L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

COUP DE COEUR

Les livres avec Eulalie Par | 06H21 | 08 février 2019

La Chouette librairie déploie ses ailes à Lille

Après dix ans d’expérience dans différentes librairies, Hélène Woodhouse a lancé son propre établissement, en plein coeur de Lille. La Chouette librairie a ainsi ouvert ses portes début novembre, avec une offre généraliste.

© Élodie Soury-Lavergne

La Chouette librairie vient de déployer ses ailes, à deux pas du centre-ville de Lille. Située rue de l’Hôpital militaire, dans un local fraîchement rénové, cette nouvelle librairie généraliste est prête à prendre son envol. « Je trouvais ça dommage qu’il n’y ait pas de librairie généraliste dans le centre de Lille », sourit Hélène Woodhouse, fondatrice et gérante de cet établissement. Après une expérience de dix ans en tant que libraire, la jeune femme a donc décidé de se lancer. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle ne manque ni de courage, ni d’ambition, pour relever ce défi.

C’est à Londres, il y a une dizaine d’années, que l’aventure de la Chouette librairie a en quelque sorte démarré. À l’époque, Hélène Woodhouse rencontre par hasard la personne qui vient de reprendre la librairie française La Page. Elle se fait embaucher en tant que libraire, un métier qui va très vite devenir une véritable passion. Après cette première expérience, qui durera cinq ans, la jeune femme travaille un temps pour la librairie des Pertuis, sur l’Île-d’Oléron, avant de rejoindre la librairie lilloise Le Bateau Livre, où elle restera trois ans en tant que responsable du secteur littérature et sciences humaines. « L’idée de reprendre une librairie ou d’en créer une me trottait dans la tête depuis un moment », raconte-t-elle. C’est finalement pour la création qu’Hélène Woodhouse a opté, même si elle reconnaît que cette idée lui faisait un peu peur. « Lancer une librairie, c’est beaucoup d’angoisse. Lors de l’ouverture, tout n’était pas prêt… Mais c’est aussi une formidable aventure, avec la possibilité de créer un lieu qui me ressemble vraiment, de constituer mon fonds… », sourit-elle. Pour ouvrir les portes de sa librairie en novembre dernier, la jeune femme a dû travailler sans relâche. Quelque 18 mois ont été nécessaires pour passer de l’idée à la réalisation. L’aventure se révèle particulièrement chronophage, entre les nombreuses démarches administratives et la visite d’une vingtaine de locaux, avant de trouver enfin le lieu idéal, qui s’étend sur 65 m². Sans compter les travaux qu’il a fallu réaliser pour rendre son cachet à ce lieu atypique, baigné de lumière, où flotte une légère odeur de bois. Pour mener ce projet de A à Z, la jeune libraire a pu compter sur de nombreux soutiens, de la part de l’Adelc, du CNL, de la Région Hauts-de-France, de l’association Libr’Aire, de la DRAC, de Nord Actif, d’ILMS et de la BGE.

Un objectif de 7 000 références
Hélène Woodhouse visait 7 000 références pour l’ouverture, mais elle sera finalement un peu en dessous de cet objectif. « Nous allons rattraper ce retard très vite », promet-elle. Côté sélection,
« je marche au coup de coeur », indique la libraire. Elle ajoute : « Nous mettrons autant en avant un livre sorti il y a dix mois, que le dernier Goncourt. Nous voulons pouvoir répondre à tout un chacun avec cette librairie : aussi bien au passant qui veut le roman dont tout le monde parle, qu’à celui qui cherche un roman pour les vacances, qui veut un conseil, qui recherche une littérature plus discrète, qui veut faire un cadeau… ». Pour l’épauler dans cette tâche, la libraire a déjà une salariée, Marion, qui a travaillé près de quinze ans pour la librairie Millepages, à Vincennes, spécialisée en BD et jeunesse. « Nous avons des profils complémentaires », se réjouit la jeune libraire.

Pour cette première année de fonctionnement, Hélène Woodhouse vise un chiffre d’affaires prévisionnel de 272 000 euros. « C’est faisable, tout en étant ambitieux », commente-t-elle, avant de lancer en riant : « Nous n’allons pas chômer… ». La Chouette librairie sera ouverte du mardi au samedi, de 10h à 19h. L’établissement aura également un site internet marchand et proposera des animations entre ses propres murs ou à l’extérieur. « Avec ces rencontres, nous essaierons de soutenir des thématiques contemporaines qui nous tiennent à cœur, comme le féminisme, la question du genre, les critiques de la société, l’univers du travail, la surconsommation, le développement durable, etc. », souligne la jeune femme.

Du soutien sur Ulule
« Avant l’ouverture, ceux à qui j’expliquais que j’allais créer une librairie me répondaient : c’est chouette », s’amuse la libraire. Quand il a été enfin question de trouver un nom à la librairie, son mari lui souffle que le mot « chouette » semble tout indiqué, puisqu’il revient si souvent. Ce sera donc la Chouette librairie. « Je voulais quelque chose d’enjoué, de positif et je suis ravie que cela
soit une suggestion de personnes extérieures. C’est une manière deles intégrer au projet », commente-t-elle. Une campagne de financement, menée avec succès sur le site de financement participatif Ulule, lui confirme que ce projet possède un fort capital séduction. « C’était une belle surprise. Nous avons atteint rapidement le deuxième palier en termes de don. Beaucoup de personnes du quartier se sont emballées pour ce projet et nous ont soutenues. Ce qui était important pour nous, c’était moins l’argent que le fait que les gens y croient », explique la libraire. Celle-ci a récolté 5 240 euros, auprès de 83 contributeurs, soit 131 % de son objectif minimum. Cette somme lui permet non seulement d’assurer le démarrage de la librairie dans de bonnes conditions, mais aussi de proposer davantage de textes édités par des maisons d’édition de création, « que nous avons très envie de défendre mais qui représentent un gros investissement en termes de trésorerie », souligne-t-elle. Cette campagne lui a aussi et surtout permis de constituer un premier réseau autour de sa librairie. Une inauguration est d’ailleurs prévue au printemps, avec les clients. Des gens chouettes, assurément.

Élodie SOURY-LAVERGNE

Article paru dans le n°28 de la revue Eulalie, publiée par l’Agence régionale du Livre et de la Lecture des Hauts-de-France.

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Les livres avec Eulalie

Bienvenue sur la page Les livres avec Eulalie, hébergée par DailyNord.

L'AR2L est une agence de coopération interprofessionnelle dédiée à la filière du livre, à la valorisation et au soutien à la création littéraire, ainsi qu'à la production éditoriale, à l'échelle régionale, nationale et internationale, dans la région Hauts-de-France. Plus d'infos sur Eulalie.fr, ar2l-hdf.fr , la page Facebook , le compte Twitter @ar2l

La page d'accueil des Livres avec Eulalie

A lire sur DailyNord

L’unique et le seul dictionnaire officiel du Nord – Pas-de-Calais

Retrouvez toutes les définitions du petit dico décalé du Nord - Pas-De-Calais

Le long de nos frontières disparues

Retrouvez le très très grand format de DailyNord

Commémorations de 14-18 : en fait-on trop ?

14-18 SE CONJUGUE À TOUTES LES SAUCES CES TEMPS-CI. RETROUVEZ NOTRE ENQUÊTE.

Pour ne plus jamais louper un excellent article de DailyNord