .

N'hésitez pas à le renouveler pour avoir à nouveau accès à notre contenu payant.

Je renouvelle mon abonnement

Longtemps, beaucoup de ses voisins l’ont ignoré, Ivan Renar, sénateur du Nord pendant 26 ans résidait à Villeneuve d’Ascq, dans le quartier de la Cousinerie où il s’était installé dans un lotissement de la ville nouvelle d’une commune qui aurait pu sceller son destin politique mais qui s’est refusée à lui.

Jeune permanent du parti communiste envoyé à la conquête de l’est de la métropole, tête d’une liste d’union populaire en 1971 arrivée loin devant les socialistes , juste après la création de la ville de Villeneuve d’Ascq qui réunissait Ascq, Annappes et Flers, il devait en toute logique prendre la tête de la liste d’Union de la Gauche en 1977 et profiter du formidable élan donné par le programme commun signé entre les frères ennemis de la gauche, le PS et le PCF. Ce devait être la seule ville que les communistes pouvaient revendiquer. Tout laisse à penser qu’ils l’auraient obtenu et qu’Ivan Renar en serait devenu le maire communiste. Las ! une querelle locale dans l’équipe municipale obligea à des élections partielles en 1976 qui ouvrirent la carrière de Gérard Caudron. Se déroulant pour la dernière fois sous le régime des villes de moins de 30 000 habitants, elles permettaient à chacun de partir sous sa bannière et aux socialistes de prendre le leadership. 

Il dut se résigner au destin d’un leader du groupe communiste à l’intérieur du conseil municipal dont il devenait l’adjoint à la culture. La culture ? il était tombé dedans tout petit puisque son père avec lequel il ne vivait pas était mêlé à un mouvement artistique fécond « le groupe de Roubaix » qu’il accueillait dans sa galerie. C’est dans le « garage Renar » que s’exposèrent les Van Hecke, Hemery, Roulland, Leroy, Dodeigne qui continuent d’être célébrés au musée de la piscine. 

A Villeneuve d’Ascq, son action fut féconde. Dans une ville alors désargentée, il réussit à imposer l’obligation culturelle qui est resté longtemps sa marque de distinction et put ainsi stabiliser la Rose des Vents, une structure qui pouvait apparaître alors mort-née. C’est dans le mandat suivant qu’il devint le leader des communistes au conseil municipal de Lille et à la communauté urbaine, ne refusant rien pour accrocher contre vents et marées son groupe à la majorité de l’intercommunalité dominée par Arthur Notebart. 

En parallèle, Ivan Renar sera propulsé vice-président de la région Nord-Pas-de-Calais. Il reçut la délégation de la recherche scientifique dont il réussit à faire avec quelques complices universitaires une priorité d’objectifs et bientôt d’actions. Avant de devenir vice-président à la culture.

Sénateur du Nord dès 1985, il s’éloigna un peu des responsabilités régionales jusqu’à devenir en mars 2 000 un pressenti ministre de la fin du quinquennat de Lionel Jospin. Plutôt que « secrétaire d’état au patrimoine et à la décentralisation culturelle » – qui échut à son coreligionnaire Michel Duffour – il se contenta de garder son mandat de sénateur, recevant pour quelque temps l’image de « celui qui avait refusé d’entrer au gouvernement ». Son plus bel ouvrage est probablement cette loi créant les établissements publics de coopération culturelle, qui encadre la plupart des initiatives culturelles locales, et co-signée avec son collègue le député de Tourcoing Christian Vanneste, figure revendiquée de la droite intransigeante. Preuve tangible d’un esprit éclectique qui savait surmonter les clivages.

Prenant discrètement ses distances avec le parti communiste, il présenta tout de même une liste dissidente aux élections sénatoriales de 2011, puis se replia sur ses responsabilités culturelles régionales. Le Fresnoy à Tourcoing, qu’il porta à bout de bras en compagnie du directeur Alain Fleischer, l’Orchestre National de Lille qu’il préside pendant près de 30 ans composant un véritable binôme avec le chef Jean-Claude Casadesus, et qu’il accompagna dans les auditoriums et sur les scènes du monde entier, le musée d’art moderne de Villeneuve d’Ascq,(devenu le LaM) où, aux côtés de Jean-Michel Stievenard qui le présidait alors, il occupe la responsabilité de la commission artistique. Sa dernière contribution fut d’accompagner Lille 3 000 comme président de l’association-support.

Jean-Michel Senave

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

NOTRE DOSSIER LÉGISLATIVES 2022

INFORMATIONS ESSENTIELLES, STRATEGIES, ANECDOTES, DÉCRYPTAGES, PORTRAITS, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES DES DERNIERES LÉGISLATIVES 2022 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

NEWSLETTER DAILYNORD

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les + lus