RÉGIONALES

Réflexions Par | 13H06 | 01 décembre 2015

Marine Le Pen face à sa rediabolisation

Après Pierre de Saintignon et Xavier Bertrand, c’est au tour de Marine Le Pen de passer sous nos fourches caudines du scanner du storytelling et de la stratégie d’image.

Marine Le Pen pourrait bien bouleverser les équilibres politiques. Crédit photo Stéphane Dubromel.

Marine Le Pen sait très bien jouer sur son image. Photo : Stéphane Dubromel.

Fille de…Au-delà de l’électorat de MLP et du FN, c’est un handicap, en deçà, c’est une neutralité…inopérante. La tunique du népotisme et de la dynastie est toujours difficile à porter. C’est la technique de la dédiabolisation, initiée depuis que la présidente du FN est arrivée au sommet de son parti. Marine Le Pen voulait se désolidariser de son père Jean-Marie et ses saillies souvent honteuses qui plongeaient les stratèges du parti dans l’expectative. Débarrassée de sa tutelle, Marine Le Pen peut ainsi poursuivre ses deux objectifs, la région et l’Elysée. Jean-Marie Le Pen a toujours été plus actif dans d’autres régions, comme Provence-Alpes Côte d’Azur, probablement plus sensibles à ses messages.

Un slogan ambigu

MLP présidente ! Le slogan de campagne est sans équivoque tout en cultivant l’ambiguïté vis-à-vis de l’électorat. Précisément, il résume bien l’ambition double de la figure de proue du FN : la Région et l’Elysée. Attention, la gourmandise est un vilain péché.

“Candidate TGV. “…qui regarde la région à travers les vitres du Thalys“, la pique de Gérald Darmanin, le député-maire LR de Tourcoing, numéro deux sur la liste du Nord, fait mal et a été reprise par des colistiers. Plus efficace encore, une MLP qui se sert de la région comme d’un paillasson.

Les migrants. L’amalgame migrants/immigration est évident et le FN en use. Le rapprochement avec l’immigration bactérienne il y a quelques semaines est carrément limite et a logiquement soulevé le coeur. Forcer le trait est parfois contre-productif. Mais il est frappant de constater que MLP n’emploie plus personnellement ce type d’arguments depuis quelques jours.

Attentats et idiots utiles

Les attentats, Evidemment, le discours FN s’appuie sur la tragédie du 13 novembre. Et il n’a pas besoin d’en faire trop. Là encore, le discours d’un Xavier Bertrand, son adversaire LR/UDI et de ses colistiers, lui aussi en pointe sur la riposte républicaine à apporter, sert MLP. Peu importe que la région n’ait pas de réponses directes en termes de compétences à proposer. Elle cherche à s’imposer comme une Jeanne d’Arc de 2015, envers et contre tous, y compris en matière sociale. Toujours dans le registre médiéval, pour un peu, on la prendrait pour une guérisseuse d’écrouelles.

Les idiots utiles. On ne citera pas de nom par courtoisie. Du patronat à ses adversaires de gauche comme de droite, tous pointent le danger d’un FN à la tête de la région, ce qui pénaliserait l’investissement économique et l’attractivité territoriale. Encore une fois, cela renforce l’électorat FN proprement dit  – ah ! ces élites ! cible favorite de l’extrême-droite – tout en trouvant un écho chez ceux qui ne votent pas FN et hésitent. En deux jeux de mots et trois calembours, elle retourne l’opinion en sa faveur. L’ancien chef communiste Georges Marchais en faisait autant. Mais une réaction négative du monde de l’économie devant une MLP victorieuse est tout-à-fait plausible. Mais ce sera après.

Il est temps !

Les faiblesses du programme. Ce dernier est plus étoffé qu’en 2010. Mais cette année-là, il n’y avait pas de victoire à l’horizon et la gauche avait plané sur le scrutin. MLP a dévoilé son projet la semaine dernière. Beaucoup plus épais que prévu ce qui peut couper l’herbe sous le pied des critiques même si le programme n’a rien de décoiffant et vise surtout les symboles de la vie quotidienne (santé, tourisme, écoles, artisanat,…) tout en piochant dans les propositions…des autres candidats. C’est que 2017 et sa présidentielle se rapprochent. Pas question de faire dans l’amateurisme. Le reproche de l’inexpérience est un peu fatigué même s’il peut trouver quelques justifications. Elle appuie sur ce programme dans les dernières foulées.

Ton posé et discours apaisé. Puisque les sondages la portent, MLP n’a pas intérêt à hausser le ton. Depuis quelques jours, sur les plateaux télé, elle use d’un ton apaisé et posé pour rassurer et tenter de convaincre les hésitants. Et se déprendre de l’image d’excitation qui colle à l’extrême-droite. Son meeting de lundi soir à Lille faisait plus dans la ferveur de préau que dans l’autodafé et le bûcher – tout juste le jeu de mot de café du commerce, l'”herpès” pour LR/PS et elle n’a pas cité une seule fois ses adversaires. Richelieu, De Gaulle, quelques accents hugoliens “nous avons ramassé le drapeau dans le ruisseau“,…C’est le thème de l’Etat fort et souverain que la candidate cherche à ranimer, de l’autorité légitime donc acceptable. Ou d’une “région fière et enracinée” comme le clame le slogan de campagne. “Le FN a réussi à capter le concept d’Etat, délaissé par la gauche et la droite” , expliquait l’universitaire Pierre Birnbaum sur les ondes. De quoi promouvoir un programme.

Plateaux télé plutôt qu’entretiens dans la presse écrite. La présidente du FN préfère le rythme des plateaux télé, tellement plus bankable en termes d’image, plutôt que les longs entretiens dans la presse écrite devant plusieurs contradicteurs qui ont pris le temps de décortiquer et d’analyser (DailyNord et La Voix du Nord n’ont par exemple pas obtenu d’interview “longue”). Trop intello. A la télé, on peut cogner, froncer les sourcils, jouer un rôle et délivrer des éléments de langage qui font mouche même si on répond largement à côté de la question. Parole verbale plutôt que parole écrite.

L’offensive Voix du Nord. Déclenchée hier matin, la grande offensive du quotidien est étayée et porte le fer profond. Pour VDN, il s’agit de rediaboliser une Marine Le  Pen et de dévoiler son vrai visage. Le groupe de presse se voit en future victime d’un FN aux manettes de la région et prend ses lecteurs à témoin. Comme il l’explique, Marine le Pen en appelle plus à l’émotion qu’à la raison. Du coup, la candidate sort son vieil argument de l’establishment ou de la caste politico-mediatique qui veut sa perte et qui fomente des dossiers à charge contre elle, histoire de se rapprocher de ces électeurs oubliés cernés par la pauvreté et le complot des élites. On est à fronts renversés pour renverser le Front : qui agresse l’autre ? La quinzaine va être chaude.

Un peu plus de DailyNord ?

2 Commentaires

  1. Peut être que certains n’ont pas compris la volonté à tout prix de casser la baraque!….Greg

  2. On est bien dans notre démocratie et que du bonheur à y vivre. Mais combien de pays au monde ont quelque chose de semblable à la démocratie française ? Prenons par exemple l’ONU. Cette organisation est certainement très importante, mais elle n’est pas composée que de quelque pays vraiment démocratique. Vous avez puis beaucoup de pays un peu démocratiques et aussi des pays nullement démocratiques. Dans les pays démocratiques et dans ceux-ci uniquement, les électeurs sont appelés à s’exprimer en choisissant vraiment des candidats en toute liberté. Parmi ces candidats, qu’avons-nous à constater ? C’est comme à l’ONU. Il y a des démocrates, de peu démocrates et de nullement démocrates. C’est aux électeurs de faire le tri. Mais on en est capables ? Si on en est capable, nous devons savoir distinguer entre démocrates et démagogues. L’enjeu de chaque élection est avant tout ceci. Le candidat démagogue ne veut pas se soumettre à ce tri, cette présélection, et il dramatise toujours la situation des élections pour chercher à faire oublier ce passage préalable. Pour cela, il utilise les événements qui se passent dans la société, comme en ce moment dans notre pays. Pour ce qui nous concerne, les démagogues auteurs de cette opération antidémocratique dans notre pays en ce moment, ce sont une certaine Adolphine et les autres de sa formation. Les électeurs doivent donc faire le tri entre candidats démocrates et démagogues. Après l’électeur peut certainement voir les convictions qui animent chacun des candidats démocrates qui sont restés, mais cela c’est seulement après avoir banni les démagogues. Les dangers pour notre démocratie, ils viennent de ces démagogues-là et il y a une façon simple pour les reconnaitre. L’électeur qui fait le tri va voir que relation existe entre les convictions qui animent les candidats et ce que la société exprime. Le démagogue reprend les plus instinctives des instances sociétales et il cherche à les multiplier en en se faisant le partisan. Il cherche à se faire élire sans rien d’autre sinon d’être le partisan de ces revendications entendues, semés dans la société et multipliés le plus possible, comme si la société était une réalité qu’il possédait. Ce démagogue il arrive ainsi à avoir sa base de consentement répandu, et il n’a rien d’autre que cela parce que, pour le reste, c’est le vide le plus totale. C’est pour cette raison que, par exemple, l’Adolphine et les autres de sa formation sont un danger tout à fait redoutable pour notre démocratie. Heureusement, il n’y a que des candidats démagogues. Les candidats démocrates ont la démocratie en eux-mêmes et ils sont animés par la démocratie. Leur façon de se conduire est totalement différente par rapport à celle des démagogues. Le candidat démocrate écoute certes les instances de la société mais il ne les reprend pas telles qu’elles sont. Il ne veut pas flatter. Il veut interloquer avec ces instances, certes, mais il veut aussi faire participer ces instances à une vérification préalable de conformité démocratique. Le démocrate démocratise ainsi la société en continuation. Il l’aime et il l’instruit, pendant que le démagogue la flatte et la rend antidémocratique. Le démocrate veut être plébiscité pour sa capacité démocratique, alors que le démagogue n’est qu’un multiplicateur des instantes sociétales instinctives les plus répandues dont il s’érige à partisan et rien d’autre. L’important pour une démocratie, c’est le démocrate qui la fait vivre. La démocratie existe seulement si elle est en vie continuellement. Avec le démocrate, la démocratie n’est jamais en danger. Différemment avec le démagogue elle est en danger car il l’utilise seulement pour arriver au pouvoir. Parmi les candidats qui sont des démocrates, il existe certes une possible et souhaitable différentiation. C’est la capacité de chacun à actualiser la société aux connaissances acquises par la capacité de connaissance de l’être humain. Le 6 et 13 décembre 2015, l’importante c’est de choisir entre des démocrates et d’enterrer systématiquement tout les démagogues, l’Adolphine et les autres de sa formation avant tout. Ceux-là sont le danger à éviter. Mobilisons-nous. Avec l’Adolphine et les autres de sa formation ce serait le déclin de notre société dans la démagogie nationaliste. Mobilisons-nous.

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Les articles de DailyNord les...

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les vraies raisons de la baisse de fréquentation du Louvre-Lens

Baisse de fréquentation, impacts économiques limités sur le Lensois, DailyNord a enquêté sur le Louvre-Lens. Une enquête en trois volets à consommer sans modération.

Comment le Conseil régional compte affaiblir les associations écologistes

Baisse de subventions ou coupures sans préavis, DailyNord révèle comment le Conseil régional des Hauts-de-France a l'intention d'affaiblir les associations qui gravitent autour de l'écologie et de l'environnement. Retrouvez notre enquête.

Pour ne plus jamais louper un excellent article de DailyNord

L’unique et le seul dictionnaire officiel du Nord – Pas-de-Calais

Retrouvez toutes les définitions du Petit dico décalé du Nord - Pas-de-Calais

Les livres avec Eulalie

Mais qu’est-ce que vous êtes en train de lire ?

>>> Découvrez le DailyProjet

Partenaire