L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Peut-être le film de l’année ? J’ose le prétendre. Mais pas à cause de la performance technique ou plutôt stylistique de ce film signé Sebastian Schipper et tourné en quelques jours – on attend sa future livraison, mais celle-ci a reçu le Beaune 2015 et quelques autres distinctions. Un seul plan-séquence, un point c’est tout. Une curiosité. Comme l’avait montré Birdman, l’année dernière. Un super-gimmick qui enrobe le film d’une ambiance unique ajouté à la lumière nocturne qui nimbe ce thriller-drame de plus de deux heures. Original. Mais le plus important est ailleurs. Victoria, c’est l’anti-Auberge espagnole, le symétrique inverse des films de Cédric Klapisch (attention, ceux-ci sont en général excellents et tellement innovants, eux aussi). Le metteur en scène a résolument pris le contrepied  – et c’est convaincant – de cette génération Erasmus, européenne et polyglotte, de Saint-Petersbourg à Barcelone, d’Athènes à Londres, qui célèbre l’homo europeanus et nous fourgue gentiment le nouveau monde censé grandir. Un film noir, sûrement. Une génération perdue, c’est sûr. Victoria, pianiste ratée de 25 ans, fausse naïve qui se cherche un nouveau rêve, trouve dans un Berlin anonyme et désincarné un destin d’une tristesse inouïe. A Madrid, on lui a dit que Berlin était comme une seconde chance et elle y ouvre un café bio.

En boîte, elle rencontre une bande de potes allemands un peu à la marge de la société et chacun très paumés, un peu minables et même sympathiques, à mille lieues de cette jeunesse débrouillarde et motivée que l’on se plaît à nous décrire comme l’avenir du Vieux-Continent. Mais la seconde chance rime avec malchance. Un mauvais trip à la Easy Rider (Peter Fonda, Dennis Hooper, Jack Nicholson) ou Zabriskie Point, le film des années 70 (Antonioni) dont l’acteur principal vivra ensuite pour de vrai ce qu’il a joué, une lente et certaine dérive, un braquage mortel de son propre destin. De l’Amérique qui déchante à l’Europe qui foire. Le spectateur fera le rapprochement comme bon lui semble avec l’actualité. On souhaite à la lumineuse Laïa Costa, la comédienne espagnole déjà primée et à l’allemand Frédéric Lau, récompensé pour son rôle dans la Vague, qui joue son petit ami de quelques heures, de ne pas vivre ce qu’ils ont incarné à l’écran. Ils se retrouvent embarqués sans trop comprendre pourquoi dans un braquage, forcés par des gangsters professionnels, et ce qui devait arriver…La scène de la mort du copain dans la chambre d’hôtel est à pleurer. Pour Victoria, Antigone groggy, qui préfère un inconnu, le coeur est plus fort que la loi des hommes. Les dernières images sont immenses. La nuit terrible est finie, Victoria fait – encore – semblant de savoir où elle va en tenant le sac de fric au milieu de la grande ville et elle marche d’un pas vif dans le petit matin. Ses quatre potes se sont fait flinguer par la police, eux n’ont tué personne (enfin, c’est ce que l’on peut croire, le hold-up n’est que suggéré), tout juste ont-ils mis en joue ce qu’il y avait de bon en eux. Une nouvelle journée commence. Cela sonne comme une tragédie grecque. A Berlin.

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

2 Commentaires

  1. Qu’est-ce que fait cet article dans le petit theatre ?

  2. Parfois on adapte des pièces de théâtre au cinéma !

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

A lire sur DailyNord

Me contacter

Pour toute remarque, question, vous pouvez me contacter en laissant un message par là .