DANS LA CORBEILLE DE LA MARIÉE

Petite histoire Par | 08H43 | 19 novembre 2015

Sportifs picards : tout sauf des manchots !

Et l’expression n’a rien d’exagéré : boxe, volley, basket, hockey, natation, tir… et même en plus anecdotique le rugby, nos voisins ont des aptitudes assez impressionnantes au niveau du haut du corps. Ils ont heureusement le cyclisme pour sauver la catégorie cuisses et mollets. Et aussi des disciplines séculaires propres à leur culture sportive, quand bien même ces dernières se déroulent de manière plutôt confidentielle. Voyage au cœur du sport picard garanti sans sex-tape.

Vierge de tout titre, de toute présence au plus haut niveau (on remue le couteau dans la plaie, c’est vrai, puisque nous avions évoqué ce particularisme auparavant) le football est un peu le vilain petit canard de cette galerie. Mais allez comprendre, Wikipedia n’a -presque- que le foot pour référence lorsqu’il évoque les personnalités sportives picardes. Ainsi, sur le site de l’encyclopédie libre, Kevin Gameiro (né à Senlis) et Yann M’Vila (né à Amiens) côtoient les Jules Verne Cauet, Michou et autres Jean-Pierre Pernaut. Très bons footballeurs, ce ne sont pourtant pas des mandataires permanents du top niveau mondial loin de là, alors quid des autres qui vont défiler ci-dessous, sous vos yeux de DailyNautes avides de connaissances ? En fait seule la Senlisienne Céline Goberville, première médaillée française des Jeux de Londres échappe à l’oubli. Et Jérémy Stravius ? Nada. Rudy Gobert ? Peau de balle. Alors il ne faut pas s’étonner que Marcel Communeau ait échappé aux radars. Marcel qui ? Communeau, que nous ne connaissions pas avant de nous pencher sur la question. Désormais tout le monde connaîtra le fameux Marcel Communeau.

Un Beauvaisien au World Rugby Hall of fame, un Saint-Quentinois joueur des Jazz

Un nom tout droit sorti d’une bande dessinée de Margerin, Marcel Communeau (1885-1971) n’a pourtant rien d’un rigolo. Centralien, premier capitaine de l’équipe de France de Rugby à battre une équipe britannique, mais aussi de celle qui jouera le premier tournoi des V Nations et on vous passe le reste de son extraordinaire destin que vous pourrez parcourir ici. Lors de la dernière coupe du monde, il a été intronisé dans le fameux World Rugby Hall of Fame en compagnie d’un autre Français de légende, Jean-Pierre Rives. Certes, la référence est un peu poussiéreuse pour les djeun’s mais croyez bien qu’il vont réagir au quart de tour lorsqu’on évoquera Rudy Gobert. Lui vous ne pouvez pas le manquer avec ses 2,18 m sous la toise. « La Tour Eiffel », « Gobzilla » ou les surnoms que ce gamin natif des cités de Saint-Quentin s’est forgé dans le plus puissant des championnats de basket, la NBA. À 23 ans et en trois saisons, ce jeune pivot est devenu un taulier des Utah Jazz et sa trajectoire ne devrait pas fléchir. De Salt Lake City à Saint-Quentin il y a un océan mais Rudy Gobert est l’emblème de la culture basket régnant dans la capitale de l’Aisne. Véritable institution dans la ville, le Saint-Quentin Basket Ball a connu le plus haut niveau avant de connaître une période plus délicate. Remonté en Pro B, il possède un public aussi chaud que fidèle. On notera d’ailleurs que Saint-Quentin (2011), Amiens (1969 et 1999), Beauvais (2006), Compiègne (2009) ont été désignées villes les plus sportives de France, c’est dire que nos voisins picards sont loin d’être des pantouflards.

Le sport à Amiens : digne d’une université américaine

Ou Anglo-Saxonne au regard du palmarès des hockeyeurs du vénérable SC Amiens multititré tant sur gazon qu’en salle. Mais c’est plutôt la sauce américaine qui l’emporte sur le picalilli. Un étudiant nord-américain se sentirait comme chez lui, jugez plutôt.

Quand les Gothiques jouent au Coliséum (2800 places), c’est toujours un petit événement dans la capitale picarde. Présent sans discontinuer depuis 1982, le club compte le plus grand nombre de saisons consécutives dans l’élite du hockey-sur-glace. Ajoutez deux titres de champion de France et un public de feu et tout est -presque- dit.

Autre sport US bien implanté dans cette ville universitaire : le football américain. Amiens est d’ailleurs la première ville française à avoir construit un stade spécifique à cette discipline. Les Spartiates, créés entre autres par un certain Xavier Thuilot en 1987, sont désormais une référence incontournable de la discipline, titres à l’appui.

On ajoutera le puissant club d’athlétisme de l’AUC qui a vu passer dans ses rangs Chantal Langlacé,  une Amiénoise ex recordwoman du monde du marathon -avouez que ça ne court pas les rues (sic)- ou encore Marie Collonville, médaille de bronze aux mondiaux de pentathlon en 2003. Et puis comment oublier la natation. Avec l’Abbevillois Jérémy Stravius, premier champion du monde de l’histoire de la natation française en 100 mètres dos, champion olympique, l’Amiens Métropole Natation possède un des plus beaux palmarès du sport français. Vous en voulez encore ? Le judo c’est pas mal non plus, le pôle France amiénois a sorti une jolie brochette de champions mondiaux et européens avec en tête de liste Morgane Ribout, championne du monde en 2009. Amiens terre de sport, le terme n’est pas galvaudé.

BOUC, ballon au poing et autres friandises en short

Cet épisode aurait pu se décliner en deux voire trois parties tant le sport picard en a sous le capot (et sous la pédale, voir plus loin). Alors sans bâcler cette tournée des popotes, accélérons ce tour d’horizon puisque de toute façon il y aura toujours un oubli (que ne manqueront pas de souligner vos commentaires).

Dans notre hémisphère, rares sont les clubs de volley masculin à avoir décroché une timbale au niveau national, c’est pourtant ce qu’a su faire le BOUC (Beauvais Oise Université Club) en remportant la Coupe de France en 2008. Bien que le VC Saint-Quentin ne dispose pas de moyens faramineux, la Picardie n’en demeure pas moins une terre de rois pour la petite reine. Avec Francis Moreau, Philippe Ermenault, Christophe Capelle, José Catieau, Arnaud Démare, Christophe Moreau ou encore Eddy Seigneur, la Picardie n’est pas avare en champions.

En termes de sport rustique, la région a su également sauvegarder un réel patrimoine.

Connaissez-vous le ballon au poing ? Non ? Normal. La Somme compte 39 des 40 clubs que compte sa fédération (pour 2500 licenciés quand même). Pour en savoir plus c’est ici mais sachez que la finale du championnat de France se dispute tous les 15 août à La Hotoie, au Ballodrome d’Amiens. Un Super Bowl local en quelque sorte. À ce folklore sportif on peut y ajouter la pelote picarde ou balle à la main et l’ancêtre du tennis, la longue paume considérée comme le plus ancien jeu picard (et comptant le nombre plus qu’honorable de 3500 licenciés).

Bonus : un Gamache à Gamaches pour un championnat du monde de boxe !

Finissons avec cette histoire incroyable mais vraie. De celles que seul le monde la boxe (quand elle était encore populaire et crédible) a le secret. Entre parenthèses il y a les Jacob à Calais comme il y a les Thomas à Saint-Quentin. Le plus connu est Jérôme, double médaillé olympique et champion du monde amateur, et puis Cyril, champion d’Europe professionnel, une sacrée fratrie ! Mais revenons à nos moutons. Gamaches, bourgade de moins de 3000 habitants sise près d’Abbeville a fait le buzz dans les années 80. Ceci grâce au Guy Roux de la boxe locale, Marceau Thorel qui a su monter une affiche complètement hors norme pour ce paisible village : un championnat du monde IBF des Plumes entre l’Américain Calvin Grove et le Portoricain Antonio Rivera. C’était le 23 janvier 1988. Au programme figurait un futur champion du monde des Super-Plumes (3 ans plus tard) puis des Légers (1992) un guerrier des rings du nom de… Joey Gamache. Ça ne s’invente pas. Quand la petite histoire du sport croise la grande et inversement, c’est aussi en Picardie que ça se passe !

Pour en savoir plus : le sport à Amiens sur Wikipedia et picardie.fr.

Photo de Une : capture d’écran de la vidéo des Gothiques d’Amiens.

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Les articles de DailyNord les...

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les vraies raisons de la baisse de fréquentation du Louvre-Lens

Baisse de fréquentation, impacts économiques limités sur le Lensois, DailyNord a enquêté sur le Louvre-Lens. Une enquête en trois volets à consommer sans modération.

Comment le Conseil régional compte affaiblir les associations écologistes

Baisse de subventions ou coupures sans préavis, DailyNord révèle comment le Conseil régional des Hauts-de-France a l'intention d'affaiblir les associations qui gravitent autour de l'écologie et de l'environnement. Retrouvez notre enquête.

Pour ne plus jamais louper un excellent article de DailyNord

L’unique et le seul dictionnaire officiel du Nord – Pas-de-Calais

Retrouvez toutes les définitions du Petit dico décalé du Nord - Pas-de-Calais

Les livres avec Eulalie

Mais qu’est-ce que vous êtes en train de lire ?

>>> Découvrez le DailyProjet

Partenaire