ENTRETIEN

Réflexions Par | 08H00 | 06 juillet 2015

F. Leturque, maire d’Arras : “La distance entre notre territoire et les décideurs parisiens est trop forte !”

On entend beaucoup Frédéric Leturque, le maire UDI d’Arras, ces temps-ci. Sur le TGV Paris-Arras, sur l’Université d’Artois, sur le choix de la capitale de la nouvelle région aussi… Ça méritait bien une heure trente d’entretien avec les intervieweurs hors pair de DailyNord.

frederic-leturque-accueil

Frédéric Leturque, maire d’Arras, dans son bureau d’élu. Photo : DailyNord.

DailyNord : Dans la perspective de la nouvelle grande région Nord – Pas-de-Calais/Picardie, vous positionnez votre ville comme possible capitale. On se doute bien que vous n’avez aucune chance. Pourquoi donc cette prise de position ?

Frédéric Leturque : Pour débattre de l’aménagement du territoire ! Il faut une capitale, mais c’est secondaire. Il faut surtout des pouvoirs de décisions répartis dans des villes importantes de la nouvelle grande région. La Région doit se rapprocher des territoires, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Elle a certes un collaborateur qui se perd de temps en temps ici ou là , mais en dehors de ça…

DailyNord : Vous jugez qu’il n’y a pas de relais entre Arras et la région ?

Frédéric Leturque : Je ne dis pas qu’il n’y a pas de relais puisque la Région aide beaucoup les politiques publiques conduites sur les territoires, mais son organisation devrait être décentralisée. Je ne demande pas la mise en place de « Maisons de la Région » sur le territoire, mais l’on pourrait décentraliser des équipes.

“Cette fusion est une occasion unique de repenser l’organisation territoriale”

DailyNord : Lesquelles ?

Frédéric Leturque : Arras pourrait accueillir des directions ou des services régionaux en rapport avec le patrimoine, le tourisme, l’agriculture, les nouvelles technologies… Sans que leur travail n’en patisse : aujourd’hui, on ne se déplace plus en calèche, il y a internet. Cette réflexion est valable pour Amiens, Saint-Quentin, Albert, Dunkerque, Valenciennes… Cette fusion est une occasion unique de repenser l’organisation territoriale en ayant en tête une priorité : la relation aux habitants, aux collectivités. N’oublions pas que cette nouvelle région, vu son importance, va devenir un petit Etat !

DailyNord : Que pense justement l’Etat de ces réflexions ?

Frédéric Leturque : Pour le moment, c’est silence radio… Le Préfet de Région vient de remettre un rapport au Premier Ministre. J’en n’ai pas connaissance. Cette manière de travailler m’interroge.

DailyNord : Alors, quelle capitale entre Amiens et Lille ?


Frédéric Leturque : Je ne choisis pas la capitale. Je choisis le débat sur l’aménagement du territoire.

Tête de liste pour les Régionales dans le Pas-de-Calais ? “On verra”

frederic-leturque1

Cet homme est peut-être la future tête de liste pour le Pas-de-Calais. Enfin, peut-être. Photo : DailyNord.

DailyNord : Compte tenu de votre volonté de vous impliquer dans l’aménagement de cette nouvelle grande région, on imagine que vous serez donc candidat aux Régionales en décembre ?

Frédéric Leturque :  Candidat pour être sur la liste, je le suis, ça c’est clair. Il y a tout un travail à faire sur la reconstruction des politiques publiques et les équilibres d’une capitale régionale avec les autres villes.

DailyNord : En tant que tête de liste dans le Pas-de-Calais ?

Frédéric Leturque :  On verra. Compte tenu des prises de position qui sont les miennes et de la place que j’occupe (président de l’UDI dans le département, au bureau exécutif, Ndlr), j’ai un regard qui a sa place Il y a un dialogue engagé avec les Républicains (ex-Ump), mais rien n’est conclu, il faut voir ce qui va en sortir. En tout cas, ce n’est pas quelque chose d’impossible.

Arras, la future déclassée ?

DailyNord : Dans un essai paru dernièrement « La France périphérique : Comment on a sacrifié les classes populaires », le géographe français Christophe Guilluy, oppose les métropoles mondialisées – concentration de capitaux et d’emplois – aux villes moyennes et aux campagnes, délaissées, selon lui par la République, et de plus en plus perméables au vote frontiste. Quelle est la place d’Arras dans ce schéma ?

Frédéric Leturque :  J’ai lu cet essai et j’y ai retrouvé parfaitement ce que l’on vit ici : la désertification des territoires, les risques de désengagements de l’Etat. Après « Paris et le désert français », il ne faudrait pas faire « Paris, les métropoles et le désert français ». Quand les habitants choisissent de vivre en périphérie, il ne faut pas que ce soit un choix, par défaut. Quand l’Etat retire la moitié du fonds de roulement de l’Université d’Artois, il ne se rend pas compte que les universités de proximité développent des enseignements spécialisés, qu’il y a des laboratoires reconnus dans le monde entier à Arras, Lens ou Béthune. La distance entre un territoire comme le nôtre et les décideurs parisiens est beaucoup trop forte !

DailyNord : . C’est pour gagner du terrain dans une ville qui lui est peu favorable Marine Le Pen a choisi Arras pour sa déclaration de candidature (le FN atteint 10% aux municipales de 2015 remportées au premier tour par Frédéric Leturque avec 57% des voix) ?

Frédéric Leturque :  Elle a surtout choisi Arras pour ne se fâcher ni avec Amiens, ni avec Lille. D’ailleurs, vous remarquerez qu’elle se présente à la tête d’une grande région fusionnée dont elle ne veut pas.

DailyNord : En consultant le journal municipal, on a repéré une tribune de ce FN new-look qui assiste aux débats municipaux, qui soutient même certains de vos projets, bref qui n’est plus dans la critique systématique. Le FN est-il en train de réintégrer le jeu démocratique ?

Frédéric Leturque : Il ne faut pas se tromper. Il y a des partis politiques avec lesquels on peut dialoguer ou travailler, d’autres, non car ils défendent des valeurs que je ne partage pas. Le Front National est dans cette deuxième catégorie. Leurs prises de paroles ou leurs commentaires peuvent être intéressantes, mais pour moi, il n’y a pas d’équivoque.

“Personnellement, je pense qu’il faut participer à la Primaire de la droite”

frederic-leturque6

Frédéric Leturque est l’un des maires UDI de la région qui a pris quelques places fortes aux dernières municipales : Béthune, Maubeuge, Saint-Omer par exemple. Photo : DailyNord.

DailyNord : Si l’on revient à l’UDI, votre famille politique, participerez-vous aux Primaires de la droite l’an prochain ?


Frédéric Leturque : Notre parti en débattra début 2016. Personnellement, je pense qu’il faut y participer et que le centre doit avoir son candidat, ce qui ne signifie pas forcément qu’il doit y avoir un candidat du centre.

DailyNord : Alain Juppé ou Nicolas Sarkozy ?

Frédéric Leturque : Je vous cache pas qu’Alain Juppé est une personnalité avec laquelle on peut composer. Nicolas Sarkozy est… très animé, mais aussi très engagé. Il faut une personnalité avec de la hauteur, de la puissance, qui sache dialoguer, porteur d’un vrai projet.

DailyNord : L’UDI est en tout cas en bonne posture dans la région avec les récents succès aux municipales et aux départementales ?

Frédéric Leturque : Je suis fier du travail accompli par les militants et les élus victorieux à Montreuil, Saint-Omer, Béthune, Auchel, Saint-Nicolas-lez-Arras. On a un tissu assez épais qui montre notre capacité à assumer des responsabilités et à rassembler. Dans le Nord, également, nous avons des villes d’importance avec Valenciennes, Maubeuge, Cambrai. Dans la métropole lilloise, on peut considérer que Damien Castelain est assez proche de nous, tout comme Patrice Vergriete dans le Dunkerquois. L’UDI essaime, il faut compter avec nous.

“Les places ne sont pas encore exploitées à leur juste niveau”

DailyNord : Vous êtes maire depuis maintenant quatre ans (Frédéric Leturque a remplacé Jean-Marie Vanlerenberghe en cours de mandat, en 2011, Ndlr), quelles sont les grands axes de votre politique municipale ?

Frédéric Leturque : Elle repose sur quatre piliers : la réussite scolaire des enfants, le rayonnement d’Arras, l’écoute des citoyens et ne pas augmenter les taux d’imposition.

DailyNord : Justement, concernant le rayonnement, l’image de marque d’Arras peut être encore améliorée ? De nombreux Lillois n’ont jamais mis les pieds sur vos Places…

Frédéric Leturque : Oui, les Places ne sont pas encore exploitées à leur juste niveau par exemple. On est parfois plus connu à l’étranger que dans notre région… On veut développer notre notoriété. Le Main Square, l’expo Versailles sont des vecteurs, le tourisme de mémoire aussi.

DailyNord : Le Louvre-Lens a-t-il sa place dans la stratégie arrageoise?

Frédéric Leturque : Bien entendu. On est main dans la main avec le maire de Lens. Il faut qu’Arras apporte une valeur ajoutée à ce musée pour que ce soit une réussite pour la région.

DailyNord : Encore faut-il prendre le TGV jusqu’à Arras…

Frédéric Leturque : Le combat continue. On en revient à l’aménagement du territoire contre le centralisme parisien. La SNCF a déjà supprimé le 17h22, on ne se laissera pas faire pour le 18h22. On ne peut pas porter l’ambition d’une ville si elle n’est pas accessible. Des solutions existent : il y a beaucoup de trains vers Lille, certains peuvent s’arrêter à Arras. Enfin, pour y arriver, il faut que Martine Aubry accepte ça de son ancien directeur de cabinet, Guillaume Pépy. Je pense que le ticket Aubry-Pépy est le grain de sable qui empêche la région d’avoir des relations saines avec la SNCF.

Scoop : candidat en 2020. Et plus si affinités.

frederic-leturque5

Alerte : vous n’avez peut-être pas fini de voir ce visage. Frédéric Leturque se représentera en 2020. C’est un scoop. Photo : DailyNord.

DailyNord : DailyNord a besoin d’un scoop. Etes-vous candidat à votre propre succession en 2020 ?

Frédéric Leturque : J’ai 46 ans. Si je vous disais aujourd’hui que en 2020, je ne serais pas candidat aux municipales, ce serait curieux.

DailyNord : Et être un relais plus important à Paris, comme député ou sénateur, ça vous tente ?

Frédéric Leturque :  La loi ne le permet plus. Au moins jusqu’à 2017.  C’est un vrai et un faux débat. On se rend compte que sur un certain nombre d’enjeux, on a besoin de porter les dossiers à Paris. Et que si l’on y est pas, on subit. Le non-cumul est intéressant car il permet aux élus locaux d’être plus en dialogue et plus opérationnel dans la vie de leur collectivité, de leur mandat. Mais d’un autre côté, au niveau national, avoir des élus hors sol n’est pas la bonne solution, non plus.

A l’heure actuelle, ça veut dire que les citoyens auront donc un rôle très important dans la désignation de leurs représentants. Mais on en revient aussi à la décentralisation et au fait que trop de choses se décident à Paris: pourquoi les régions ne pourraient pas lever l’impôt ? Pourquoi ne pas changer quelques réglementations qui n’ont rien à voir entre le Nord – Pas-de-Calais/Picardie et la région Rhône-Alpes ? On sait bien que les lycées et universités par exemple n’ont pas les mêmes enjeux selon le tissu économique et social.

DailyNord : Vous n’avez pas tout à fait répondu : député ou sénateur ?

Frédéric Leturque : Je ne quitterai pas mon mandat de maire de manière rapide pour des ambitions personnelles. Si la question est posée, j’y réfléchirais si ça peut apporter à ma ville. Un an après ma prise de fonctions, Jean-Louis Borloo m’avait demandé d’aller à l’Assemblée. J’en étais très honoré, mais les Arrageois venaient juste de me faire confiance.

DailyNord : Un dernier mot sur les permanences en ligne. Nous les avions testées il y a un an et demi avec quelques bugs au passage. C’est un gadget ou ça a une véritable utilité ?

Frédéric Leturque : Elles font partie des outils de relation avec les citoyens. Une trentaine d’internautes participent à chaque fois, pour la permanence physique, c’est de cinquante à cent personnes. Ce n’est pas un gadget, ça permet de toucher les gens qui travaillent. Mais une permanence en ligne, c’est en fait tous les jours avec les gens qui m’envoient des messages sur Facebook et Twitter.

DailyNord : Justement, surveillez-vous l’image que vous pouvez avoir sur les réseaux sociaux ? On sait que parfois les échanges peuvent être violents. Comment le vivez-vous ? 

Frédéric Leturque :  Je le vis bien, il faut avoir du recul, un peu de hauteur, il faut accepter que quand on s’engage publiquement avec ce qui va avec. Il faut aussi savoir poser le cadre. Il m’est déjà arrivé de « bloquer » des gens qui dépassaient les bornes. Ou quand je les croise dans la rue d’aller discuter avec. Généralement, ça décoince beaucoup de choses.

Un peu plus de DailyNord ?

2 Commentaires

  1. On parle toujours de ne pas augmenter les taux d’imposition. Voilà un argument fallacieux.
    Heureusement que l’on ne touche pas aux taux de prélèvement!.
    Mais c’est très hypocrite car les basses d’imposition ne cessent d’augmenter bien plus que l’inflation.
    Alors cessez de travestir le mensonge.

    Seul ce qui sort du porte-monnaie est une vérité! Greg

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Les articles de DailyNord les...

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les vraies raisons de la baisse de fréquentation du Louvre-Lens

Baisse de fréquentation, impacts économiques limités sur le Lensois, DailyNord a enquêté sur le Louvre-Lens. Une enquête en trois volets à consommer sans modération.

Comment le Conseil régional compte affaiblir les associations écologistes

Baisse de subventions ou coupures sans préavis, DailyNord révèle comment le Conseil régional des Hauts-de-France a l'intention d'affaiblir les associations qui gravitent autour de l'écologie et de l'environnement. Retrouvez notre enquête.

Pour ne plus jamais louper un excellent article de DailyNord

L’unique et le seul dictionnaire officiel du Nord – Pas-de-Calais

Retrouvez toutes les définitions du Petit dico décalé du Nord - Pas-de-Calais

Les livres avec Eulalie

Mais qu’est-ce que vous êtes en train de lire ?

>>> Découvrez le DailyProjet

Partenaire