L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Régionales : La fusion gauche/droite sur le feu

Petit théâtre de Martine Aubry | Région Par | 29 novembre 2015

Une poignée de main qui vaut cher. Tous deux députés et candidats aux régionales , le socialiste François Lamy et le Républicain Marc-Philippe Daubresse se sont rencontrés cette semaine à l’Assemblée nationale pour évoquer la possibilité d’une fusion entre les deux listes LR/UDI et PS. En jeu : contrer Marine Le Pen et le FN, encore donnés vainqueurs et qui confortent leur avance, dans le sondage publié aujourd’hui et une région de six millions d’habitants à gouverner (et quel que soit le cas de figure, triangulaire ou duel, cf VDN). Une fusée à plusieurs étages qui peut toujours exploser en plein vol (voir billets précédents). Poussé vers la sortie, Xavier Bertrand se retire après le premier tour. Son score en dessous de 30 % – le sondage montre qu’il régresse – resterait rédhibitoire pour amorcer une dynamique de second tour depuis une plate-forme avec la gauche, une solution qu’il a toujours rejetée pour pouvoir galvaniser un électorat de premier tour.

Pour le second tour, le député-maire de Lambersart veut s’accaparer l’effort du maire de Saint-Quentin et vise également à se substituer à Valérie Letard, tête de liste LR/UDI du Nord, il se croit plus performant qu’elle, et dans l’optique d’une pole position à la présidence du conseil régional. La sénatrice UDI reste dans le jeu mais probablement en numéro deux. Pierre de Saintignon, tête de liste socialiste dans le Nord, et que les sondages donnent invariablement en troisième position à moins de 20%, occuperait la troisième place. Les deux députés cherchent ainsi une solution de rechange en évitant une triangulaire meurtrière pour les deux camps. Mal réélu dans sa ville aux dernières municipales où il a failli être battu, politiquement déclinant, le calcul de Daubresse est motivé par des considérations personnelles. Et vise, en cas de pari réussi, un ministère régalien*. Si Sarkozy réussit le sien en 2017…

Le Lambersartois est en service commandé de Sarkozy, qui craint une MLP présidente de région et ne veut pas un Bertrand victorieux aux régionales dans la primaire à droite, et estime qu’un tel accord décalque le modèle de la gouvernance gauche/droite Mauroy à la communauté urbaine quand l’ancien premier ministre lui avait fait miroiter sa succession et l’avait promu premier vice-président (mais c’était au suffrage indirect et la menace FN n’existait pas). Un scenario de la coalition qui ressemble à un sauve-qui-peut et qui reste pavé d’énigmes. A gauche, comment réagiront les communistes et les écologistes, et leurs électeurs, et seront-ils associés à l’opération ? Le profil d’un Daubresse à la manoeuvre, qui les déteste (“Lille est une ville pourrie par les Verts”, ricane souvent le maire de Lambersart) peut les révulser, et les communistes, comme les socialistes, grimacent devant un élu proche du patronat et issu d’une commune bourgeoise et qui ne partage pas leurs valeurs. Reste à offrir des postes dans un éventuel exécutif, à condition de franchir le seuil des 5%…A droite, le risque d’un transfert d’une partie de l’électorat Bertrand du premier tour, rétif à l’idée même d’une fusion droite/gauche, vers celui de Marine Le Pen n’en sera que plus élevé. Daubresse cherche à se rendre incontournable dans son camp surtout après sa déclaration maladroite de quitter le navire du conseil régional en cas de défaite. Le PS s’efforce de limiter les dégâts et de sauver ce qui peut l’être et l’on attend les réactions à gauche devant une telle initiative si elle devait prospérer. Le FN, plus constant dans son offre électorale, aura ainsi beau jeu de dénoncer le “bricolage UMPS”. A J – 7, le mystère demeure. Rien ne va plus. Les dès roulent…

* Dans cette hypothèse, on peut imaginer une présidence  de région tournante, les candidats ne manqueront pas, de l’UDI Valérie Létard, aux socialistes Pierre de Saintignon et Frédéric Cuvillier, sans oublier François Lamy. Les régionales servent de répétition générale de la présidentielle quand il s’agira de former un bloc gauche/droite au second tour.

Mise à jour 30 novembre, 10h. Quelques réactions sur les réseaux sociaux pour démentir l’info. “Même liste au premier et au second tour”. Et pas de négociations en cours selon les deux camps en présence. François Lamy nie la rencontre, tout comme Marc-Philippe Daubresse sur Twitter. Dont acte. Visiblement, l’idée d’une fusion ne plaît pas. Rendez-vous donc dimanche soir.

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

3 Commentaires

  1. …et le retrait de la liste PS à l’issue du premier tour (s’ils arrivent troisième), ne serait-ce pas la solution la plus efficace pour contrer Marine Le Pen? Comme évoqué ailleurs, pour des raisons peu avouables, certains au PS n’y ont pas intérêt… D’où cette stratégie de sauf qui peu pour préserver leur situation personnelle, avec cette tactique invraisemblable, cette usine à gaz à construire en quelques jours… Marc Prévost, nous ne boxons pas dans la même catégorie, je n’ai pas votre connaissance de la vie politique régionale… Mais imaginez-vous un instant lisant à voix haute l’article ci-dessus à des gens éloignés de la politique… Quel effet cela produirait-Il? Évidemment cet article n’est pas écrit pour eux, mais quand même… Ce scnénario (on exfiltre Bertrand, on met la conseillère régionale fantôme Létard à sa place, on fusionne les listes, accréditant ainsi la thèse umps…) est hors sol, abracadabrantesque. Après de telles manœuvres, en cas de défaite, que resterait-il de la crédibilité des représentants régionaux des partis républicains? Nous aurions la défaite ET le déshonneur.

  2. Bien d’accord sur l’usine à gaz à construire en deux jours. Et moins d’une semaine pour faire campagne ensuite. Comme vous dites, c’est l’électeur qui va s’y perdre en premier,

  3. il n’y a pas de bonne solution, si tant est qu’il ait une solution pour que Le Pen ne soit pas Présidente de la Région … Personnellement je voterai au second tour pour éliminer Le Pen car je pense que son élection serait une catastrophe économique, culturelle et qu’en plus mes pauvres grand-parents immigrés se retourneraient dans leur tombe . Bien que votant à gauche au premier tour, je pense que ce serait tout à l’honneur du PS et EELV de se retirer sans négocier si ils sont derrières. Charge à Xavier Bertrand de rassembler large au second et c’est pas gagné. Même si Le Pen est grande favorite des sondages, ce qui compte c’est le vote des électeurs et rien n’est fini avant le jour “J”. Mobilisation indispensable au premier tour, car sondage après sondage on finit par se demander si il y en aura 2 !

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Casting

Bienvenue sur Le Petit Théâtre de Martine Aubry et Xavier Bertrand, associé au pure-player d’informations DailyNord. Tenu par le journaliste Marc Prévost, et dans le prolongement du livre le Petit Théâtre de Pierre Mauroy, il décrypte  et éclaire les coulisses de la vie politique locale et nationale et parfois aussi d’autres choses. C’est son choix ! Voir Ma Bio & my Way,

A lire sur DailyNord

Me contacter

Pour toute remarque, question, vous pouvez me contacter en laissant un message par là .