Les livres avec Eulalie Par | 16H54 | 09 mai 2017

Qui décide, tous les soirs, d’allumer les étoiles ?, Carine Bausière

« La mort, c’est pour les vieux en principe. C’est dans la logique des choses et c’est beaucoup moins triste du coup. Tu es vieux, tu as bien vécu, c’est bon, tu peux partir sans regret, ta famille a bien eu le temps de profiter de toi. Mais mince, quoi. Perdre sa maman à 13 ans, ça ne se fait pas ! Ça fait trop mal !  »

Et c’est vrai que l’on a mal avec cette jeune Camille et son petit frère Barnabé quand la mort débarque brutalement au téléphone, entre les chamailleries fraternelles et la pizza du lundi soir. La vie d’ado n’est pas toujours facile, mais lorsqu’elle vire au drame, le bouleversement est total.

Heureusement, Camille n’est pas seule dans la tourmente. Elle peut compter sur Ben, l’ami de toujours, qui sait la faire rire. Et sur la fantasque Zénobie, tourbillon d’énergie positive dont elle a bien besoin pour affronter la tristesse qui règne dans l’appartement familial.

Et puis il y a les copines, parfois maladroites mais toujours solidaires. Autant qu’un récit sur le deuil, Qui décide, tous les soirs, d’allumer les étoiles ? est une chronique intimiste réussie sur l’adolescence. Tensions familiales, déceptions amoureuses, amitiés sincères, petits tracas et grands projets, le récit vise juste dans une langue directe et quotidienne. La sobriété du ton, le rythme tendu permettent d’éviter le pathos au profit d’une émotion sans effusion.

Au fil du roman, l’auteure fait preuve d’un vrai talent pour s’adresser aux ados, évoquant avec autant de vérité la légèreté d’une séance de shopping entre filles que la douleur sans égale de la perte d’un être aimé. Le livre se conclut par la réalisation d’un r.ve de toujours, car c’est cela aussi que permet la litt.rature. Se projeter dans l’avenir, croire en ses rêves, y croire pour grandir malgré tout.

Clotilde Deparday

Carine Bausière

Qui décide, tous les soirs, d’allumer les étoiles ?

Ravet-Anceau

août 2016

200 pages – 13 €

 

Article paru dans le n°23 de la revue Eulalie, publié par le Centre régional des Lettres et du Livre Nord – Pas de Calais

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Les livres avec Eulalie

Bienvenue sur la page Les livres avec Eulalie, hébergée par DailyNord.

Le Centre régional des Lettres et du Livre Nord – Pas de Calais a pour vocation de promouvoir et de favoriser le développement de la vie littéraire, de la lecture publique, de l’économie du livre et des ressources documentaires patrimoniales et d’actualité, dans le Nord – Pas de Calais. Plus d'infos sur Eulalie.fr, la page Facebook, le compte Twitter @crllnpdc

La page d'accueil des Livres avec Eulalie

A lire sur DailyNord

Quel nom pour la future région Nord – Pas-de-Calais/Picardie ?

A vous de voter !

Un quinquennat à Denain et Saint-Omer

Découvrez le projet

L’unique et le seul dictionnaire officiel du Nord – Pas-de-Calais

Retrouvez toutes les définitions du petit dico décalé du Nord - Pas-De-Calais

Le long de nos frontières disparues

Retrouvez le très très grand format de DailyNord

Commémorations de 14-18 : en fait-on trop ?

14-18 SE CONJUGUE À TOUTES LES SAUCES CES TEMPS-CI. RETROUVEZ NOTRE ENQUÊTE.

“Une métropole forte n’existe pas sans une région”

RETROUVEZ NOTRE INTERVIEW DE PHILIPPE VASSEUR, PRÉSIDENT DE LA CCI NORD DE FRANCE

Pour ne plus jamais louper un excellent article de DailyNord

Lire les articles précédents :
Macron ? Les socialistes du Pas-de-Calais ont manqué de flair, pas Le Petit Théâtre de Martine Aubry…

Le "Petit Théâtre" était aux avant-postes. Et avait soufflé à ses lecteurs le nom

Fermer