Régionales : Le sondage qui révèle de nouveaux rapports de forces

Il faut se méfier des sondages en politique…Mais personne ne fait l’impasse sur les évaluations de l’opinion. Chaque camp se barde donc de sondages pour mieux se rassurer et montrer ses forces – et cacher ses faiblesses – à d’éventuels alliés… ou au contraire repousser leurs avances. Un sondage IFOP mené début juin pour le compte d’une des forces en lice analyse l’état des intentions de vote pour les régionales de décembre prochain sur la région Nord-Pas de Calais/Picardie. Si les trois grandes forces politiques (PS, UMP-UDI, FN) sont répertoriées, plusieurs combinaisons peuvent être extrapolées et l’on sait que la question des alliances et des reclassements est particulièrement aigüe en raison de la place du Front national et de la nécessité pour la gauche sortante de s’unir si elle veut conserver une chance de bien figurer. De même, les formations politiques chercheront à mobiliser le parti des abstentionnistes et les alliances et fusions d’entre deux-tours serviront aussi à délivrer des messages aux tièdes et indécis du corps électoral.

Front national. Il termine le premier tour en tête à plus de 30 %. Et il disposerait d’une réserve de voix avec une liste Debout la France qui a été évaluée entre 2 et 3%. On peut raisonnablement imaginer qu’une grande partie des électeurs du parti de Nicolas Dupont-Aignan se reporterait sur la liste FN au second tour. Même si le profil d’européen raisonné (gaullien ? que l’on me pardonne cet oxymore) d’un Xavier Bertrand peut aussi aiguiller quelques suffrages vers la liste Républicains-UDI de ce dernier. On fait parfois remarquer qu’une partie de l’électorat Front de Gauche (estimé à 7%) pourrait être tenté par un vote FN au second tour.

Parti socialiste. Seul, il plafonne à 18 %. Allié à Europe Ecologie-Les Verts, il monte à 23 %. Mais reste scotché à cette satanée troisième place qui lui fait engager le second tour en position de faiblesse. C’est le noeud du problème. Avec qui faire alliance ? Et le récent psychodrame de la semaine dernière qui a coupé en deux la fédération socialiste du Nord n’arrange pas les choses avec un centre de gravité déplacé vers la gauche de l’échiquier politique et idéologique. L’idéal, teinté de surréalisme : une plate-forme autour de 35 % capable de rivaliser avec les deux autres et qui irait du Front de gauche au…Modem, avec le PS comme pivot. Mais c’est justement là que ça coince…

UMP/UDI avec Xavier Bertrand (devenue Les Républicains/UDI). La liste emmenée par l’ancien chef de la défunte UMP caracole à 28 %. Mais derrière le FN. Détail important : seul le nom de Xavier Bertrand a été associé à une liste puisqu’il est le seul candidat en réelle campagne depuis le début de l’année (les noms de l’écologiste Sandrine Rousseau ou du socialiste Pierre de Saintignon dont les désignations sont plus récentes, n’ont pas été intégrés au même niveau au questionnaire, même s’ils sont entrés dans la danse, surtout via leurs formations respectives, on peut le regretter – et la remarque vaut pour les autres listes dont on ne connait pas encore les têtes d’affiche). Un score qui n’est ainsi pas vraiment favorable pour le député-maire de Saint-Quentin, surtout quand on considère que Marine Le Pen réserve toujours sa réponse. Le score d’un FN avec MLP devrait ainsi s’améliorer sensiblement. Et creuser l’écart avec Xavier Bertrand.

EE-LV et Front de Gauche. Sa capacité de pression – certains diraient de nuisance…au vu des résultats des départementales – vis-à-vis du PS est confirmée. Allié au Front de Gauche, qui dispose des mêmes intentions de vote, il monterait donc à 14 % au premier tour et le PS resterait collé à 17%. Avec capacité de maintien dans un second tour qui serait selon toute probabilité une quadrangulaire…Une hypothèse meurtrière pour le PS.

MoDem. Le parti de François Bayrou se retrouve ainsi dans la même position que les écolos, celui de groupe-charnière. Avec un étiage mesuré à 5 %, le MoDem ne peut prétendre jouer les premiers rôles mais son apport dans un second tour attisera les convoitises…des Républicains/UDI qui chercheront à rattraper le FN, et du PS, qui cherchera à recouvrer une moins mauvaise position. Il est plausible que François Bayrou pencherait plutôt du côté de la liste de Pierre de Saintignon, surtout si celle-ci fusionne avec les Verts. Reste à trouver les personnalités-leaders en tête de liste qui entraîneront la dynamique et suivraient le maire de Pau dans sa tactique de ralliement. Pour l’instant, rien ne bouge et le parti de François Bayrou ne dit rien sur l’alliance UDI/LR. Qui ne dit mot consent ?

Extrême-gauche. Cantonnée entre 2 et 3%. Son rôle ne devrait pas peser sur cette élection.

 

3 Commentaires

  1. Beau diagnostic sur le plan des “forces” en présence : cependant la grande inconnue demeure l’abstention à laquelle s’ ajoutera le vote blanc…..Nous ne sommes ni en Grèce, ni en Espagne et ce, bien que des habitants de la région subissent la crise de façon comparable. ….No future !
    Il faut donc un PROGRAMME REGIONAL sur lequel les candidats s’ engagent afin que les votes portent sur un PROJET et non sur des noms…….
    Enfin, une région indépendante se doit d’être tournée resolument vers les pays emergents aux taux de croissances ( BRICS) et rompt avec l’axe national et européen, dans un soucis de complémentarité à l’heure d’une mondialisation orchestrée par l’économie libérale dominante

  2. Le score de Nicolas DUPONT-AIGNAN sera bien supérieur à vos prévisions moyennes, surtout dans certaines régions

  3. Peut-être. En deux mois, les choses ont effectivement bougé. Et le scrutin aura lieu en décembre. J’ai écrit dans un autre billet que la sociologie et l’histoire politique récente des deux régions – en particulier les scores du non aux deux référendums de 1992 et 2005 – qui n’en feront plus qu’une étaient porteurs pour DLF – et aussi pour le FN, évidemment.

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

A lire sur DailyNord

Me contacter

Pour toute remarque, question, vous pouvez me contacter en laissant un message par là .