Régionales et sénatoriales, même combat : l’exemple Valérie Létard

Petite surprise après la désignation de l’UDI Valérie Letard comme tête de liste dans le Nord pour les régionales derrière Xavier Bertrand, candidat Les Républicains à la présidence – avec l’appui du maire UDI de Fâches-Thumesnil, Nicolas Lebas. Même si l’affaire semblait jouée depuis plusieurs mois*. On se souvient que l’ancienne secrétaire d’Etat de Nicolas Sarkozy (à la Solidarité puis aux technologies vertes) avait montré quelques velleités de liste indépendante après l’entrée en lice du député-maire de Saint-Quentin, avec lequel elle ne s’entend guère, souvenir d’une tutelle ministérielle Bertrand agaçante quand les deux officiaient dans le même gouvernement. Histoire de prendre position. Ce dernier apaisa rapidement son monde en proposant la place de numéro deux dans son dispositif à la sénatrice. On ne manque pas dans le landerneau de rappeler que celle-ci avait démissionné en 2010 peu après son élection au conseil régional Nord-Pas de Calais et après un psychodrame dont la droite a le secret et qui l’avait opposé à Thierry Lazaro, le député-maire UMP de Phalempin, qui réclamait d’être chef de file de son camp.

Plombée par le rejet du sarkozysme et de la politique nationale, après un tiède score de 26 % au second tour (UMP/UDF, contre 19 % au premier tour), Valérie Létard, peu tentée par l’opposition à une gauche triomphale et qui espérait prolonger son bail au gouvernement – elle le quittera en novembre – lâcha son fauteuil de conseillère régionale de printemps. Non sans avoir clamé le contraire pendant la campagne. Un passif d’image qu’il s’agira de gérer désormais.La première bêtise de Xavier Bertrand“, ironise cet élu de droite qui n’est pas à proprement parler un fan de la sénatrice. Et de dresser la – longue – liste des responsabilités électives et partisanes de Madame Letard et ce n’est pas lui faire injure que de rappeler qu’elle est la fille de Francis Decourrière, ancien député européen et homme d’influence à la droite de l’échiquier politique (il a été le protecteur de Jean-Louis Borloo à ses débuts dans la capitale du Hainaut, il n’est pas anodin de remarquer la figure de l’ancien maire de Valenciennes, centriste rassembleur, derrière l’opération Valérie Létard). Mais il est d’autres conséquences remarquables. La patronne de la communauté d’agglomération de Valenciennes Métropole sera donc en pole position pour succéder à la tête de la région à un Xavier Bertrand ministre d’un Sarkozy réélu président, à condition que Bertrand emporte la région. Et Sarkozy l’Elysée…Bon, le jeu de l’oie n’est pas encore gagné.

Une fois première vice-présidente d’un Bertrand éventuellement vainqueur, elle devrait en toute logique abandonner son siège de sénatrice – et conserver ses responsabilités politiques valenciennoises, elle est première adjointe de Laurent Degallaix le député-maire, sait-on jamais ?  Voyons, voyons la liste Lecerf/Letard de 2011 pour les sénatoriales…Madame Béatrice Descamps-Plouvier, qui avait déjà remplacé au palais du Luxembourg Valérie Létard ministre, est désormais vice-présidente du conseil départemental du Nord (à la culture). Peu probable qu’elle quitte ce mandat. Le suivant sur la liste est Alain Poyart. Un vieux briscard que l’ancien maire d’Avesnes-sur-Helpe, qui fut député entre 1993 et 1997 et conseiller général, dans la plus pure lignée chiraco-sarkozyste. Si celui qui a redistribué une partie de ses mandats depuis un an devait décliner l’honneur d’entrer au palais du Luxembourg, on trouve ensuite Florence Bariseau, l’un des espoirs de la droite nordiste, conseillère régionale sortante, et présidente du groupe de la droite à la métropole européenne de Lille – par ailleurs conseillère d’opposition à Villeneuve d’Ascq. De quoi doper un profil et épaissir une ambition. A droite, c’est l’autre rendez-vous de ces régionales.

* Frédéric Leturque le maire UDI d’Arras se serait bien vu en numéro 2. Mais une bonne partie des talents et ambitions à droite ont été siphonnés par la victoire au conseil départemental du Nord. Les Decagny, Verfaillie, Henno, Descamps-Plouvier, Poiret et consorts, pas tous sortants, ont préféré jouer la carte Jean-René Lecerf, challenger UMP expérimenté dans un scrutin majoritaire donc favorable, avec la victoire au bout. Plutôt que celle de Xavier Bertrand, candidat LR à la présidence de la nouvelle région dans un scrutin à la proportionnelle plus compliqué  (ces triangulaires ! ) et dont on ne maîtrise jamais tous les mystères.

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

A lire sur DailyNord

Me contacter

Pour toute remarque, question, vous pouvez me contacter en laissant un message par là .