MAIS QU'EST-CE QU'ILS FONT ?

Réflexions Par | 08H32 | 27 avril 2018

Un an après l’élection de Macron : Les barons tournent en rond, Bienvenue au Bal des flous

Emmanuel Macron fête sa première année à l’Elysée et compte ne pas s’arrêter en si bon chemin. Pendant ce temps, on assiste à une étonnante séquence-torpeur chez nos élus. Depuis quelques semaines, la scène politique régionale semble encalminée dans une mer des Sargasses dominée par une léthargie inhabituelle. 2018, année intermédiaire sans élection majeure, n’explique pas tout. La politique nationale et internationale prend le pas sur les enjeux régionaux. On dirait que les barons de notre politique, dans un flou artistique, ont épuisé leurs munitions et peu savent prendre de la hauteur et retrouver le chemin des lumières. Ceux qui donnent de la voix prêchent dans une jungle de réseaux sociaux et de plateaux télé. Alors veillée d’armes ou antichambre de Morphée ? 

Gérald Darmanin en version floue. Photo floue : DailyNord.

Xavier Bertrand. Le président des Hauts-de-France croit-il encore en sa bonne étoile ? Cantonné dans un rôle de pompier de service, l’ex-ministre cherche la ligne de crête qui l’emmènera sur les sommets. Mais il a peut-être trop multiplié les préliminaires et abuse des ficelles de la com’ et de l’activisme à tout va qui confine parfois à la gesticulation et au bruit. Le mieux est l’ennemi du bien. Une étiquette sans étiquette est finalement risquée car on est peu identifiable et le bertrandisme n’existe pas encore. Le handicap de Xavier Bertrand est un déficit d’incarnation. Et clamer que “mon parti c’est ma région” renvoie à la question “de quoi Bertrand est-il le nom”  ? A vouloir jouer trop fin, on perd en épaisseur. Il veut être le seul recours contre ce Wauquiez droitier qui le déteste et rallier à lui le centre droit de Juppé et Raffarin, le centre béni de Bayrou et la gauche de gouvernement qui ne croit plus en la gauche d’avant. Et qui hésiterait, croit-il, à soutenir une nouvelle fois Emmanuel Macron. Question : que pèsera le bilan régional de Bertrand, même bon, contre celui national de Macron, même critiquable, candidat à sa réélection ?

Marine Le Pen. Attention risque d’hémorragie. Plus elle prend la parole dans les médias nationaux et plus on oublie qu’elle est élue dans la région. Marine Le Pen s’exprime toujours sur des enjeux nationaux et délaisse les dossiers régionaux. Le congrès lillois de mars dernier – avec le nouveau nom du parti – n’a pas convaincu.

Cet extrait vous est offert par DailyNord. Pour lire l'intégralité de l'article, il faut vous abonner (5 euros par mois) : pour vous abonner, cliquez ici.

Si vous êtes déjà abonné, vous pouvez vous identifier :

Pour toute question concernant l'abonnement (tarifs, fonctionnement, comment faire si je suis une collectivité, etc), n'hésitez pas à nous écrire à abonnement(at)dailynord.fr

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Abonnez-vous à notre newsletter

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie

Contacter la rédaction

Ça se passe par là