Compteur à débloquer

Réflexions Par | 18H04 | 22 mars 2018

Autour de Sarkozy mis en examen, les grands élus des Hauts-de-France sont plutôt rares

Nicolas Sarkozy en garde à vue puis mis en examen, c’est l’occasion de voir qui sont les vraiment les sarkozystes jusqu’au bout des ongles, six ans après son quinquennat. Car s’il reste des sarkolâtres dans la région, d’autres s’en sont clairement éloignés.  Ou sont désormais plus prudents.

En 2007 et 2012, Nicolas Sarkozy était le leader incontesté de la droite derrière qui tout le monde se rangeait. En 2018, les soutiens d’alors ne sont plus aussi sarkolâtres. Photo : Yeti-vert sur Commons Wilkimedias.

Ce soir sur TF1, Nicolas Sarkozy tentera l’opération-vérité. Un exercice à haut risque. Mis en examen hier – c’est la troisième fois, et il est présumé innocent – par le juge Tournaire dans l’affaire du financement libyen de sa campagne victorieuse de 2007, l’ancien président reste sous les feux de l’actualité. Il y a onze ans, Nicolas Sarkozy galvanisait les familles de la droite derrière son panache bleu. En 2012, il échouait au terme d’une campagne acharnée qui mettait un terme à sa villégiature élyséenne. Les deux séquences sont dans le collimateur de la justice. Acharnement judiciaire, machination politique, sinistre concours de circonstances, ou tout simplement le glaive de la justice qui tombe ? Toutes les hypothèses sont sur la table. Icône de son camp, il reste une référence pour une certaine droite. La semaine dernière, il est venu à Tourcoing remettre une décoration et le parti des Républicains du cru faisait corps derrière celui qui leur avait donné la victoire en 2007. On ne sait jamais…Mais depuis quelques jours, l’unanimité est devenue relative. [/restrict]

Les sarko chauds

Dans la région, il reste un dernier carré de fidèles ou l’avant-garde de la reconquête. Parmi ceux-ci certains sont des sarkomaniaques convaincus. Si Sarkozy doit remonter la pente ce sera avec eux et on l’a encore vu ces jours-ci sur les plateaux télé ou sur les réseaux sociaux.  

Le député du Nord Sébastien Huyghe est le porte-étendard du sarkozysme dans la région. Ancien porte-parole des Républicains, il défend bec et ongles l’ex-président de la République. Son activisme sur les plateaux télé pour tenter d’endiguer la vague d’opprobre qui menace son mentor est remarquée.  Ce qui s’appelle un soutien indéfectible. 

Cet extrait vous est offert par DailyNord. Pour lire l'intégralité de l'article, il faut vous abonner (5 euros par mois) : pour vous abonner, cliquez ici.

Si vous êtes déjà abonné, vous pouvez vous identifier par ici :

Pour toute question concernant l'abonnement (tarifs, fonctionnement, comment faire si je suis une collectivité, etc), n'hésitez pas à nous écrire à abonnement(at)dailynord.fr

Ça n’est pas la première fois que Nicolas Sarkozy est mis en garde à vue, on sait que dans les affaires précédentes ça s’est conclu par un classement sans suite ou une ordonnance de non-lieu, il faut regarder tout ça avec le détachement qui s’impose et faire confiance à la justice qui fait son travail“. C’est le patron des Républicains du Pas de Calais qui le dit. Le député Daniel Fasquelle, trésorier du parti, roule pour son mouvement et s’est rangé derrière Laurent Wauquiez. Ce dernier s’est platement excusé pour sa sortie lyonnaise malheureuse et tonitruante sur Sarkozy. Preuve que l'”ex” compte encore et fait peur…

Eric Woerth connaît bien les embarras de la justice quand des soupçons volent autour de vous et que les amis se font rares. Tiré “d’affaires”, sur son Twitter le député de l’Oise assure son pote Sarko, il a été le directeur de sa campagne présidentielle en 2007, de son amitié forcément sincère. 

Marc -Philippe Daubresse n’a jamais tari d’éloges pour son ancien mentor qui l’avait bombardé ministre de la jeunesse et des solidarités. Leur scène primitive date de 1994 quand le maire de Neuilly et membre du gouvernement Balladur avait épaté la France entière en sauvant un gamin pris en otage dans une école de sa ville. Daubresse jeune député en était tout ébahi. Le sénateur LR mise donc toujours sur Sarkozy qui a “sauvé la France du désastre en 2008 pendant la grande crise financière“.  Il vaut mieux avoir plusieurs fers au feu de l’opportunisme. Mais reste-t-il un bon cheval ? 

Pierre-Henri Dumont. Dans un récent tweet, le député LR du Pas de Calais clame son admiration pour celui qui l’avait distingué dans la meute des jeunes loups de droite : “…son amour de la France et sa volonté de faire bouger les lignes sont à l’origine de mon engagement politique pour mon pays et pour les habitants de mon territoire”. Aucun doute sur son soutien. 

Les sarko tièdes

Eux ont été de purs sarkozystes et l’ont accompagné ou soutenu. Aujourd’hui, s’ils le soutiennent toujours pendant ses ennuis judiciaires, c’est tout de même plus discret.

Gérald Darmanin. La semaine dernière à Tourcoing, échange d’amabilités remarquées entre Sarkozy et son ancien directeur de campagne des primaires, désormais ministre LAREM. Les deux hommes partagent certaines dimensions. Sans oublier celle de la main de la justice qui s’est refermée plus sur le premier que sur le second. Pour le moment. Reste qu’évidemment, vu sa position de ministre, difficile d’entendre Darmanin sur les ennuis judiciaires de son ancien mentor.

Natacha Bouchart. Filloniste canal historique, mais qui a soutenu Nicolas Sarkozy à la primaire de droite l’an dernier, la maire de Calais s’est fendu d’un tweet de soutien pour l’ancien président ces jours-ci. Le coeur de la maire courage qui affronte le difficile problème des migrants a toujours balancé entre les deux. 

A noter également les soutiens tièdes de Brigitte Lherbier,  sénatrice LR qui relaie le tweet officiel des Républicains, ou d’Olivier Henno. Le nouveau sénateur UDI se demande si la garde à vue était nécessaire. On le sent partagé. Mais Frédéric Nihous, le conseiller régional Chasseur apparenté LR qui relaie son tweet, semble plus déterminé à défendre un Nicolas Sarkozy qu’il avait rallié en 2007 après un premier tour à la présidentielle sous l’oriflamme cynégétique. 

Que penser du cas Bernard Gérard ? Le secrétaire départemental des LR du Nord est plutôt discret. Son soutien s’exprime probablement dans son for intérieur. L’ancien député était pourtant un sarkozyste du premier rang. 

Les sarkofroids

Sarkozy a toujours eu une personnalité clivante. On est avec lui ou contre lui. Avec nombre de ses anciens “amis”, la fêlure s’est agrandie au fil des combats électoraux et des événements politiques. En quelques mois pendant une campagne présidentielle hors normes, le parti LR déjà éprouvé par les guerres de clans et les conflits de personnes, s’est cassé entre les juppéistes, les Agir-la droite constructive et ceux qui ont rallié En Marche ou qui sont devenus divers droite (les vice-présidents du conseil régional Franck Dhersin, Guillaume Delbar, Florence Bariseau ou Philippe Rapeneau,…). On ne risque pas de voir des expressions de soutiens sarkozystes sur les réseaux sociaux chez eux, certains sont des “sarkogelés” pour longtemps comme ces mammouths glacés que l’on retrouve en Sibérie. Nous parlons également de Xavier Bertrand désormais divers droite, qui a coupé les ponts avec celui qu’il avait soutenu pendant de longues années. Le président des Hauts-de-France cherche à se ménager un chemin dans un paysage politique chamboulé et à rallier à son projet présidentiel pour 2022. Interrogé ce matin au sujet de l’affaire par Jean-Pierre Elkabbach sur CNews, il déroule un raisonnement oblique pour mieux réhabiliter la fonction politique. Tout en doutant du témoignage de Ziad Takkiedine qui prétend accabler Nicolas Sarkozy. C’est peut-être l’ancien patron de l’UMP qui parlait. Xavier Bertrand a largué les Républicains pour se refaire une réputation devant l’opinion. 

On peut être sur d’une chose. Si Sarkozy échappe au pire (un renvoi en correctionnelle, une condamnation,…), les sarkochauds vont devenir bouillants torrides à se liquéfier et les sarkofroids se réchauffer comme une pizza surgelée au four maximum. La température remontera vite et fort. Certains en brûlent d’impatience. Le compteur des soutiens se débloquera-t-il après son explication publique de ce soir ? 

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Abonnez-vous à notre newsletter

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie

Contacter la rédaction

Ça se passe par là