ANALYSE

Réflexions Par | 12H43 | 30 juin 2015

Régionales : ce que change la candidature de Marine Le Pen

Ce ne fut pas une décision facile mais la présidente du Front national se lance à l’assaut de la nouvelle grande région Nord-Pas de Calais/Picardie. La question européenne liée à la Grèce et les drames qui ont ensanglanté l’actualité lui ont fourni de bons prétextes pour rebondir et sortir du bois : autrement dit, l’euro, l’immigration et le “péril islamiste”. Deux sondages effectués presque coup sur coup lui donne un avantage sur ses adversaires de droite et de gauche et son entrée en lice doit doper son score. Nous sommes à moins de six mois du scrutin et rien n’est joué. La présidente du FN a pris un avantage sur ses adversaires et désormais, la grande région Nord-Picardie est dans sa ligne de mire.

Marine Le Pen pourrait bien bouleverser les équilibres politiques. Crédit photo Stéphane Dubromel.

Marine Le Pen pourrait bien bouleverser les équilibres politiques. Crédit photo Stéphane Dubromel.

En cas de triangulaire fermée au second tour, c’est-à-dire sans possibilité d’accord ou de rapprochement, Marine Le Pen aurait une chance certaine de remporter la région. Deux sondages (dont un révélé par le Petit Théâtre de Martine Aubry sur Régionales : le sondage qui révèle de nouveaux rapports de force)  lui donnent la première place au premier et au second tour (37% dans ce cas). Pour la battre, ses deux adversaires principaux, Xavier Bertrand (Les Républicains/UDI) et Pierre de Saintignon (gauche) doivent s’entendre d’une manière ou d’une autre mais comment ? Car il n’y aura pas de troisième tour et le vainqueur ou plutôt le candidat arrivé en première position, au dessus du seuil légal, dominera le futur hémicycle, ce qui lui donne les moyens de gouverner. Les états-majors auront naturellement leur mot à dire dans cette joute si cruciale puisqu’elle sera la dernière avant la présidentielle de 2017. Et les tactiques en oeuvre conditionneront celle de la présidentielle dont on peut dire qu’elle a commencé entre ses principaux acteurs déclarés, François Hollande, Marine Le Pen et Nicolas Sarkozy. Xavier Bertrand et Pierre de Saintignon, au vu de ces évaluations de l’opinion, se battent désormais pour la place de numéro 2. Le premier doit tenter de rester second et le deuxième tout faire pour arriver second… Pour ces deux-là, la question est: quelles sont les réserves à galvaniser d’ici décembre pour rester dans la roue de Marine Le Pen ?

Pour Pierre de Saintignon, l’enjeu ressemble à un parcours du combattant. Outre la dimension symbolique dans une région toujours dirigée par la gauche depuis sa création, il doit impérativement rassembler son camp s’il veut conserver une chance de bien figurer et sauver les meubles. La gauche unie – avec le front de gauche – talonnerait le candidat de la droite républicaine au terme d’une triangulaire, autour de 31/32%. La gauche unie…les dernières compétitions électorales ont montré les divorces grandissants qui minaient le camp de la gauche, défaite aux municipales et qui a perdu quatre départements rien que sur le périmètre de ces régionales. Et les sondages ne mesurent pas l’hypothèse certes peu plausible d’une quadrangulaire avec une quatrième liste Front de Gauche/Europe Ecologie -Les Verts – que l’on pourrait estimer à 12/14% et qui signerait l’éclatement de la gauche tout en prenant des airs de punition. Après tout, le tandem avait concouru pour les départementales avec les résultats que l’on sait. Les chiffres d’un second tour le place presque au niveau de Xavier Bertrand (31% contre 32 %) ce qui doit mettre du baume au coeur du candidat de Martine Aubry, lui aussi en campagne depuis le début de l’année. Les deux savent que l’Elysée et Matignon regardent avec attention ce qui se trame au nord sur fond de bisbilles partisanes au parti socialiste et de rivalités personnelles entre François Hollande, Manuel Valls et Martine Aubry, par exemple. Le dossier des régionales sera-t-il happé au sommet de l’Etat ?

Xavier Bertrand sait désormais que l’affaire ne sera pas aisée. Lui qui avait réussi son prologue de janvier semble patiner. Le sondage de lundi lui donne même un 26 % au premier tour, soit une faible érosion. De quoi redonner espoir à son adversaire de gauche, aux prises avec le casse-tête de l’union de son camp, seule solution s’il veut ne pas avoir à vivre le crève-coeur d’un retrait de liste entre les les deux tours. Ce serait un comble si arrive 3 ème au terme du premier tour, face à une gauche rassemblée qui aurait refait son retard, Bertrand devait retirer sa liste pour ne pas faire gagner Marine Le Pen ! Sa tactique est simple mais risquée. Cogner sur Schengen et l’immigration pour endiguer l’hémorragie vers le FN, puis ouvrir au centre pour refaire son retard (relire l’article du Petit Théâtre de Martine Aubry pourquoi Xavier Bertrand va ramer). Face au piège des régionales incertaines, à une primaire pour la présidentielle de son camp qui ne lui est pas favorable (on se demande ce qu’il vient y faire…), à un Nicolas Sarkozy prêt à tout pour se tailler une route vers l’Elysée, y compris à des accords secrets, le député-maire de Saint-Quentin risque d’être à la peine. Une défaite en décembre sonnerait le glas de ses illusions nationales et le “baronniserait” pour longtemps. Son équipe de campagne est à l’oeuvre et un Gérald Darmanin, le député-maire LR de Tourcoing qui dirige sa campagne, fera flèche de tout bois contre une Marine Le Pen, désignée adversaire numéro un. De ce côté-là, on ne va pas s’ennuyer…Darmanin atteindra-t-il sa cible ?

Les “petits” candidats. Europe Ecologie-Les Verts, Front de Gauche, MoDem, Debout la France, extrême-gauche, tous naviguent entre 1 et 8 %…auront certes leur mot à dire mais surtout des choix à faire après le premier tour voire avant. Question : dans quelle mesure les consignes ainsi lancées sont-elles suivies ? Les écolos pour Pierre de Saintignon, le Front de Gauche itou (mais dans quelle mesure ? ), le MoDem pour Bertrand (même remarque), Debout la France pour Marine Le Pen, les Chasseurs entre Bertrand et Marine Le Pen, selon le vieux principe des scrutins de listes à la proportionnelle, les petits ruisseaux font les grandes rivières.

La nièce Marion. La trajectoire de la nièce Marion Maréchal-Le Pen a évidemment nourri la décision de MLP, qui ne voudrait pas la voir remporter la région PACA ou même s’affirmer dans le sud-est alors qu’elle-même aurait déclaré forfait. Les troupes à la droite de la droite ne comprendraient pas. Et une grande majorité d’élus locaux, aussi. A commencer par ceux de la région Nord-Pas de Calais/Picardie, un territoire désindustrialisé, cible de choix pour un FN relooké et désormais emmené par une MLP qui a jeté son dévolu dès 1998…aux régionales.

2017. Si elle est élue à la tête de la région*, la présidente du Front national entamera aussitôt sa campagne présidentielle. Et laisserait alors les rênes à une équipe de factotum pour régler la voilure du navire. On prêtera alors la plus grande attention aux noms qui suivront sur la liste. Par contre, il ne sera pas aisé pour la présidente du FN de battre la campagne nordiste et picarde et d’accompagner les candidats frontistes aux régionales (Aliot en Languedoc-Midi-Pyrénées, Philippot dans l’est, Saint-Just en Ile-de-France, Maréchal-Le Pen en Provence-Alpes-Côte d’Azur…mais a-t-elle intérêt à booster la nièce qui campe sur une ligne différente ?) tout en ménageant son itinéraire de la présidentielle et en animant le groupe de députés européens qu’elle vient de former. Pas évident.

* Dans ce cas, le message à son électorat est clair. “C’est possible, continuons…“. Si elle échoue, “Le système est toujours contre nous, vengeons-nous à la présidentielle“. Dans les deux cas, son image sort renforcée.

 

Un peu plus de DailyNord ?

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Les articles de DailyNord les...

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les vraies raisons de la baisse de fréquentation du Louvre-Lens

Baisse de fréquentation, impacts économiques limités sur le Lensois, DailyNord a enquêté sur le Louvre-Lens. Une enquête en trois volets à consommer sans modération.

Comment le Conseil régional compte affaiblir les associations écologistes

Baisse de subventions ou coupures sans préavis, DailyNord révèle comment le Conseil régional des Hauts-de-France a l'intention d'affaiblir les associations qui gravitent autour de l'écologie et de l'environnement. Retrouvez notre enquête.

Pour ne plus jamais louper un excellent article de DailyNord

L’unique et le seul dictionnaire officiel du Nord – Pas-de-Calais

Retrouvez toutes les définitions du Petit dico décalé du Nord - Pas-de-Calais

Les livres avec Eulalie

Mais qu’est-ce que vous êtes en train de lire ?

>>> Découvrez le DailyProjet

Partenaire