Les livres avec Eulalie Par | 07H00 | 16 septembre 2017

Angèle ou le syndrome de la wassingue et Ni bruit ni fureur, Lucien Suel

Il y a une écriture Suel, une musique Suel. Elle vous prend dès les premiers mots, vous entraîne joyeusement à la ligne, sans ambages, simple comme un « viens ». Et on le suit avec bonheur, Lucien, au fil de ses explorations de la langue et du monde, portées par une plume féconde.

Après le premier recueil de poésie Je suis debout, paru en 2014, il en livre un second, rassemblant des poèmes de différentes époques et formes variées, sorte de miscellanées organisées autour de trois parties : l’enfance, les jardins, les disparus. Si le précédent volume verserait plutôt dans l’exploratoire, celui-ci joue sur la sérénité, la maturité. « C’est le résumé d’une vie sur laquelle je pose un regard bienveillant, positif » commente Lucien Suel. « j’ai volontairement retiré les textes pamphlétaires ou violents. » D’où le titre très faulknérien du recueil. Sur ses traces, on se ballade de Fressin à Roubaix, en passant par la mer du Nord, objet d’un texte central du recueil, construit comme un très beau travelling se station en station, de la côte belge à Malo-les-Bains.

« Beaucoup de mes textes sont construits à partir d’une image, d’un dessin ou d’un film, confirme l’auteur. Et plus je vieillis, plus j’ai des images dans la tête. »

Dans Angèle, ou le syndrome de la wassingue, Lucien Suel procède de la même manière, se laissant porter par des perceptions visuelles très fortes. « Angèle, je la voyais » affirme-t-il. « Ce livre n’est pas vraiment un roman, c’est un récit. Je voulais juste la regarder vivre. »

Oeuvre de commande, Angèle s’inscrit dans une collection qui met en scène des objets du quotidien. Pour évoquer une enfance ouvrière dans les années 50-60, Lucien Suel a choisi la wassingue, que la petite Angèle, avec ses mains d’enfant, s’évertue à tordre. Une curieuse gamine qui s’imprègne du quotidien, s’imbibe des émotions des autres et se noie dans ses pensées secrètes. « La wassingue, c’est Angèle, car elle absorbe tout. » Au fil de ce récit initiatique, avec Angèle, on regarde passer les nuages, on offre son visage à la pluie, on se lance dans une course folle dans les champs. « C’était très agréable à écrire », confie Lucien Suel. Ca l’est tout autant à lire.

Marie-Laure Fréchet

Ni bruit ni fureur

La table ronde

mars 2017

174 pages –  16 €

 

Angèle, ou le syndrome de la wassingue

Editions Cours toujours

mars 2017

96 pages – 14 €

 

Article paru dans le n°24 de la revue Eulalie, publié par le Centre régional des Lettres et du Livre Nord – Pas de Calais

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Les livres avec Eulalie

Bienvenue sur la page Les livres avec Eulalie, hébergée par DailyNord.

Le Centre régional des Lettres et du Livre Nord – Pas de Calais a pour vocation de promouvoir et de favoriser le développement de la vie littéraire, de la lecture publique, de l’économie du livre et des ressources documentaires patrimoniales et d’actualité, dans le Nord – Pas de Calais. Plus d'infos sur Eulalie.fr, la page Facebook, le compte Twitter @crllnpdc

La page d'accueil des Livres avec Eulalie

A lire sur DailyNord

Un quinquennat à Denain et Saint-Omer

Découvrez le projet

L’unique et le seul dictionnaire officiel du Nord – Pas-de-Calais

Retrouvez toutes les définitions du petit dico décalé du Nord - Pas-De-Calais

Le long de nos frontières disparues

Retrouvez le très très grand format de DailyNord

Commémorations de 14-18 : en fait-on trop ?

14-18 SE CONJUGUE À TOUTES LES SAUCES CES TEMPS-CI. RETROUVEZ NOTRE ENQUÊTE.

“Une métropole forte n’existe pas sans une région”

RETROUVEZ NOTRE INTERVIEW DE PHILIPPE VASSEUR, PRÉSIDENT DE LA CCI NORD DE FRANCE

Pour ne plus jamais louper un excellent article de DailyNord

Lire les articles précédents :
Deux nouvelles têtes au conseil régional des Hauts-de-France

Une rentrée, c'est aussi des nominations sur fond de renouvellement. Après

Fermer