ON VOTE DIMANCHE

Réflexions Par | 13H30 | 03 décembre 2015

Régionales : dernières questions avant un premier tour sous haute tension

Dimanche, on vote. DailyNord a largement traité les enjeux de ce scrutin depuis un an et demi (pour vous offrir une séance de rattrapage, cliquez sur ce lien). Quelques dernières questions dans la dernière ligne droite avant un premier tour qui s’annonce sous haute tension.

9premier-tour-matinee

Quel sera le tiercé gagnant – dans l’ordre – sortant de ces enveloppes ? Photo : DailyNord.

Quel score pour Marine Le Pen dimanche ?

Marine Le Pen sortira en tête au premier tour, c’est la seule certitude. Les observateurs et adversaires de la présidente du FN semblent s’être fait une raison. Sondage après sondage, la candidate évolue dans les hautes sphères – question : le FN est-il surcoté par les sondeurs ? certains disent que oui. On l’a vu dernièrement à 43%, à 39%. La barre des 40% est importante. Au-delà, Marine le Pen pourra s’appuyer sur une dynamique gagnante car elle aura creusé l’écart avec ses adversaires. Ce qui déterminera leur tactique pour le second tour.

En deuxième place, Xavier Bertrand ou Pierre de Saintignon ?

Xavier Bertrand était parti fort. Pierre de Saintignon d’assez bas. Pourtant, si on se réfère aux sondages, leurs courbes se rapprochent l’une de l’autre. Le candidat LR (ex-UMP)-UDI est sur une pente baissière, le candidat PS plutôt à la hausse. Dans le dernier sondage IFOP/Paris-Match, hier, le premier est à 24%, le second à 20%. Mais en sachant que Xavier Bertrand n’a quasiment pas de réserve de voix à droite, tandis que si l’on ajoute les voix d’EELV et du Front de Gauche à celles de Pierre de Saintignon, un cheveu les sépare, avec un chouïa d’avance pour PdS. Total gauche contre total droite : presque kif-kif ? Mais alors comment les départager ? Si pas fusion, qui s’effacera devant l’autre ? 

Quel score pour les autres ?

Forcément, dans un tel contexte où l’élection est très nationalisée avec deux candidats “majeurs” (Marine Le Pen et Xavier Bertrand), on plaint les autres listes qui ont eu du mal à faire entendre leur voix. Peu d’espace médiatiques pour elle – à part pour Sandrine Rousseau, vu son choix de ne pas s’allier avec le PS -, on regardera donc avec intérêt les scores. Surtout à gauche pour les additionner et comparer les fameux total gauche et le total droite.

Front républicain et fusion, retrait ou triangulaire ?

Les temps ont changé. Même en cas de duel au second tour contre Marine Le Pen, le candidat – Xavier Bertrand ou Pierre de Saintignon – n’est pas sûr de l’emporter. Xavier Bertrand a raison : en cas de duel, cela se jouera à quelques milliers de voix ! Que faudra-t-il décider dimanche soir ? Un troisième qui se retire sagement – et tire un trait sur des postes de conseillers régionaux pendant six longues années ! – et appelle à voter pour son ex-adversaire. Si on peut imaginer Pierre de Saintignon le faire, l’inverse de Xavier Bertrand semble impossible et lui-même s’y refuse. Une triangulaire meurtrière qui offrirait la région sur un plateau au Front National ? Ou, idée qui a pu être nourrie ces dernières semaines, une fusion des listes LR-UDI et PS au second tour, derrière un nouveau chef de file, l’UDI Valérie Létard, ou le socialiste Frédéric Cuvillier ou d’autres ? Ce dernier est lui aussi en choc frontal avec Marine le Pen dans le Pas  de Calais. S’il la supplante, il fera valoir son état de service.Un fusil à un coup : si une telle possibilité était employée, elle ne dit en rien que Marine Le Pen ne gagnerait pas la région, et si elle la perdait, elle aurait encore de fabuleux arguments avec le désormais fameux UMPS. En perspective de sa campagne présidentielle pour 2017.

Et l’électeur dans tout çà ?

D’une manière générale, l’électeur de gauche vote moins difficilement pour une offre de droite que l’inverse. Surtout si l’épouvantail FN relève la tête. Question : un Xavier Bertrand est-il bankable dans un tel cas de figure ? Certains de ses messages, musclés et parfois agressifs, ont pu surprendre au centre droit. Il a judicieusement invoqué le parrainage du centriste Jean-Louis Borloo, l’ancien maire de Valenciennes, dont la figure planera sur la région la semaine prochaine. Les deux hommes se sont côtoyés dans plusieurs gouvernements. Et le nom de Borloo résonne encore positivement du côté de Valenciennes et au-delà. On rappellera qu’il a fait la carrière locale de Valérie Létard. Dans quelle mesure l’électorat de gauche en deshérence se reportera-t-il sur un candidat de droite, Xavier Bertrand ? Et dans quelle mesure, l’électorat de Xavier Bertrand se reportera-t-il sur MLP au second tour ? La disparition d’une offre de gauche peut atténuer ce dernier mouvement alors qu’une fusion PS/LR agirait comme un chiffon rouge sur l’électeur de droite qui hésite entre le FN et LR.

Quel rôle pour les états-majors parisiens ?

Il sera crucial. Ce sont eux qui décideront au final. Jean-Christophe Cambadélis, le premier secrétaire du PS, a dit que le PS prendra sa décision dimanche soir. Nicolas Sarkozy répète en boucle que les listes LR/UDI resteront inchangées “partout où elles seront en position de se maintenir”. Dans tous les cas, les résultats de toutes les régions seront mis en perspective. Et comparés. Les décisions seront prises selon de grandes considérations électorales qui peuvent échapper aux acteurs locaux. On pense à la présidentielle de 2017 et à ses primaires.

Quels indices donnés jusque là ?

Hier, sur le plateau de France 3 Nord Pas de Calais, Xavier Bertrand – plus efficace que pendant le précédent débat –  a laissé échapper à l’adresse de Marine le Pen, moins à l’aise :  “on en reparlera la semaine prochaine, Madame”. Le leader LR/UDI est donc si sûr d’être présent au second tour. En duel ou en triangulaire. De même Pierre de Saintignon confesse qu'”il prendra ses responsabilités”. Comme celle de se retirer ? Martine Aubry, maire socialiste de Lille, cherche à tout prix à éviter d’avoir à subir le reproche d’une victoire du FN. On rappelle que seule la tête de liste a la signature pour se retirer. Ou se maintenir. Une décision qui sera prise forcément en petit comité.

Qui seront les faiseurs de roi ? Ou de reine ?

Les “petits” candidats du premier tour seront attendus. Le score de Jean-Philippe Tanguy, le candidat de Debout la France et de son candidat Jean-Philippe Tanguy, sera important. Pour Xavier Bertrand comme pour Marine le Pen. A la confluence du bloc FN et du bloc LR/UDI, ses 2 % annoncés dans les sondages feront la balance d’un côté comme de l’autre au second tour. Et comme Bertrand et le Pen sont dans un mouchoir de duel…Nicolas Dupont-Aignan, candidat en Ile-de-France, et numéro un de sa formation, sera-t-il appelé à arbitrer ? S’il y a consignes de vote, elles seront sûrement déterminantes. Même raisonnement pour Nous Citoyens, de forte composition centriste, annoncé à 1%. A gauche, l’électeur de Lutte ouvrière sera probablement assigné à neutralité. Reste l’électeur écologiste et communiste. Presque 10 % à eux deux selon les sondages. Le report éventuel de leurs voix sur un Xavier Bertrand sera également déterminant, mais pas acquis ni automatique. La tentation d’aller à la pêche sera forte chez certaines franges écologistes et communistes. On écoutera avec attention les déclarations de leurs leaders, Sandrine Rousseau et Fabien Roussel. Sans préjuger de la participation de leurs électeurs.

Quel impact pour l’offensive de La Voix du Nord ?

Mine de rien, pour La Voix du Nord, le scrutin aura aussi un autre intérêt. En sortant quatre pages en début de semaine de réquisitoire contre le Front National, le quotidien régional est entré dans un rôle inédit de son histoire en jetant aux orties la neutralité traditionnellement admise de la PQR*. Mais qu’en ont pensé les lecteurs ? Une telle lecture peut-elle faire basculer quelques opinions ? Surtout chez les abstentionnistes et les hésitants de gauche comme de droite et du centre. Est-ce le but recherché ? Un effritement du vote du FN par rapport aux sondages pourra être analysé en regard. Attention au retour de flamme du FN ! En cas de défaite de ce dernier, assistera-t-on à des autodafés sur les trottoirs de Bray-Dunes à Creil ? Plus sérieusement, la question d’un groupe de presse quotidienne régionale devenu d’opinion sera posée. Surtout après un tel épisode qui resserre donc les liens avec les pouvoirs locaux traditionnels de toute obédience. A condition que ces derniers l’emportent.

* Il existe quand même quelques précédents, comme la Dépêche du Midi qui faisait la promotion du parti radical de son patron, élu et ministre, Jean-Michel Baylet, ou le Provencal du socialiste  Gaston Defferre à Marseille. L’ancien président socialiste de la région Languedoc-Roussillon Georges Frêche avait eu maille à partir avec le Midi Libre. Chez nous on citera Nord-Matin, aujourd’hui disparu, quotidien socialiste et affiché comme tel. Mais pour VDN cette semaine, il s’agit beaucoup plus qu’une simple ligne éditoriale franche ou d’une prise de position affirmée.

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les vraies raisons de la baisse de fréquentation du Louvre-Lens

Baisse de fréquentation, impacts économiques limités sur le Lensois, DailyNord a enquêté sur le Louvre-Lens. Une enquête en trois volets à consommer sans modération.

Comment le Conseil régional compte affaiblir les associations écologistes

Baisse de subventions ou coupures sans préavis, DailyNord révèle comment le Conseil régional des Hauts-de-France a l'intention d'affaiblir les associations qui gravitent autour de l'écologie et de l'environnement. Retrouvez notre enquête.

Pour ne plus jamais louper un excellent article de DailyNord

L’unique et le seul dictionnaire officiel du Nord – Pas-de-Calais

Retrouvez toutes les définitions du Petit dico décalé du Nord - Pas-de-Calais

Les livres avec Eulalie

Mais qu’est-ce que vous êtes en train de lire ?

>>> Découvrez le DailyProjet

Partenaire