L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Restons simples !

La solution-miracle pour sauver le Biotope de la Métropole européenne de Lille

Textos Par | 24 janvier 2020

Cet extrait vous est offert par DailyNord. Pour lire l'intégralité de l'article, il faut être abonné...

Pas encore abonné ?

Découvrez nos différentes formules d'abonnement (à partir de 5€ /mois) et soutenez un média indépendant et de région !

Je m'abonne à DailyNord

Déjà abonné ?

Merci de vous identifier afin de poursuivre votre lecture !

Depuis plusieurs mois, les services de la MEL planchent sur l’hypothèse de loyers qui seraient perçus par l’établissement, une fois les bâtiments achevés, Biotope 1 et Biotope 2, et sous réserve de loger tous les salariés dans les bâtiments, autre source d’inquiétude sinon de fronde syndicale*. Le Biotope 2 est encore un projet sur le papier et sa configuration n’est pas définitive (relire). Le Biotope 1 n’en finit pas de faire couler de l’encre et son économie tant financière que technique est une cible pour les opposants qui en font leurs choux gras dans l’hémicycle (relire). On équilibrerait le Biotope 1 loué par la MEL au constructeur (groupe Bouygues) par des loyers perçus par le Biotope 2, propriété de la MEL ! Curieuse solution qui ne se distingue pas par sa simplicité ni par son homogénéité juridique et économique. Un jeu de passe-passe qui souffre le reproche de la stratégie financière souvent brandie par les détracteurs au détriment de l’approche patrimoniale, jugée plus prudente. Et cette nouvelle lecture du projet de nouveau siège ne lève certes pas toutes les nombreuses incertitudes pointées par la CRC et reprises par les opposants.

Mais l’enveloppe n’est pas négligeable puisqu’elle atteint, selon plusieurs projections évoquées en groupes de travail, les 17 millions sur 15 ans. Une rentrée d’argent frais capable de trouver un nouvel équilibre financier au dispositif actuel et de clouer les critiques. Faut-il y croire ? La Chambre régionale des Comptes ne s’est pas penchée sur l’idée puisque celle-ci n’était pas actée par les instances de la MEL. Et se concentre sur l’argument d’un surcoût estimé de 41 millions d’euros sur 36 ans, une norme couramment admise, contre la solution retenue par la MEL de 62 millions d’économies sur 18 ans, comme le démontre le vice-président aux finances Alain Bernard.
Mais si on considère la séquence de 36 ans retenue par la CRC pour son évaluation, (contre celle de 18 ans utilisée par les critiques du Biotope 1), les recettes perçues par les loyers seraient multipliées par 2,3 “ se félicite-t-on à la MEL. Et l’emplacement à la principale entrée de Lille garantit une demande importante. “Curieusement, l’argument des loyers salvateurs est parfois nourri par certains qui critiquent le programme actuel“. Allusion à la proposition du groupe Métropole communes unies de rebattre complètement les cartes et d’envisager un nouveau bâtiment en lieu et place de celui en cours d’inauguration qui serait alors destiné à la sous-location (relireDailyNord). Décidément, les protagonistes rivalisent d’imagination. De là à les retrouver d’accord…
Doit-on être optimiste quant à une issue favorable de ce dossier qui empoisonne – avec d’autres – la fin de la mandature Castelain ? Ce dernier aura beau jeu de rechercher un compromis avec la nouvelle majorité sortie des urnes et sur la base de ces nouvelles options après les élections municipales. A condition de retrouver lui-même grâce auprès de ses pairs et de s’asseoir dans le fauteuil de président.

* Extrait du tract de la CGT de l’établissement distribué ce vendredi à l’occasion des voeux au personnel tenus dans le Biotope : “La remise en cause des frontières entre vie privée et vie professionnelle : l’esbroufe du « vivre ensemble » dans « notre Mel », la « novlangue » utilisée pour rendre plus acceptables les reculs en termes de conditions de travail (place du village, fabrik, corner coffee…),..(…)…Dernier étage de la fusée, malgré les nombreuses affaires et gardes à vue qui ont marqué le mandat, une dérive totalitaire des procédures disciplinaires et une répression syndicale sans précédent ! Messieurs Castelain et Cassette (NDLR : le directeur général des services), pour vos vœux, vous allez devoir être convaincants !” Outch ! Il est vrai que le soulèvement social contre la réforme des retraites qui entre dans sa phase parlementaire aiguise les esprits.

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES MUNICIPALES 2020

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX MUNICIPALES 2020 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

Abonnez-vous à notre newsletter

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie

AR2L - Agence Régionale du Livre et de la Lecture