Quelques news politiques…Xavier Bertrand, Front national, Emmanuel Macron,

Etrange absence de Xavier Bertrand mardi pour l’élection de Philippe Richert à la présidence de l’assemblée des régions de France et du bureau de ce lobby institutionnel interface avec l’Etat, le Parlement et les autres pouvoirs locaux. Alors que ses homologues des autres régions inauguraient leurs nouvelles fonctions, en particulier Valérie Pécresse (IdF), Laurent Wauquiez (Rhône-Alpes-Auvergne) et Christian Estrosi (PACA), le nouveau président de Nord-Pas de Calais/Picardie semble faire l’impasse. Problème d’agenda – le dossier des migrants est chronophage – ou volonté de ne pas cumuler et de se déprendre de certains cercles parisiens pour mieux nourrir une nouvelle image ?

Front national. Le parti de Marine Le Pen a donc pris ses marques aujourd’hui pour la première séance du nouveau conseil régional. Marine Le Pen absente, et sur son orbite pré-présidentielle, et qui s’impose une cure de silence, c’est Philippe Eymery, le leader dunkerquois et élu régional de longue date, qui a pris les choses en main. On pouvait s’y attendre (voir billet : le sextennat régional de Marine le Pen), le dialogue n’en fut pas un tant l’obstruction et l’abstention estampillés FN ont rythmé les débats. Je me souviens que les mêmes – ou presque, la génération s’est tout de même un peu renouvelée – pestaient contre les vexations et les brimades supposées que leur infligeait l’administration Delebarre quand le maire de Dunkerque d’alors présidait le conseil régional N-PdC (1998-2001). Bertrand tire donc les mêmes ficelles. “A force de faire de l’obstruction, cela va se voir “, a lancé Xavier Bertrand à l’adresse du groupe FN. Qui a refusé de voter le plan d’aide à la création d’emplois dans les TPE/PME et une foule d’autres mesures. Première erreur tactique ? Peut-être. Mais l’argument des contreparties insuffisantes fait mouche. Après tout l’obstruction est à un élu FN ce que le vote protestataire est à ses électeurs, un moyen de se faire voir pour le premier, de se faire entendre pour les seconds. En tout cas, le duumvirat Bertrand/Darmanin se confirme et les deux compères sont à la manoeuvre du grand paquebot Nord-Pas de Calais/Picardie.

Pendant ce temps-là, la gauche se reconstruit. C’est ce qu’elle espère. En retirant ses listes après le catastrophique premier tour des régionales, le PS – et évidemment Hollande et Valls – ont d’abord voulu tuer les fédérations au nord de Paris. En PACA aussi. Faire table rase des maudites ères Dalongeville/Kucheida et Guérini, qui ont précipité le PS dans les abîmes du désastre et l’ont démonétisé dans l’opinion, pas seulement locale. Plombées financièrement, affaiblies par une lente et inéluctable hémorragie de militants, désorientées idéologiquement, politiquement déclinantes, les fédérations – ainsi celle du Nord – sont désormais dépendantes et sous perfusion du PS de la rue-de-Solférino qui peut jouer les démiurges mais pour qui et pour quand ?  La tentative lilloise pour reprendre en main l’astre en voie d’extinction ressemble à un cataplasme sur une jambe de bois. Faut-il que le navire prenne l’eau pour imaginer une direction collégiale à huit mains – oui, quatre chefs – qui écoperait !

Mais l’histoire s’accélère. Le ballon-sonde Macron prend l’air. On l’annonce à Béthune pour les législatives de 2017. Pas mal, il y a un TGV qui fait le lien avec la capitale (moins d’1 h 30, c’est çà ?Le Wi-Fi est-il fiable ?). J’ai déjà expliqué que le jeune “prodige” devait se tailler un fief à sa mesure. Béthune c’est un peu cheap, même si la circo échappe quelque peu à l’idéologie archéo-socialiste du département et a souvent élu des personnalités de centre-gauche (Jacques Mellick ! on l’oublie, a longtemps été rocardien) ou de droite gaulliste social (André Flajolet), l’actuel titulaire est le radical de gauche Stéphane Saint-André. Bref, une terre Macron-compatible. Tout est relatif bien sûr. Rappelons que les circonscriptions du Béthunois, en particulier la neuvième, ont été lorgnées par le juge Eric Halphen, en 2002. Ou, à l’initiative du PS, par le patron de FO né à Béthune Jean-Claude Mailly ( en 2012, le PS voulait contrer l’influence de Marine le Pen et du FN dans l’ex-bassin minier, plusieurs autres fiefs avaient été ainsi auscultés. Marie-Noëlle Lienemann, sur une ligne plus à gauche, a même tenté sa chance. On peut aussi l’imaginer sur Amiens, sa ville natale. Ou sur Lille (sacré jeu de l’oie en perspective !), deux métropoles desservies par le TGV (Amiens, très mal d’ailleurs), la case à cocher quand on veut ne pas trop s’éloigner de Paris, n’est-ce pas Martine Aubry ? Titine de Fer doit en avoir encore plus ras-le-bol de ce Macron superstar. Nous en reparlerons.

 

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

A lire sur DailyNord

Me contacter

Pour toute remarque, question, vous pouvez me contacter en laissant un message par là .
Lire les articles précédents :
Conseil régional : Le pingouin et l’enfant gâté

Petits sourires en coin ce matin au conseil régional pour la première assemblée plénière présidé par

Fermer