ON EN PARLE

Réflexions Par | 12H40 | 17 septembre 2015

Régionales : le sondage qui donne Marine Le Pen gagnante

Le sondage IFOP/La Voix du Nord, publié ce jeudi,  est riche d’enseignements. Dommage qu’il n’ait pas analysé les hypothèses, certes moins fiables, d’un second tour à la mode front républicain. Les choses peuvent-elles encore bouger ? Dans tous les états-majors, c’est LA question. La campagne va entrer dans une dernière phase promise à rebondissements. Plusieurs remarques.

sondage

La Une de La Voix du Nord ce matin.

Premier tour : Avantage Marine Le Pen

Le bloc des voix de gauche (étalonné à 31 % avec Lutte ouvrière) est beaucoup plus friable que ses deux concurrents, la droite (maximum 30%) et le FN, mesuré à 35%, probablement le bloc le plus “uni”. Reste la liste Debout la France menée par Jean-Philippe Tanguy (entre 2 et 3 %, et qui s’estime sous-évaluée), qui risque de se voir courtisée au second tour. Par Xavier Bertrand et Marine Le Pen (avantage pour cette dernière tant les messages du parti de Nicolas Dupont-Aignan, actif dans la région, rejoignent souvent ceux du FN). Pour ces derniers, il s’agit de resserrer l’écart ou de le creuser, c’est selon. On remarque les intentions de vote ont baissé chez les écolos (2 points), probablement dû aux grosses tensions qui agitent EE-LV au plus haut niveau. Ces derniers sont quasi-obligés de nouer une alliance pour échapper au désastre politique et financier d’une élimination au premier tour. Avec qui ? Peu de chances de rentrer au bercail de l’union de la gauche. Une liste EE-LV/parti de gauche reste la plus plausible. Et la plus possible. Que fera le PC, sondé seul à 5 % ? Se rangera-t-il dans les pas du PS, l’allié habituel, ou rejoindra-t-il le bloc de la gauche de la gauche ? Les jeux ne sont pas encore faits.

Bertrand a-t-il fait le plein de voix ? La campagne très professionnelle de Xavier Bertrand engagée depuis le début de l’année a porté ses fruits mais semble patiner et le député-maire de Saint-Quentin n’engrange pas tellement plus de voix par rapport aux sondages de juin et reste scotché à 28 % au premier tour. Au second tour, face au FN et à une coalition de gauche – mais laquelle ? – il obtient un 33 % à moitié satisfaisant et qui jette le doute. Pour lui, rattraper Marine Le Pen est vital.

Second tour : Le casse-tête du front anti FN

Quel effet d’une “union” gauche/droite sur le vote FN ? C’est l’inconnue de ce scrutin. De quelle union droite/gauche parle-t-on ? le PS seul avec la droite LR/UDI ou une plate-forme plus élargie ? A priori, une fusion ou un accord électoral serait circonscrit au PS et au PRG avec la droite de Xavier Bertrand mais pour quel résultat et surtout quel effet sur le vote FN si sensible à l’argument du seul contre tous ? L’épouvantail UMPS a certes encore de la réserve (certains disent + 10%). Le maire FN d’Hénin-Beaumont Steeve Briois dénonce ce jour la position de Jean-René Lecerf, le président LR du département du Nord, qui évoquait un gouvernement de salut public régional. De toute façon les états-majors au plus haut niveau n’en veulent pas, tout comme les candidats de la droite et de la gauche. Mais au soir du 6 décembre, devant la menace FN arrivée en tête, les postures peuvent évoluer à la vitesse d’un bricolage d’entre-deux tours…surtout si les protagonistes réservent des sièges aux deux camps. Pour Xavier Bertrand, une issue étroite mais jouable serait d’en appeler à un front républicain et de détacher une partie des voix de la gauche modérée et de passer un accord avec elle. Nous n’en sommes pas encore là. Quant au scénario du retrait de la liste arrivée troisième, c’est le trou noir pour celle …qui se retire.

Quel effet d’un vote utile à gauche ? A gauche, les reports sont beaucoup plus aléatoires et le chiffre de 32% pour une liste de gauche reste théorique, sans compter le risque de devoir supporter les cendres de la défaite et de la victoire de MLP. La déperdition est patente et les derniers scrutins l’ont montré, hormis quelques cas isolés pour les départementales. Au vu des déclarations d’un Jean-Luc Mélenchon pour le parti de gauche (“pas de désistement“), et du comportement parfois erratique de l’électorat à la gauche de la gauche, on peut douter d’une dynamique en marche. Même air de cavalier seul chez EE-LV. A gauche, les consignes de vote sont souvent moins efficaces qu’à droite…et le refuge de l’abstention reste attirant. Une élection est une affaire de chiffres ET de dynamique. Dynamique positive (2+2=5) ou négative (2+2=3). Le réflexe anti-FN subsiste probablement mais dans quelle mesure ?

Et la quadrangulaire ? FN, LR/UDI, PS/PRG et…EE-LV et ses alliés de circonstance, PC et Front de Gauche que l’on peut mesurer autour de 14%, un score qui permet le maintien et un groupe dans l’hémicycle. Ce qui sonnerait le glas des espérances de la gauche sortante et annoncerait une alternance certaine. Un scenario de fracture qui aurait des effets durables à gauche avec une redistribution des cartes pour les élections à suivre. Une vraie brèche par laquelle s’engouffrent des scenarios inattendus. La semaine du 6 au 13 décembre sera décisive avec son lot de tractations et d’incertitude. Partie de poker-menteur en vue.

Ce qu’il faut regarder

Le dossier et le thème des migrants/réfugiés, qui, comme des poupées russes, contient d’autres thèmes majeurs comme l’insécurité, la fiscalité ou le chômage, sera déterminant et va accentuer les lignes de fracture – même si le dossier n’entre pas dans la grille de compétences d’une région, mais plus qu’ailleurs, cette campagne régionale est nationalisée et même internationalisée. Les acteurs de la scène régionale marchent sur des oeufs et la moindre déclaration suscite réaction et critiques (lire également : Accueil des réfugiés, un marqueur politique pour les régionales).

A droite, le centre estimé grosso modo autour de 5 %, mais absent de la compétition, va peser, le discours droitier et musclé d’un Xavier Bertrand l’éloigne du centre (que l’on peut résumer par le vote MoDem), et selon le vieil adage de l’électeur qui préfère l’original à la copie, l’ancien ministre fait la campagne de MLP ! Plus il court après ses thèmes de prédilection, plus elle progresse. Au mieux, l’écart se maintient. Une partie de l’électorat centriste – “Bertrand/Le Pen kif-kif”, un comble ! – peut décider de se porter et se reporter sur la liste PS même alliée à EE-LV au second tour. Et avec le parti de gauche, alors ?

A gauche, Pierre de Saintignon, malgré une campagne de terrain et ses qualités personnelles, reste handicapé par un 17/18 % au premier tour seul. Une liste de gauche unie derrière lui au premier tour se traîne en deçà des 30 %. Difficile d’écrire la partition d’une dynamique de rassemblement de la gauche dans ces conditions. Le PS peut encore tenter de séparer les faux amis du parti de gauche et les communistes pour jouer l’union au premier tour et risquer l’appel au rassemblement au second tour. Question: Martine Aubry ferait probablement mieux que PdS mais dans quelle mesure ? Le renfort attendu d’un Frédéric Cuvillier, maire de Boulogne-sur-mer, dans le Pas de Calais peut apporter quelque réconfort qui restera de toute façon insuffisant et l’on ne voit pas le PS changer son fusil d’épaule. Martine, où-es-tu ? s’époumone un Daniel Cohn-Bendit, apôtre de l’union au premier tour… Mais quod pour le second tour ?

MLP a-t-elle des réserves ? Il est évident que les camps de gauche et de Xavier Bertrand vont s’attacher à effrayer l’électorat tiède, les indécis et les abstentionnistes sur la menace d’une MLP présidente de région, pour les ramener au bercail d’un vote de front républicain. Et risquer de susciter en retour la réaction du vote FN sur l’air de l'”UMPS”. Encore une fois, personne ne peut estimer l’impact de tels messages et lequel pèsera le plus dans les urnes. Mais Marine Le Pen n’a pas encore réellement commencer à battre la campagne et l’on peut raisonnablement estimer qu’elle dispose encore d’une marge de manoeuvre. Alors que ses adversaires ont déjà épuisé quelques munitions. Ce W-E, un maire LR confiait à un journaliste qu’un écart de plus de 5 à 6 % entre Marine Le Pen et Xavier Bertrand au premier tour serait sûrement fatal…à Xavier Bertrand.

Rôle de Paris et des états-majors. Il seront cruciaux dans l’optique d’un regroupement républicain pour faire barrage à Marine le Pen..ou pas. Sinon, c’est la triangulaire qui se profile c’est-à-dire, à peu de choses près, le copié-collé du premier tour…sans oublier une quadrangulaire meurtrière pour la gauche (voir ci-dessus). Idem à droite. Xavier Bertrand, qui nourrit plusieurs ambitions à la fois, ce qui n’est pas un atout, reste engagé dans la primaire à la présidentielle de son camp. Il se tient soigneusement à équidistance des deux favoris Sarkozy et Juppé (ce dernier venu le soutenir aujourd’hui), même si son ADN le pousserait dans le camp du maire de Bordeaux, et malgré quelques différences notables sur les sujets d’actualité. Il ne veut pas insulter l’avenir en cas de victoire de la droite en 2017. Et les résultats et  projections dans d’autres régions seront scrutés à la loupe au plus haut niveau en vue d’un partage des pouvoirs et des victoires et en vue de la présidentielle. Nouvelle partie de poker-menteur en perspective.

1 Commentaire

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les vraies raisons de la baisse de fréquentation du Louvre-Lens

Baisse de fréquentation, impacts économiques limités sur le Lensois, DailyNord a enquêté sur le Louvre-Lens. Une enquête en trois volets à consommer sans modération.

Comment le Conseil régional compte affaiblir les associations écologistes

Baisse de subventions ou coupures sans préavis, DailyNord révèle comment le Conseil régional des Hauts-de-France a l'intention d'affaiblir les associations qui gravitent autour de l'écologie et de l'environnement. Retrouvez notre enquête.

Pour ne plus jamais louper un excellent article de DailyNord

L’unique et le seul dictionnaire officiel du Nord – Pas-de-Calais

Retrouvez toutes les définitions du Petit dico décalé du Nord - Pas-de-Calais

Les livres avec Eulalie

Mais qu’est-ce que vous êtes en train de lire ?

>>> Découvrez le DailyProjet

Partenaire