L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Anti-syndrome de Stockholm

Lille : Violette Spillebout recadre le chef de l’opposition Jean-René Lecerf, accusé d’allégeance à Martine Aubry

Textos Par | 05 octobre 2019

La candidate LAREM à la mairie de Lille n’a pas apprécié le commentaire de Jean-René Lecerf, l’ancien candidat au beffroi en 2014, alors UMP, qui stigmatisait son opportunisme cette semaine en des termes peu flatteurs :

Cet extrait vous est offert par DailyNord. Pour lire l'intégralité de l'article, il faut être abonné...

Pas encore abonné ?

Découvrez nos différentes formules d'abonnement (à partir de 5€ /mois) et soutenez un média indépendant et de région !

Je m'abonne à DailyNord

Déjà abonné ?

Merci de vous identifier afin de poursuivre votre lecture !

Violette Spillebout mange la main qui l’a nourrie“, déclarait en substance le président du conseil départemental du Nord, pointant ainsi le revanchisme supposé qui anime la prétendante envers Martine Aubry dont elle fut la directrice de cabinet. Il a déjà prédit une “campagne haineuse”. Je ne laisserai salir ni mon histoire ni mes convictions” réplique Violette Spillebout, qui considère les propos insultants et directement dirigés contre elle-même.
Ce n’est pas parce que un promoteur a reçu un permis de construire ou parce que un président d’association a reçu une subvention qu’il doit allégeance la personnalité politique qui l’a décidé“, reprend-elle. Allusions au grand programme du Nouveau Forum (relire notre article) à Lille, qui doit abriter le nouveau siège du conseil départemental, ou à celui de la rénovation du Musée d’Histoire naturelle, appuyé par le conseil départemental à hauteur d’un million d’euros (et qui fera l’objet d’une mesure hier en conseil municipal). Bon, la campagne de Lille est entrée dans le dur.

Dans ce communiqué cinglant, Violette Spillebout tient à préciser qu’elle a quitté le cabinet de Martine Aubry il y a six ans sur fond de désaccord quant à la politique de santé, d’éducation et d’environnement alors qu’elle pouvait entamer une carrière d’élue auprès d’elle. Donc bien avant son ralliement à LAREM en 2017, a fortiori son entrée en campagne il y a un an après le forfait de Christophe Itier. “Qui peut donner crédit aux propos d’un élu d’opposition à Lille, élu sur une étiquette LR (aujourd’hui divers droite) en 2014 ayant quitté sa formation politique pour enfin appeler avant la fin de son mandat à voter pour le maire sortant (NDLR : Martine Aubry), tout en ayant en l’espace de deux à trois mois soutenu deux à trois candidats différents”.

Vendredi,lors du conseil municipal de Lille, le président du conseil départemental du Nord a déroulé une nouvelle fois ses affinités avec la maire de Lille, qu’il couvre d’éloges depuis plusieurs mois et pas seulement dans les conseils municipaux .”Je ne ferai rien sans l’approbation de la mairie de Lille” au sujet d’un programme d’urbanisme. Certains souriaient à l’évocation du syndrome de Stockholm dont semble victime le challenger de Martine Aubry battu en 2014 : ” Le voilà, le président du comité de soutien à Martine Aubry…“, ironise un observateur. ” Non, directeur de campagne…“, reprend un autre. Ainsi visé, Jean-René Lecerf, qui avait soutenu la candidate évincée Valérie Petit pour l’investiture LAREM, ne devrait pas rester les bras croisés.

Hier au conseil municipal de Lille, une trentaine de supporters, élus – on a remarqué la présence de Nicolas Lebas, le maire UDI de Faches-Thumesnil, bientôt démissionnaire de sa commune-, militants de partis alliés et compagnons de route de LAREM étaient venus en soutien de la formation du groupe Faire Respirer Lille (relire notre article). Julien Poix et Elodie Cloez, le tandem de la France Insoumise pour les municipales lilloises étaient également présents. Vendredi soir, il y avait beaucoup de candidats dans le conseil et autour de ce dernier. Une séance qui a entériné la division du MoDem lillois. En réponse à l’investiture comme chef de file à Lille de Vanessa Duhamel par le ModeM, proche de LREM, Martine Aubry élève au rang d’adjoint – à la qualité architecturale – Didier Joseph-François, élu sur sa liste en 2014. Le vote démocrate-chrétien et centre droit pèse toujours dans la capitale des Flandres. Mais en faveur de qui ?

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

1 Commentaire

    Réagir à cet article

    La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

    POLITIQUE

    EN ROUTE VERS LES MUNICIPALES 2020

    INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX MUNICIPALES 2020 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

    Abonnez-vous à notre newsletter

    Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

    Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

    Les tops DailyNord

    Les Livres avec Eulalie