ENTRETIEN RÉGIONALES

Réflexions Par | 08H40 | 24 novembre 2015

Éric Pecqueur (LO) : “Je comprends que l’électeur veuille mettre un carton rouge, mais il doit rester dans son camp”

Lutte Ouvrière sera le seul représentant de l’extrême-gauche aux régionales dans désormais moins de deux semaines, le NPA ne présentant pas de liste. Interview de sa tête de liste Nord – Pas-de-Calais/Picardie, Eric Pecqueur, ouvrier de son état chez Toyota.

Retrouvez les différentes interviews des têtes de liste aux Régionales.

eric-pecqueur-4

Mais que regarde Eric Pecqueur, candidat LO, vers sa droite ? Le grand capital ? Photo : DailyNord.

DailyNord : En 2010, vous avez fait 1,44%. Quels sont vos objectifs cette année alors que vous pouvez récupérer une partie des voix du NPA (3% en 2010) ?

Eric Pecqueur : Que l’on ait un maximum de voix qui se portent sur notre liste. Je suis convaincu qu’une partie des voix du NPA se retrouvera sur notre liste et mon travail est justement de convaincre les autres !

DailyNord : Néanmoins, avec ce faible pourcentage, vous êtes plus sur une candidature de témoignage ?

Eric Pecqueur : C’est plus qu’une candidature de témoignage. Nous avons la prétention de faire en sorte que la classe ouvrière révolutionne cette classe capitaliste. Nous sommes porteurs des idées politiques que pouvaient défendre à leur époque Marx, Engels ou Lénine. Une politique révolutionnaire peut résoudre ces problèmes. Mais attention, sans parler de sauveur suprême. Hier encore (l’interview a été réalisée le 9 novembre, Ndlr), j’étais sur le marché d’Orchies et je disais aux ouvriers et retraités qui pouvaient être tentés par le vote Marine Le Pen, qu’il n’y a pas de sauveur suprême. Et que s’ils votent pour elle, ils peuvent s’attendre à de sérieuses désillusions.

Une désillusion “plus forte qu’en 2010”

DailyNord : Justement, lors de votre campagne, comment sentez-vous les habitants de la région ?

Eric Pecqueur : Il y a une profonde désorientation pour le monde du travail. La classe ouvrière est victime des licenciements, du chômage massif, des attaques du gouvernement sur ce qu’il reste des droits des ouvriers en termes de retraite et de contrat de travail. Certains ont cru en Sarkozy, puis en Hollande, la désorientation est d’autant plus forte.

DailyNord : Plus forte qu’en 2010 quand vous étiez déjà candidat ?

Eric Pecqueur : Oui, je la sens plus forte. La désillusion de la gauche est venue par dessus.

DailyNord : Quand vous êtes sur le marché, vous sentez ce glissement vers le vote FN ?

Eric Pecqueur : Oui, on sent qu’il y a une partie de la population qui dit : « ben on a essayé les deux, elle, on n’a pas essayé, on va essayer ». Raisonnement basique, mais c’est là dessus qu’elle table. La gauche et la droite se sont tellement entendues pour écarter de la mangeoire les politiques du Front National que le parti apparaît maintenant hors système alors qu’il est en plein dedans.

“Chaque fois que le PS craint une défaite électorale, il parle de divisions”

eric-pecqueur-2

Une candidature de témoignage ? Eric Pecqueur n’est pas d’accord. Pour lui, les Régionales permettent de préparer les luttes de demain. Photo : DailyNord.

DailyNord : Ce rejet s’exprime par l’extrême-droite. Ça aurait pu s’exprimer par l’extrême-gauche…

Eric Pecqueur : Oui, si électoralement, nous étions plus forts. En 1995-98, toute une partie de l’électorat de gauche s’est saisi de la candidature d’Arlette Laguillier et des listes LO aux Régionales pour dire ce qu’ils pensaient du gouvernement (à l’époque, LO avait d’ailleurs envoyé plusieurs élus au conseil régional Nord – Pas-de-Calais, Ndlr). Moi aujourd’hui, je le dis aux électeurs : je comprends que vous vouliez mettre un carton rouge, mais restez dans votre camp. Marine Le Pen, c’est pas le camp des travailleurs. Nous sommes les seuls à parler de l’emploi et du chômage par le biais des travailleurs, et non l’aide aux entreprises. La classe sociale qu’elle s’apprête à défendre, c’est la même que Saintignon ou Bertrand, la classe bourgeoise.

DailyNord : Ce n’est pas démago d’agiter encore le mythe révolutionnaire en 2015 ?

Eric Pecqueur : Où sont les fondements de la crise ? Dans la régime de propriété des grands moyens de production agricoles et industriels et les capitaux qui appartiennent à une minorité.

DailyNord : Avec votre candidature, vous n’avez pas l’impression de diviser la gauche encore plus (le scrutin comptera quatre listes étiquetées à gauche, Ndlr) ?

Eric Pecqueur : Les gens ne se trompent pas quand ils votent, même s’il y a des tas de journalistes qui ne veulent pas faire la différence entre les partis à gauche, N’oublions jamais que c’est à chaque fois que le PS craint une défaite électorale qu’il parle de division et agite l’épouvantail Marine Le Pen. Tout ça pour faire taire les travailleurs.

“La région donne à bouffer à ceux qui en profitent”

DailyNord : Quelles sont les grandes lignes de votre programme pour les élections régionales ?

Eric Pecqueur : S’il y a une chose d’utile dans les élections pour les travailleurs, c’est que ça peut leur permettre d’exprimer leur classe sociale et leurs exigences. Et se préparer à avoir des revendications qui mettraient la classe ouvrière dans une situation de rapport de force favorable en cas de mouvements sociaux d’ampleur. Ce qui permettrait cela, c’est d’avoir comme perspective, comme en 1968, d’imposer au patronat l’interdiction du licenciement et le partage des profits entre tous. J’ai un exemple : à Toyota, en 2011, suite au tsunami au Japon et à Fukushima, une partie du personnel avait une crainte de manipuler des pièces en provenance du Japon. La direction nous disait « Pas de problèmes », les travailleurs n’ont pas cédé. La direction a dû mettre en place les contrôles de radioactivité et les rendre immédiatement publics.

DailyNord : Quelle est l’influence d’une institution régionale là-dessus ?

Eric Pecqueur : La région, elle ne fait pas grand chose. La région c’est un appendice de l’Etat central, c’est une façon de décentraliser une partie du pouvoir de l’Etat et donner une petite mangeoire à des politiciens locaux. Immanquablement, ils feront comme leurs grands frères du gouvernement en distribuant du pognon au patronat local. Ou pas local d’ailleurs.

Bio express

Il est ouvrier chez Toyota à Onnaing, près de Valenciennes, et a connu toutes les joies de l’intérim et du CDD. Pour autant, ce vieux – 49 ans – briscard des élections, déjà tête de liste LO aux régionales de 2010, originaire du Douaisis, ne se considère pas comme anti-patrons. Il est contre le capitalisme. “Je dénonce régulièrement le fait que le boulanger du quartier paie proportionnellement plus d’impôts que Toyota..”. Résolument du côté des travailleurs, donc. Un camp qu’il épouse en même temps qu’un engagement syndical à la grande centrale syndicale de la CGT. Réticente, très réticente à passer des alliances et des compromis. Un profil éprouvé, donc. Dont les racines puisent au communisme des débuts, quand les “masses ouvrières et paysannes” boutaient hors de l’histoire le régime des tsars et que les grands mouvements sociaux apportaient un peu de réconfort aux prolétaires de chez nous. Mais le combat continue de plus belle, les cadeaux aux entreprises, les impôts locaux qui écrasent les familles, la rapacité des banques et l’inhumanité des grandes entreprises, les licenciements pour augmenter les profits,…Comme en 36, comme en 68. Le grand soir est-il en marche ?

DailyNord : Ça veut dire que la Région n’a pas d’utilité ?

Eric Pecqueur : Elle en a une, elle donne à bouffer à ceux qui en profitent. Moi, mon boulot, c’est de faire des bagnoles, j’ai mon salaire, je ne cours pas après la place. L’assemblée du conseil régional, j’irai comme dans une assemblée hostile au monde du travail, peuplée de représentants qui ne sont là que pour s’opposer aux travailleurs.

DailyNord : On en revient donc à la candidature de témoignage…

Eric Pecqueur : Non, ce n’est pas du témoignage. Mais ces élections permettent aux travailleurs de se compter et se renforcer. Les travailleurs qui se reconnaîtront dans nos idées lors de ces élections, immanquablement, on les retrouvera dans les luttes de demain. Et quand on annonce 1 million de pauvres dans la grande région, inévitablement, il y aura des révoltes sociales.

DailyNord : Un mot sur les deux grands projets régionaux, le Canal Seine-Nord et le RER Lille-Bassin Minier ?

Eric Pecqueur : Le canal, tant mieux si ça crée des emplois, idem si le projet de RER voit un jour le jour. Mais derrière tout ça, il y a des grosses entreprises qui vont en tirer profit, des politiciens qui vont utiliser tout ça pour se faire le représentant de ces grosses entreprises. Au bout du compte, ça ne résoudra pas le problème de fond du chômage.

“Choisir entre la peste et le cholera, on pourra peut-être le faire”

eric-pecqueur-3

Pour savoir ce qu’Eric Pecqueur fera au second tour, rendez-vous au soir du premier. Photo : DailyNord.

DailyNord : Quand vous êtes arrivés, vous nous avez confié avoir commencé votre journée à 4h du matin (il était 17h, Ndlr). Vous travaillez chez Toyota. Comment concilie-t-on campagne et travail ? Et quelles sont les ressources de votre campagne ?

Eric Pecqueur : C’est un peu compliqué à gérer ! J’ai le droit, par la loi, à 10 dix jours de congés électoraux, pris sur mes congés annuels classiques. Je vais tous les prendre. Quant au financement de la campagne, le budget est d’à peu près 100 000 euros, qui proviennent de l’argent des cotisations.

DailyNord : Dernière question. Dimanche 6, c’est la fin du premier tour. Au second tour, on a un duel Le Pen/Bertrand, un duel Saintignon/Le Pen ou une triangulaire. Vous faites quoi ?

Eric Pecqueur : Ça, si vous m’appelez au soir du premier tour, je vous répondrai en fonction. On n’a pas les rapports de force aujourd’hui et on ne se pose pas le problème à l’heure actuelle. Ce qui est intéressant pour le monde du travail, c’est de s’exprimer pour dire les choses. Après, choisir entre la peste et le cholera, on pourra peut-être le faire.

Retrouvez les différentes interviews des têtes de liste aux Régionales.

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Les articles de DailyNord les...

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les vraies raisons de la baisse de fréquentation du Louvre-Lens

Baisse de fréquentation, impacts économiques limités sur le Lensois, DailyNord a enquêté sur le Louvre-Lens. Une enquête en trois volets à consommer sans modération.

Comment le Conseil régional compte affaiblir les associations écologistes

Baisse de subventions ou coupures sans préavis, DailyNord révèle comment le Conseil régional des Hauts-de-France a l'intention d'affaiblir les associations qui gravitent autour de l'écologie et de l'environnement. Retrouvez notre enquête.

Pour ne plus jamais louper un excellent article de DailyNord

L’unique et le seul dictionnaire officiel du Nord – Pas-de-Calais

Retrouvez toutes les définitions du Petit dico décalé du Nord - Pas-de-Calais

Les livres avec Eulalie

Mais qu’est-ce que vous êtes en train de lire ?

>>> Découvrez le DailyProjet

Partenaire