Les Mille Jours

Réflexions Par | 07H00 | 27 novembre 2018

Bilan de mi-mandat de Xavier Bertrand (2/2) : Un président de région décidément très régalien

Suite de notre radioscopie d’un Xavier Bertrand au milieu du gué (retrouvez la première partie ici). Dans ses starting-blocks, le président des Hauts-de-France ne lâche rien et déclenche sa petite musique quand résonnent les trompettes de ses adversaires désignés. Lui qui fustige les élites techno-parisiennes les scrute en permanence pour dénoncer l’Etat cynique. Et, pour faire entendre sa différence et montrer ses capacités, hausse le son et le ton face aux éminences des ministères quand ce n’est pas à Jupiter Macron lui-même. Intérieur, justice, industrie, territoires, transport, finances, quai d’Orsay,…Bertrand le créatif s’invente une nouvelle réputation. Un exercice complet de transformisme politique.

Si Xavier Bertrand est si présent sur les plateaux parisiens, c’est qu’il n’a pas rangé ses ambitions élyséennes. Capture d’écran France Inter.

Le couple impossible Métropole/Région. Il y a dix jours, les élites patronales de la métropole lilloise ont assisté à une grand-messe sur le développement économique et l’insaisissable ruissellement de la richesse produite vers les territoires délaissés. Le nouveau mantra de la MEL HelloLille peut-il se décliner plus loin que le territoire métropolitain fiché en haut d’une région agrandie ? En se côtoyant avec force prénoms et tutoiements, les deux présidents Bertrand et Castelain ont affiché une bonne volonté. Enfin ! Et maintenant les actes. L’aménagement régional a besoin d’un vrai cap. Et d’énergie. Une direction régionale pour l’aménagement et l’attractivité du territoire et un fonds de concours dédié aux communes avaient été promis. ” Ce n’est pas la métropole et puis rien“, avait-il lancé pour sa première prise de parole présidentielle.

Promesses tenues et promesses ténues. La Région Au Travail, scandait-il pendant sa campagne des régionales de 2015. 60 000 emplois en neuf mois, après sa prise de fonction un certain 4 janvier 2016, à peine 11 000 au compteur…Un “new deal régional” pour l’emploi, comme il le chantait dans son discours d’intronisation. C’est son sparadrap de capitaine Bertrand. Mais Proch’Emploi fonctionne à son rythme malgré les hémorragies sociales qu’il s’efforce de colmater face aux ministres en place (et avec l’aide des réseaux sociaux et de messages radiophoniques). Xavier Bertrand a été ministre du travail.

Cet extrait vous est offert par DailyNord. Pour lire l'intégralité de l'article, il faut vous abonner (5 euros par mois) : pour vous abonner, cliquez ici.

Si vous êtes déjà abonné, vous pouvez vous identifier par ici :

Pour toute question concernant l'abonnement (tarifs, fonctionnement, comment faire si je suis une collectivité, etc), n'hésitez pas à nous écrire à abonnement(at)dailynord.fr

 

1 Commentaire

  1. Il ya belle lurette que le FMI a demontré que la theorie du ruissellement ( les riches encore plus riches avec les baisses d’impôts dépenseraient beaucoup et favoriseraient le dvlpt economique ) ne s’est jamais verifiée dans les faits. C’est de l’infox.

    Créer 60000 emplois en 9 mois c’est du rêve sil’on considère la réalité des faits : en France 5 millions de chômeurs cherchent du travail tandis que l’économie peine à créer 190 000 créations nettes de postes de travail … Un tiers des creations dans les HdF, c’est complètement idiot d’annoncer de tels chiffres. Les stats ronflantes de M Bertrand ( son new deal!) ne tiennent pas la route.

    Battre le tambour pour annoncer des fakes news à savoir que les arenas et les stades de foot, de rugby, les JO créeraient des emplois est un mensonge ehonté. Comme celui de son ami Castelain qui a annoncé il y a un an dans la Voix du Nord que le Grand Stade avait eu 150 millions € de retombées economiques (!!) . Le journaliste de vdn ne verifie pas cette annonce tonitruante. Personne n’a vu un centime des « ces illusoires retombées «  Car ceux qui suivent l’affaire du Grand stade depuis le debut, savent que ce chiffre pharamineux vient d’une etude qui a été financé par l’UEFA … deux avant la construction du stade ! Aucune étude economique indépendante n’a été realisée à ce sujet et pour cause car on lit dans vdn que les resultats catastrophiques d ‘Elisa ( la société d’exploitation du Grand Stade créée pour protéger Eiffage en cas de crash) vont aboutir à des demandes de renegociation avec la Mel. En clair, nous allons payer la casse. Non seulement le stade n’a pa rempli les promesses de la Mel ou de la ville de Lille mais il obère d’autres projets plus sensés.

    La ruralité, personne ne sait ce que c’est . A part que c’est un ramassis de gens opposés à l’Etat, aux impôts, aux villes comme les electeurs de Trump au fin fond du Middle West . Les traditions de la ruralité ? Elles n’existent pas car ces «  nouveaux ruraux ont exactement le même mode de vie que les citadins (hypermarchés, telephones portables, voiture ( plusieurs ) , téloches. Ils n’aiment pas les refugiés même s’ils n’en voient pas un seul dans leur «  village » ripoliné où ils se plaignent de ne plus avoir de boulanger.

    La politique aventuriste de Percheron au conseil regional dont de larges subventions pour les stades de foot aboutit à 100 % d’endettement à 3,18 milliards € de dettes pour 3,3 MM de recettes. Autrement dit, les emprunts percheron coûtent une fortune au contribuable ( entre 100 et 150 M € de frais financiers par an) ; Personne ne semble realiser le danger de ce montant pharaonique sur l’avenir de la region surtout quand on nous annonce de nouveaux emprunts pour des arenas et les JO sans oublier le Canal Seine Nord

    On a droit evidemment aux mantras du canal Seine Nord dont toutes les etudes de Bercy signalent le danger puisque ce monstrueux projet exigeraient des emprunts colossaux. Du simple point de vue comptable, jamais une entreprise ne mettrait tous ses oeufs dans le même panier ! Dans ce projet, tout est basé sur des esperances de detournement de trafic jamais vérifiées d’industries où la rapidité des livraisons ( et donc du paiement de la facture) est un element essentiel de la rentabilité En clair, les stocks sur roues vont plus vite que sur une peniche qui poutpoute sur un canal 

    Tony Blair est cité comme l’inspirateur de M Bertrand . Or ce premier ministre ( Labour) est l’inventeur des contrats de partenariat public privé de sinistre memoire au Royaume uni ( hôpitaux du NHS desorganisés, accidents de train..)

    A suivre

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Abonnez-vous à notre newsletter

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie

Contacter la rédaction

Ça se passe par là