MYSTÈRES ET BOULES DE GOMME

Réflexions Par | 08H50 | 05 mars 2018

Métropole européenne de Lille : une nouvelle affaire de documents modifiés ?

En matière d’urbanisme et de logement, les feuilletons sont légion. Après le dossier de la construction du Grand Stade de Lille où des mises en examen ont déjà été prononcées à la Métropole européenne de Lille, notamment pour faits présumés de faux et usage de faux, c’est le projet d’aménagement de la zone des Muchaux au nord-ouest de Lille, qui n’en finit pas de faire couler l’encre et d’agiter les conversations. Les deux dossiers ont quelques points de ressemblance…Recours à la pelle. 

À gauche, les Muchaux sont dans une zone protégée. A droite, on peut y construire un nouveau quartier.

La zone des Muchaux, ce sont 35 hectares de terres agricoles promis à l’aménagement entre Lambersart, Verlinghem et Saint-André-lez-Lille, en bordure la rocade nord-ouest. Un ambitieux projet de construction de plus de 400 logements et de résidences démarré en 2010 et maintes fois remanié et ajourné, ce qui en fait l’un des programmes les plus contestés de la métropole lilloise. La presse se fait régulièrement l’écho des rebondissements et les épisodes ne manquent pas. Recours techniques et avis défavorables s’enchaînent, de l’enquête publique à la commission de préservation des espaces agricoles en passant par l’autorité environnementale. Une pétition de riverains mécontents rassemble 1500 signatures. Et les doléances sont nombreuses. La contestation monte contre le projet du sénateur Les Républicains Marc-Philippe Daubresse, qui a porté le dossier sur les fonts baptismaux quand il était maire de la commune (il vient de transmettre son écharpe pour cause de cumul). L’élu maintient mordicus son idée de nouveau quartier dans sa ville  – que sa meilleure ennemie Martine Aubry freinait quand elle était aux manettes de la communauté urbaine de Lille avant 2014 – pour contrebalancer le manque de logements sociaux dans la ville, compenser une démographie en berne et ajuster une fiscalité réputée lourde. Il dénonce des avis partisans et des erreurs d’interprétation : même le commissaire-enquêteur de l’enquête publique a fait les frais des montées d’adrénaline. 

Le coup des ciseaux, de la gomme et du crayon…

Arc-boutés contre le projet, un collectif de citoyens soupçonne quelques bizarreries et autres tripatouillages.

Cet extrait vous est offert par DailyNord. Pour lire l'intégralité de l'article, il faut vous abonner (5 euros par mois) : pour vous abonner, cliquez ici.

Si vous êtes déjà abonné, vous pouvez vous identifier par ici :

Pour toute question concernant l'abonnement (tarifs, fonctionnement, comment faire si je suis une collectivité, etc), n'hésitez pas à nous écrire à abonnement(at)dailynord.fr

 

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Abonnez-vous à notre newsletter

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie

Contacter la rédaction

Ça se passe par là