BILAN DU PREMIER TOUR

Réflexions Par | 22H18 | 06 décembre 2015

Régionales : c’est la gauche qui va faire la différence alors qu’elle se retire !

La gauche est orpheline de ses candidats. La droite est à la peine. Marine le Pen reste favorite. Rien ne sera plus comme avant.

regionales-nordpasdecalais

Bulletins de vote dans un bureau de la grande région Nord – Pas-de-Calais/Picardie. Photo : DailyNord.

Les sondeurs ne se sont donc pas trompés et Marine le Pen sort en tête de ce premier tour. Avec plus de 40 %, la présidente du Front national prend une option sur la victoire. Pour elle, la question de ses faibles réserves pour le second tour se pose désormais avec une forte acuité. Au FN on a de quoi se réjouir puisque le parti dépasse pour la première fois la barre des 30% sur la France entière. Le regain de participation enregistré sur la région Nord-Pas de Calais/Picardie – + 5% – a visiblement dopé le score de Marine le Pen. On savait qu’il n’y aurait pas de fusion entre le deuxième et le troisième, Nicolas Sarkozy, le patron des républicains, l’a encore affirmé avec force. Et la tête de liste LR/UDI Xavier Bertrand campait sur la même position.

Même si le total gauche et le total droite sont au coude-à-coude, 28/29 % chacun, la direction du PS a demandé à Pierre de Saintignon de se retirer – ce soir le candidat était visiblement affecté, mieux vaut se retirer plutôt que perdre son âme. Laissant Xavier Bertrand et ses presque 25 % seul face à Marine Le Pen. En refusant la main tendue et la fusion proposée par les socialistes, Bertrand engage un combat difficile. A gauche, les communistes de Fabien Roussel – tout juste plus de 5% – auraient sûrement voulu obtenir quelques sièges. Donc fusionner avec la liste PS/PRG…à condition que celle-ci ne se retire pas. Or au siège du PS on souhaite que Pds et Castaner en PACA se retirent et laissent la possibilité à la droite – Bertrand et Estrosi – de tenter leur chance contre Marine Le Pen et Marion Maréchal-le Pen. Histoire d’être cohérent. Dans ces deux régions, les électeurs de gauche feront ainsi la différence. Ici, ou donner la région à Marine Le Pen ou empêcher celle-ci de basculer. Et faire élire Xavier Bertrand. Jamais l’expression choisir au premier tour, éliminer au second tour n’a trouvé plus forte justification.

Comment sera reçu à gauche le retrait des listes de gauche ? Il n’y a pas que Pds qui se retire, il y a aussi les écologistes non qualifiés et les communistes, juste au dessus des 5 % mais pas en position de fusionner dans le vide…Le mot est peut-être fort, mais les cocus de la gauche vont-ils jouer le jeu ? Ce soir, Fabien Roussel, le chef de file PC, et la sénatrice communiste Michelle Demessinne laissaient poindre leur amertume. On soulignera que certaines convergences de vues entre le FN et le PC peuvent resurgir à cette occasion. Surtout du côté des électeurs désormais orphelins et privés de leur offre habituelle.

Comment imaginer une assemblée régionale sans la gauche ? Aucun élu socialiste, écologiste ou communiste pendant six ans ! Une vraie révolution après 40 ans de domination. L’électeur de gauche trouvera-t-il des raisons de se déplacer dimanche prochain alors qu’aucune des deux listes ne contient de candidats de gauche ? A fortiori pour choisir entre Marine Le Pen et Xavier Bertrand, deux candidats de droite qui affichent des différences fortes mais aussi quelques convergences. Un simple retrait ne suffit pas. L’antienne du “tout sauf le FN” non plus. Il faudra étoffer voire modifier le message d’un Xavier Bertrand s’il veut refaire son retard, d’autant plus que la gauche désunie – ce qui a été fatal à Pierre de Saintignon et à l’EE-LV Sandrine Rousseau – pourrait l’être dans les mêmes termes à Xavier Bertrand. Et il n’aura qu’une semaine pour le faire. Et peut-il le faire ?

La campagne de second tour sera évidemment déterminante. Les sondages prédisaient un coude-à-coude entre Xavier Bertrand et Marine le Pen en cas de duel. Mais sans intégrer précisément, et pour cause, les scores du premier tour ni surtout la configuration politique. On est curieux de voir comment les socialistes “soutiendront” Xavier Bertrand, ainsi que les autres partis de gauche, donc éliminés par le retrait du PS. Et les premières déclarations des leaders socialistes peuvent éclairer – ainsi Pds qui stigmatise la “responsabilité colossale et l’arrogance” de Xavier Bertrand qui lui a refusé la fusion et contraint au retrait. C’est la fameuse construction du front républicain qui est à l’oeuvre, mais par défaut. Et dans un scenario inédit qui n’est pas celui d’une fusion de liste ou d’un scrutin d’arrondissement. De même, la partie de l’électorat qui affiche des valeurs communes entre un Bertrand et une MLP fera une nouvelle fois l’objet d’une lutte féroce.

C’est le grand paradoxe de cette élection, la gauche se retire. Et c’est elle qui, en grande partie, départagera deux candidats de droite, Xavier Bertrand et Marine Le Pen.

1 Commentaire

  1. lire mes commentaires de la nuit sur mon blog: http://www.gcaudron.org

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Abonnez-vous à notre newsletter

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie

Contacter la rédaction

Ça se passe par là