L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

CESE : Jean-Paul Delevoye battu

Petit théâtre de Martine Aubry | Région Par | 01 décembre 2015


A 68 ans, l’ancien maire de Bapaume vient d’essuyer une belle défaite. Il quitte la présidence du conseil économique social et environnemental dès le premier tour de scrutin et cède la place à Patrick Bernasconi, l’un des représentants du MEDEF. Après un mandat, Jean-Paul Delevoye affichait pourtant un bilan consistant pour la troisième assemblée de notre république, souvent décriée pour son manque d’envergure délibérative et confinée dans un rôle consultatif. Assemblée  « socio-professionnelle », J-P Delevoye en était le premier président issu du monde politique, c’est-à-dire comme ancien élu local de premier rang. Il avait été également un remarqué président de l’association des maires de France. On lui reprochait un certain dirigisme et il avait réformé – à la baisse – le généreux système de retraite de l’institution et pointé certains avantages excessifs, membres et personnel confondus. A la tête du CESE ou quand il fut auparavant médiateur de la république, il était un bon client des plateaux télé et il alertait souvent sur les risques d’éclatement de la société et de fracture sociale. A l’instar d’un de ses anciens mentors en politique, Jacques Chirac qui avait promu le concept pendant sa campagne présidentielle de 1995. Avant de proposer en 2001 le sénateur-maire de Bapaume à la présidence du RPR où il sera supplanté par Michèle Alliot-Marie. Puis, plus près de nous, il avait « légué » sa mairie du Pas de Calais à un élu socialiste, par souci d’ouverture mais aussi d’efficacité. Il quitta l’UMP à cette occasion non sans quelques frictions.

Son profil atypique a-t-il effrayé ? Sorte de petit sénat, le CESE reste l’apanage discret des tractations en coulisses et ne trouve que peu d’écho dans l’opinion puisque ses membres nommés échappent au suffrage universel. L’élection au premier tour d’un profil beaucoup plus classique issu de l’univers syndical traditionnel, résonne comme la revanche d’une certaine société civile, peu encline à composer avec un ancien « politique » et qui préfère les personnalités d’appareil. On ne peut s’empêcher de mettre l’événement en perspective avec les actuelles élections régionales. Ministre de la fonction publique et de la réforme de l’Etat dans un gouvernement Raffarin, il s’était présenté aux régionales de 2004 pour la droite, et avait été battu par un certain Daniel Percheron, président socialiste sortant.
Il est le parrain politique de Natacha Bouchart, sénatrice-maire Les Républicains de Calais, très engagée dans la campagne actuelle et qu’il avait chaperonné en 2004 quand il menait la liste de droite (et fille d’un ancien ponte du Service d’action civique du Pas de Calais). Et croisa au sein du RPR Xavier Bertrand, plus jeune que lui, mais qui entra dans le gouvernement suivant le sien après le remaniement de 2004 (secrétaire d’état à l’assurance maladie). Les deux hommes partagent quelques gènes politiques, sur le versant du gaullisme social et du souverainisme raisonnable. Bien sûr, on ne doit pas voir dans tout cela quelconque prémonition.


Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Casting

Bienvenue sur Le Petit Théâtre de Martine Aubry et Xavier Bertrand, associé au pure-player d’informations DailyNord.

Tenu par le journaliste Marc Prévost, et dans le prolongement du livre le Petit Théâtre de Pierre Mauroy, il décrypte et éclaire les coulisses de la vie politique locale et nationale et parfois aussi d’autres choses. C’est son choix !

Voir la bio de Marc Prévost : Ma Bio & my Way

Contacter Marc Prévost

Pour toute remarque, question, vous pouvez contacter l'auteur du Petit Théâtre de Martine Aubry en laissant un message par là .

LES + LUS