Les livres avec Eulalie Par | 17H00 | 29 mai 2017

Un siècle de cinéma américain, Benoît Gourisse

C’est la plus belle période d’Hollywood, la plus féconde aux yeux de beaucoup de cinéphiles, un âge d’or qui a de 1930, c’est à dire les débuts du parlant jusqu’en 1960, date un peu arbitraire qui situe une bascule économique – la fin des studios- et culturelle – le triomphe de la télévision.

 Durant trois décénies, l’usine à rêves a tourné à plein régime en produisant certes un nombre incalculable de navets heureusement oubliés mais aussi beaucoup d’oeuvres magnifiques comme Les Temps modernes (Chaplin), La vie est belle (Capra), La Prisonnière du désert (Ford) ou Rio Bravo (Hawks) pour ne citer que quelques unes de ces 100 films qui constituent cette « anthologie subjective ». C’est devenu un genre en soi que celui du dictionnaire amoureux, subjectif, voire égoïste comme chez Dantzig dans le registre littéraire. Du côté du cinéma, nous sommes aussi bien accompagnés depuis le début des années 1990 par le dictionnaire de Jacques Lourcelles (à préférer nettement au Sadoul ou au Tulart), par le monumental travail de Tavernier et Coursodon sur 50ans de cinéma américain ou les monographies de Patrick Brion.

L’ouvrage de Benoît Gourisse s’inscrit dans cette veine, avec ce qu’il faut d’humilité et d’orgueil pour justifier une sélection de 100 films, forcément injuste, forcément coupable de lacunes et d’oublis volontaires ou involontaires. On pourra toujours discuter du choix de Attaque !, le film un peu (trop) démonstratif de Robert Aldrich ou encore du Trésor de la Sierra Madre, opus somme toute assez mineur de John Huston et regretter l’impasse sur Dalmer Daves, Anthony Mann, Lubitsch ou Borzage. C’est toute la difficulté de l’exercice, l’auteur le reconnaît lui-même, qui consiste à couvrir un sceptre très large tout en restant fidèle à soi-même, à ses goûts, à ses émerveillements de spectateur. Si ce qui précède définit la posture de l’honnête cinéphile, Benoît Gourisse en est un, à n’en pas douter !

Ajoutons à cela un jugement assez sûr et une joyeuse érudition et c’est assez pour conseiller l’ouvrage à tous les passionnés en quête de la fraternité cinéphilique, à tous les bibliothécaires voulant constituer une vidéothèque digne de ce nom, aux nostalgiques de la « dernière séance », aux jeunes spectateurs désireux de parfaire leur culture cinématographique… A tous les amoureux du 7e art, en fait.

Léon Azatkhanian

 

Editions LettMotif

février 2016

620 pages, 42 €

 

Article paru dans le n°23 de la revue Eulalie, publié par le Centre régional des Lettres et du Livre Nord – Pas de Calais

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Les livres avec Eulalie

Bienvenue sur la page Les livres avec Eulalie, hébergée par DailyNord.

Le Centre régional des Lettres et du Livre Nord – Pas de Calais a pour vocation de promouvoir et de favoriser le développement de la vie littéraire, de la lecture publique, de l’économie du livre et des ressources documentaires patrimoniales et d’actualité, dans le Nord – Pas de Calais. Plus d'infos sur Eulalie.fr, la page Facebook, le compte Twitter @crllnpdc

La page d'accueil des Livres avec Eulalie

A lire sur DailyNord

Un quinquennat à Denain et Saint-Omer

Découvrez le projet

L’unique et le seul dictionnaire officiel du Nord – Pas-de-Calais

Retrouvez toutes les définitions du petit dico décalé du Nord - Pas-De-Calais

Le long de nos frontières disparues

Retrouvez le très très grand format de DailyNord

Commémorations de 14-18 : en fait-on trop ?

14-18 SE CONJUGUE À TOUTES LES SAUCES CES TEMPS-CI. RETROUVEZ NOTRE ENQUÊTE.

“Une métropole forte n’existe pas sans une région”

RETROUVEZ NOTRE INTERVIEW DE PHILIPPE VASSEUR, PRÉSIDENT DE LA CCI NORD DE FRANCE

Pour ne plus jamais louper un excellent article de DailyNord

Lire les articles précédents :
Le dessin de M’Sieur le Comte : entre Roger Moore et un dynamitage en règle

Décidément, M'sieur Le Comte sait rire de tout et même des drames de Manchester et de la mort d'un ancien...

Fermer