Débat Régionales i Télé/Europe1/VDN : Le débriefing

Bigre ! les coups pleuvaient ce soir entre les trois candidats. Allez, on débriefe. C’est mon avis et je le partage.

Xavier Bertrand. Tendu comme un arc, l’ancien ministre du travail* qui mesure ce soir le handicap d’états de service ministériels a fortiori dans un domaine au coeur de la campagne, l’emploi. Ses adversaires lui ont rappelé la progression du chômage quand il était aux manettes. Sa violente philippique dirigée contre Marine Le Pen  – les mots sont presque blessants : “vampire“, “faire les poches du père“,…- montre l’âpreté du combat entre les deux candidats qui se disputent cette partie de l’électorat entre elle et lui susceptible de basculer d’un côté ou de l’autre. En politique, on gagne peu à apparaître le méchant. Mais Marine le Pen qui sait ce que la posture victimaire apporte peut désormais jouer la “gentille” de ce couple impossible. Le maire de Saint-Quentin affiche un volontarisme de bon aloi, je le crois apte à la fonction. Nul doute qu’il serait à la hauteur de sa tâche. Mais il lui reste à gagner. Un des handicaps de Xavier Bertrand est la modestie relative de son score au premier tour selon les sondages dont on dispose. Peut-être a-t-il démarré sa campagne trop tôt et trop fort. Il navigue entre 25 et 29 % et peine à progresser au second tour. Alors qu’un Christian Estrosi en PACA tourne autour de 35/36% au second tour au coude à coude avec Marion Maréchal/Le Pen dans une configuration similaire (avec quelques différences notables sur la thématique de campagne). Des chiffres étudiés au plus haut niveau à droite. Dès lors, si Xavier Bertrand ne franchit pas nettement la barre des 30%, contre une gauche unie qui le dépasserait, serait-il encore légitime dans un second tour  où les réserves sont déterminantes ? En tout cas, il s’est engagé vis-à-vis de ses colistiers (Darmanin, Woerth, Daubresse, Bouchart, Letard,…) quant à leur présence – et la sienne, évidemment – dans l’hémicycle régional quel que soit le résultat, même dans l’opposition, donc. Un gage de sérieux mais qu’en pensent les intéressés ?

Marine Le Pen. Favorite dans les sondages, à mon avis elle n’a pas pris de point dans l’opinion (entre 36 et 42 % au premier tour). Mais elle consolide son électorat de loin le plus cristallisé de la compétition et qu’il sera difficile de faire changer d’avis. Sa faiblesse en matière économique devrait freiner sa progression vers les franges plus modérées de la droite sensibles au discours de l’efficacité économique et de la compétence. Grosso modo l’UDI et LR, les couches CSP +, pour faire court, qui ne sont pas l’un des noyaux durs de son électorat. Son argument de l'”UMPS” prend un nouveau relief avec les supputations et calculs d’entre-deux tours qui agitent le landerneau (voir ci-dessus et ci-dessous). Visiblement, elle capitalise sur le combat suivant, celui de la présidentielle, comme en atteste les arguments martelés sur les migrants/réfugiés du Calaisis dont elle sait l’écho dans l’opinion, régionale ou nationale. Alors qu’elle était déjà élue régionale en 1998 – elle le redeviendra en 2010, elle s’attache à cultiver une offre providentielle, propre aux personnalités qui n’ont jamais gouverné et n’ont pas de bilan à assumer au contraire de ses deux adversaires. Je suis étonné qu’elle n’ait pas mis plus en avant le laboratoire d’Hénin-Beaumont et la victoire au premier tour de Steeve Briois sur le pouvoir sortant socialiste. Précisément pour continuer de s’adresser aux électeurs de gauche que la gauche a déçu.

Pierre de Saintignon. Il ne peut que progresser et s’il est difficile de dire s’il a engrangé quelques points, il a enclenché quelque chose. Le débat de ce soir lui a permis de se révéler en grand et de combler un peu -peut-être – son déficit de notoriété. Je l’ai trouvé punchy et convaincant à maints égards : il ferait un bon président mais il n’est pas le meilleur candidat. Le bilan de la gauche régionale est lourd à porter dans une grande partie de l’opinion. Son argument d’un profil d’expérience détaché des ambitions nationales est plutôt bien passé (même s’il est à double tranchant…cela résonne comme un aveu embarrassant de modestie), même si son couplet sur la “renaissance” de la région qui va mieux prêterait à sourire si les 12,5 % de taux de chômage n’étaient une affaire sérieuse. Les sondages le placent en troisième position au premier tour – entre 15 et 21 %. Son argument d’une gauche “unie” à plus de 30 % n’est pas très crédible puisque la division n’a jamais été aussi forte (au passage, ce serait l’un des plus mauvais étiage de la gauche dans cette région). La déclaration ambigüe de Manuel Valls – qui coïncide avec le débat de ce soir – sur le retrait de sa liste au soir du premier tour en cas de troisième place pour la gauche n’éclaire pas mieux un quelconque scénario d’entre-deux tours, à l’instar de celle de François Lamy**, par ailleurs colistier de PdS qui s’est évertué à la démentir aussitôt. Son challenge est de se rapprocher le plus possible avec sa liste de Xavier Bertrand et de le dépasser avec les voix des autres candidats de gauche. Ce qui permettrait de justifier un maintien et de provoquer une triangulaire sans se déjuger. Donc de faire élire Marine Le Pen en rejetant la faute morale sur son adversaire.

* L’épisode la poignée de main va faire le tour du web…Un Xavier Bertrand qui salue la candidate du FN qui lui répond, grimaçante, “c’est pas la peine de m’écraser la main…”

** Si la liste PdS arrivée troisième au premier tour, il a évoqué Sur le Monde-Blogs la possibilité d’un retrait mais pas complètement,…quelques places pour la gauche sur la liste Bertrand, qui refuse net : même liste au premier et au second tour…comprenne qui peut, tripartisme oblige. Le retrait à géométrie variable.

5 Commentaires

  1. J’ai trouvé Lepen égale a elle même c’est à dire sans programme sérieux derrière l’esbroufe. Bertrand a été très mauvais ce qui ne surprend pas. Je n’ai jamais compris ce qu’on lui trouvait. De Saintignon s’est révélé bien meilleur que je le pensais. L’inconnu gagne à être connu il ne peux que monter et ce sera peut être la surprise de cette élection. Au passage je le demande ce que fait le modem avec Bertrand qui veut envoyer l’armée ( pour faire quoi ?) a Calais plutôt qu’avec de Saintignon qui me semble bien plus proche des idées du modem. Dommage que les journalistes n’ont pas mieux organisé ce débat car le combat de coqs bertand-lepen fut très pénible.

  2. bonjour
    j’ai regarder quelques extraits du debat de hier soir et en suis sortit deçu
    Pour ma part ce n’était pas un debat pour la region mais plutôt en vue de l’election presidentiel.
    Nous avons entendu parler de lille saint quentin laon faut il rappeler que ( malheureusement ) un departement fait parti de cette region maintenant c’est l’oise departement a la limite de la region parisienne avec tous les problèmes de délinquances qui vont avec.
    de ce cote pas un mot (je rappelle que j’ai regarer des extraits)
    Du cote de notre pouvoir d’achat pas un mot non plus
    En ce qui concerne les subventions aux associations d’aides aux migrants mme le pen ne veux plus en donner !
    Il me semble que la criox rouge fait partit de ces associations (je peux me tromper) mme le pen va donc ne plus les aider alors que la croix rouge aide et participe a beaucoup de manifestations pour la securite de tous.
    ça promet pour l’echelon national
    bref tres deçu et je me pose des questions
    patrick

  3. Ce débat a apporté un éclairage sur Mr De SAINTIGNON, avec une radio, une télé et la presse régionale.
    Mme Le PEN dans son rôle a été magnifiquement servi dans par Mr BERTRAND. Elle conforte sa base et Mr BERTRAND n’a pas su porter les coups. Le candidat UMP a été plusieurs fois déstabilisé et l’ignorance (qui est le plus grand des mépris) dont il a fait preuve à l’égard du candidat socialiste, l’a privé de tout soutien sur le combat commun conte le FN.
    Mr De SAINTIGNON n’a pas de colistier ?
    Mr BERTRAND a répondu pour ces collègues parlementaires sur leur avenir en cas de victoire ou non aux régionales. (j’aimerais entendre chacun d’eux sur le sujet, en commençant par Valérie LIETARD).
    Chacun est arrivé avec ses certitudes et a joué son rôle. Mme Le PEN répond aux attaques et esquive toute argumentation concrète des projets. Mr De SAINTIGNON se satisfait de l’état de notre région. Et Mr BERTRAND est surpris que la contradiction lui soit donnée ( à force de tourner devant ses fans, il a oublié que la Région ne se limite pas aux copains des copains)
    Ceux qui voteront, ce qu’ils ont toujours voté
    Obtiendront ce qu’ils ont toujours obtenu !
    OSONS CHANGER, Votons pour nous NOUS CITOYENS

  4. “Le débat de ce soir lui a permis de se révéler en grand et de combler un peu -peut-être – son déficit de notoriété.”

    Euh… sur quelle quelle chaîne le débat a-t-il été diffusé, déjà? Moi aussi je suis en boucle avec ce débat, mais attention à ne pas surinterpréter sa portée… Bon ok cette émission a fait la une de la vdn, mais presque personne ne l’a vue…

  5. Il y avait Europe 1 aussi, Son nom a été prononçé sur pas mal de chaînes ensuite, disons que les commentateurs s’en souviennent maintenant, même si cela ne fait pas une notoriété, il ne peut que progresser de toute façon même si le retard est important,

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

A lire sur DailyNord

Me contacter

Pour toute remarque, question, vous pouvez me contacter en laissant un message par là .