ARCHÉOLOGIE

Petite histoire Par | 12H00 | 17 juin 2019

Quand Amiens était au coeur de l’affaire des Grotesques

En 1987, Amiens s’est retrouvée au coeur d’une invraisemblable histoire de faux en archéologie. Un mini-Glozel dont on parlera jusqu’au Japon.

Dans les Nouvelles de l’Archéologie (que l’on peut lire ici), Tahar Ben Redjeb exposait déjà ses doutes.

Fin juillet 1987 à Amiens, qui n’est pas encore dans les Hauts-de-France. Tout près du forum de la ville antique, une équipe d’archéologues, sous la houlette de Tahar Ben Redjeb, procède à des fouilles sur le chantier des Jacobins. Soit 2 000 mètres carrés de ratissage, du classique dans la carrière d’un enquêteur du passé… qui va se transformer en une extraordinaire affaire.

Cet extrait vous est offert par DailyNord. Pour lire l'intégralité de l'article, il faut vous abonner (5 euros par mois) : pour vous abonner, cliquez ici.

Si vous êtes déjà abonné, vous pouvez vous identifier :

Pour toute question concernant l'abonnement (tarifs, fonctionnement, comment faire si je suis une collectivité, etc), n'hésitez pas à nous écrire à abonnement(at)dailynord.fr

 

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Abonnez-vous à notre newsletter

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie

Contacter la rédaction

Ça se passe par là