L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Régionales J-82 : Darmanin en renfort pour Bertrand

Petit théâtre de Martine Aubry | Région Par | 12 septembre 2015

Pourquoi Gérald Darmanin plonge-t-il aux régionales ? Il y a deux manières d’interpréter ce qui est de toute façon un renfort pour Xavier Bertrand, numéro un de son camp (LR-UDI). Alors, verre à moitié vide ou verre à moitié plein ?

La campagne du député-maire de Saint Quentin patine. Parti très tôt – quasiment le premier dès le début de l’année, il affiche plus de 200 réunions publiques -, deux sondages d’étape cet été le donnait à moins de 30 %, quelques points derrière Marine le Pen/Front national, un seuil symbolique qui fait écho dans l’opinion. Xavier Bertrand a vite – et bien, le bonhomme est un professionnel de la politique – rassemblé son camp mais risque ainsi d’avoir presque fait le plein des voix un peu trop tôt. Tout progrès supplémentaire se paiera donc très cher. Quelques loupés dans ses déclarations, et surtout une cacophonie à droite sur le délicat problème des migrants/réfugiés, thème ultra-sensible au coeur de la campagne* et a fortiori chez nous, jouent comme un plafond de verre sur lequel bute le candidat (voir billet : Pourquoi Xavier Bertrand va ramer). L’un des rares qui soit au diapason sur le sujet avec l’ancien ministre de la santé, c’est précisément le maire de Tourcoing (voir billet : La droite perd les pédales). Par ailleurs son « meilleur ami » sur la planète droite républicaine, ce qui peut être perçu comme un geste de méfiance à l’endroit de son propre camp, toujours délicat à galvaniser. Autre personnalité qui fait écho aux propositions de Xavier Bertrand, c’est justement Natacha Bouchart, la sénatrice-maire LR de Calais. On remarque que les maires de grandes villes, élus l’année dernière, donc susceptibles de drainer des voix, sont sollicités pour le combat régional, à droite et à gauche. CQFD ?

Marine Le Pen va descendre dans l’arène régionale la semaine prochaine si l’on en croit ses partisans. Bertrand veut bétonner pour amortir le choc et éviter que la »fille de Jean-Marie Le Pen », comme il la nomme, ne creuse l’écart, ce qui réduirait ses chances de construire une dynamique de second tour. Le vrai handicap de Xavier Bertrand c’est son peu de réserves pour ce second tour. Par une curieuse illusion d’optique, le renfort de Gérald Darmanin ne relève pas d’une stratégie offensive mais bien plus d’une tactique défensive. Un renfort qui, en plus d’unifier la parole de campagne, vise à débloquer le compteur des intentions de vote sur la métropole lilloise, un territoire peuplé jamais facile pour quelqu’un qui n’en est pas issu ou élu – au second tour des municipales à Tourcoing, Darmanin a récupéré un gros paquet de voix FN qui ont alimenté sa victoire, un modèle qui fait saliver le saint-quentinois. Sans compter l’adversaire de gauche qui dispose encore de quelques positions fortes – Lille, Villeneuve d’Ascq, Wattrelos,…-.

Les accords nationaux avec l’UDI et les débats fédéraux ont abouti à la désignation de Valérie Letard comme tête de liste pour le Nord (entre un quart et un tiers des places pour la formation de J-C Lagarde). La sénatrice valenciennoise avait déçu son camp en 2010 en abandonnant son fauteuil de conseillère régionale une fois élue…A-t-elle été perçue comme le maillon faible du dispositif ? On substitue donc à l’attelage Letard/Bertrand un tandem Bertrand/Darmanin, ou plutôt un trio. De même, ce W-E résonne comme un coup d’accélérateur sur la planète politique et militante. Plusieurs formations ont un point d’orgue, EE-LV avec un vote sur les alliances, Les républicains avec le congrès des Jeunes de leur parti au Touquet (et la venue annoncée de Nicolas Sarkozy qui éclipsera les autres participants), l’université d’été du PS à Lomme,… . Le candidat LR ne pouvait rester silencieux.

Il y a aussi une stratégie individuelle pour Gérald Darmanin. L’autre interprétation du renfort de Gérald Darmanin, c’est une issue victorieuse pour la droite. On ne s’implique pas ainsi pour rester dans l’opposition six ans. Vivement le prochain sondage ! La liste Xavier Bertrand est en cours de confection. Dans le Pas de Calais, c’est Daniel Fasquelle, député-maire du Touquet qui est à la manoeuvre. On sait que Natacha Bouchart devrait assurer le leadership dans ce département (voir billet du 31 août, Le plan Cuvillier). Dans le Nord, et même au-delà, les professions de foi individuelles et offres de service arrivent sur le bureau de Gérald Darmanin, directeur de campagne. Bertrand a donc voulu qu’il officie au coeur du réacteur. Les fielleux diront l' »oeil de Moscou ». Il annonce qu’il quittera son siège de député (ce qui attisera les ambitions…). Son éventuel nouveau statut lui conférera une solide position pour tenter, le moment venu, sa chance à la tête de la métropole européenne de Lille. Paradoxalement, son irruption sur la liste Bertrand va compliquer les choses pour boucler la liste dans le Nord. En tout cas, les premiers écrémages laissent filtrer quelques noms en vrac. Le risque de sur-représentation de la métropole lilloise (voir plus haut) devient réel si l’on considère un Guillaume Delbar, le maire de Roubaix, candidat déclaré, le conseiller régional et maire de La Madeleine, Sébastien Leprêtre, ou l’élue régionale sortante de Villeneuve d’Ascq, Florence Bariseau. Le maire UDI de Roncq, Vincent Ledoux, la maire UDI de Wasquehal Stéphanie Ducret, qui repasse devant les électeurs au terme d’un vaudeville politique, sont cités… Le maire UDI de Faches-Thumesnil, Nicolas Lebas est dans les tuyaux. Il s’agira également de trouver l’oiseau rare sur Lille intra-muros…. A l’extérieur de la métropole lilloise, on trouve les conseillers sortants Jean-Pierre Bataille pour les Flandres intérieures, le cambrésien Yves Coupé, Marie-Sophie Lesne, maire du Quesnoy, des élus qui ont oeuvré dans l’opposition et dont l’expérience sera précieuse. Le nom du néo sarkozyste Franck Dhersin, maire de Téteghem, et vice-président de la communauté urbaine de Dunkerque, en pointe sur le problème des migrants-réfugiés, sonnerait comme un come-back pour celui qui fut élu régional il y a une quinzaine d’années. De même, un fauteuil est d’ores et déjà réservé à Frédéric Nihous qui porte la bannière des chasseurs. Pour étoffer leurs troupes, Xavier Bertrand et Gérald Darmanin devront-ils se tourner vers le contingent des conseillers départementaux élus au printemps, ou plutôt leurs suppléants ?

* Sans oublier l’éolien donc l’environnement et le développement économique, curieusement le canal Seine-Nord n’apparaît pas encore sur le devant de la scène.

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

1 Commentaire

  1. Mr DARMANIN a un talent politique hors du commun. Son action municipale fait l’objet d’échos positifs. N’étant pas Tourquennois, je ne puis avoir un propos plus affirmatif.
    Cependant aujourd’hui il manque quelque peu de panache, il quittera l’Assemblée Nationale en cas de victoire aux Régionales. Il eut été formidable, qu’il quitte sa fonction de Député témoignant par ce fait sa confiance en la victoire.
    COURAGEUX MAIS PAS TEMERAIRE ?

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Casting

Bienvenue sur Le Petit Théâtre de Martine Aubry et Xavier Bertrand, associé au pure-player d’informations DailyNord.

Tenu par le journaliste Marc Prévost, et dans le prolongement du livre le Petit Théâtre de Pierre Mauroy, il décrypte et éclaire les coulisses de la vie politique locale et nationale et parfois aussi d’autres choses. C’est son choix !

Voir la bio de Marc Prévost : Ma Bio & my Way

Contacter Marc Prévost

Pour toute remarque, question, vous pouvez contacter l'auteur du Petit Théâtre de Martine Aubry en laissant un message par là .

LES + LUS