C'EST DÉJÀ DIMANCHE

Réflexions Par | 18H06 | 07 juin 2017

Législatives : les questions à se poser avant le premier tour

Après une présidentielle inattendue, le véritable enjeu de cette formidable séquence électorale ce sont les législatives. Puisque ces dernières détermineront le rapport de forces avec l’exécutif sorti des urnes le 7 mai et qui rythmera le quinquennat. Des bouleversements de taille sont déjà à l’oeuvre et les Hauts-de-France seront sous les feux d’une actualité hors normes. Que décideront les Français ?

Que vont décider les urnes ? Photo : DailyNord.

– Plusieurs hypothèses. La majorité présidentielle n’a pas la majorité. C’est la cohabitation qui pointe son nez. Les Français en veulent-ils ? Car derrière la cohabitation gît la dissolution, voire le référendum, armes atomiques d’un pouvoir le dos au mur. Avec tous les risques de crise institutionnelle qui en découlent. (voir Présidentielle : les questions à se poser avant le second tour)

– La majorité présidentielle a…la majorité législative. Les sondages se réalisent et La République en Marche ! obtient la majorité des sièges au Palais-Bourbon. Devant l’affaiblissement des repères classiques droite/gauche et de leur position centrale, les candidats En Marche ! profiteront de reports avantageux s’ils sont présents au second tour quel que soit leur adversaire en cas de duel (il devrait y avoir peu de triangulaires vu la multiplicité des candidatures et la fameuse barre des 12,5 % des inscrits). Certains redoutent déjà une assemblée de godillots, votant comme un seul homme les projets de Matignon et de l’Elysée, en particulier les réformes sociales et économiques. On songe au marché du travail ou à l’Etat-providence, deux chevaux de bataille du programme d’Emmanuel Macron. L’électeur sait qu’il accorde un quasi blanc-seing au président de la République dans un domaine essentiel, celui du travail et de l’emploi. Ce dernier a bien conscience qu’il n’a pas beaucoup de temps…

– Alors il a annoncé la couleur. Les ordonnances sont un outil constitutionnel efficace (article 38 de la Constitution) pour un président soucieux de ne pas se laisser enliser dans d’interminables débats et navettes parlementaires. Maître des horloges au point d’avancer l’heure, Emmanuel Macron affirme certes son autorité et multiplie les expressions régaliennes, un item réclamé par les français qui veulent tourner la page d’une présidence Hollande émolliente et celle d’un Sarkozy éloignée des canons républicains de 1958. Mais ont-ils intégré le fait d’un exécutif enjambant le débat parlementaire ? Un débat forcément mené pendant une période estivale traditionnellement hors de l’actualité…

Cet extrait vous est offert par DailyNord. Pour lire l'intégralité de l'article, il faut vous abonner (5 euros par mois) : pour vous abonner, cliquez ici.

Si vous êtes déjà abonné, vous pouvez vous identifier par ici :

Pour toute question concernant l'abonnement (tarifs, fonctionnement, comment faire si je suis une collectivité, etc), n'hésitez pas à nous écrire à abonnement(at)dailynord.fr

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Abonnez-vous à notre newsletter

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie

Contacter la rédaction

Ça se passe par là