PORTRAIT

Petite histoire Par | 09H00 | 27 mars 2018

Philippe Froguel, Docteur diabète et Mister grande gueule

Il est l’un des chercheurs les plus réputés de France et compte placer Lille en capitale de lutte contre le diabète. Philippe Froguel est aussi un observateur de la vie de la cité, qui n’hésite jamais à donner son avis, parfois brut et sans concession (n’est-ce pas Martine Aubry ?). Portrait d’un scientifique qui s’est rêvé un instant député.

Coucou, c’est Philippe Froguel. Dans son domaine, cet homme est une star. Photo : DailyNord.

« A Londres, j’enseigne un Master en génétique, qui rapporte 500 000 euros à l’université ». Bam. Dans son bureau de l’EGID, élégant bâtiment en bardage acier sur l’aile ouest de l’austère hôpital Huriez de Lille, voici l’esprit de Philippe Froguel presque résumé en une phrase. Le bonhomme n’a pas sa langue dans sa poche, à peu près aucun tabou et adore provoquer.

Le grand public ne le connaît peut-être pas, mais Philippe Froguel est une véritable sommité dans son domaine. Ce diabétologue-généticien est à l’origine de plusieurs découvertes dans les domaines de l’obésité et du diabète depuis une trentaine d’années, notamment au niveau des gènes. Selon la bible du vingt-et-unième siècle, Wikipedia, il est même le chercheur le plus cité au monde pour ses travaux sur le diabète.

Entre la plage et Lille, il choisit le milieu “mafieux”

Son histoire se confond avec Lille depuis plus d’une vingtaine d’années, quand il fonde le groupe de recherche en génétique humaine UMR 8199 «Génomique Intégrative et Modélisation des Maladies Métaboliques». Pourtant, le bonhomme n’a rien à voir avec le Nord -Pas-de-Calais. Issu d’une famille qui oeuvre dans la confection “genre La Vérité si je mens“, il a fait ses études en région parisienne où il a commencé sa carrière comme chef de clinique en endocrinologie et maître de conférence en génétique. Il n’arrive dans la capitale des Flandres qu’en 1995. Rapport au nombre de diabétiques plus élevé qu’ailleurs (7% contre 4% dans le sud, aujourd’hui) ? Non, ça aurait très bien pu être Montpellier, l’autre destination que le CNRS lui avait proposé, rétorque le chercheur. Sauf que « là-bas, la première chose dont on m’a parlé, c’était la plage de Palavas-les-Flots. Comme je quittais Paris pour bosser, je suis venu à Lille. Où on m’a parlé boulot ». A l’époque, à l’entendre, il n’y découvre pas la chaleur humaine légendaire aux gens du Nord : « Je n’ai pas été super bien accueilli, c’était un peu dur. Vous savez, le milieu médical, c’est un peu mafieux, au sens des équilibres à ne pas bouleverser. Il y avait beaucoup de jaloux… Alors que je ne prenais la place de personne : il y avait zéro recherche sur le diabète dans la région où il y en a le plus ».

Deux décennies plus tard, certains ne l’aiment peut-être pas beaucoup plus, mais Philippe Froguel a désormais la légitimité pour lui.

Cet extrait vous est offert par DailyNord. Pour lire l'intégralité de l'article, il faut vous abonner (5 euros par mois) : pour vous abonner, cliquez ici.

Si vous êtes déjà abonné, vous pouvez vous identifier par ici :

Pour toute question concernant l'abonnement (tarifs, fonctionnement, comment faire si je suis une collectivité, etc), n'hésitez pas à nous écrire à abonnement(at)dailynord.fr

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Abonnez-vous à notre newsletter

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie

Contacter la rédaction

Ça se passe par là