UN AN APRÈS LES ÉLECTIONS

Dossier Par | 07H45 | 23 juin 2015

Un an après les Européennes (4) : dans la vie d’un assistant parlementaire

Ils travaillent souvent dans l’ombre. Si les députés européens sont plus connus du grand public, on ne sait pas vraiment qui sont leurs bras droits. Collaborateurs politiques des élus, les assistants parlementaires jouent un rôle primordial. Zoom sur le travail de l’un d’entre eux, Jean-Gabriel Audebert-Lasrochas, originaire du Touquet.

Jean-Gabriel Audebert-Lasrochas, assistant parlementaire du député européen Dominique Riquet n'est autre que le petit-fils de Léonce Deprez, ancien député-maire du Touquet. Crédit photo Jean-Gabriel Audebert-Lasrochas

Jean-Gabriel Audebert-Lasrochas, assistant parlementaire du député européen Dominique Riquet, n’est autre que le petit-fils de Léonce Deprez, ancien député-maire du Touquet. Crédit photo Jean-Gabriel Audebert-Lasrochas

Il a d’abord appelé DailyNord pour nous faire remarquer que le premier volet de notre dossier Européennes baptisé Qui a le plus travaillé parmi vos eurodéputés ? ne portait que sur le quantitatif*. Et non sur le qualitatif, “comme la présence en commission, le travail quotidien d’un eurodéputé impliqué, les intergroupes, etc“. Jean-Gabriel Audebert-Lasrochas, assistant parlementaire du député européen Dominique Riquet (UDI), avait raison. Seulement, notre parti pris était de parler d’abord des chiffres, puis dans un deuxième temps du travail des eurodéputés à travers une interview croisée, publiée deux jours plus tard – à relire ici : Le travail des députés nordistes vus par Karima Delli (Les Verts) et Dominique Riquet (UDI).

Il faut dire que quand Jean-Gabriel Audebert-Lasrochas commence à parler de l’Europe, on ne l’arrête plus. Que ce soit sur les questions d’immigration, d’industrie ou de recherche voire de géopolitique, le jeune homme de 26 ans est presque incollable. Il a même des idées bien arrêtées sur la machine européenne : “Le problème aujourd’hui, c’est qu’on a le cul entre deux chaises. L’Europe reste malheureusement une oeuvre inachevée car il n’y a pas de politique migratoire commune, pas de politique militaire européenne, pas d’Europe sociale, ni même fiscale d’ailleurs : dans tous ses domaines, ce sont encore les Etats qui décident“, avance-t-il avec un certain franc parler.

Super assistant

Pour être bien dans son job d’assistant parlementaire européen, il faut non seulement être pro-européen, mais aussi être bosseur. Jean-Gabriel Audebert-Lasrochas ne compte plus ses heures à la commission européenne de Bruxelles comme au Parlement à Strasbourg. Son rôle quotidien : relever les mails, ouvrir les courriers, préparer les discours et les tribunes, travailler sur des rapports parfois très techniques comme ceux de la commission industrie, recherche, énergie et numérique, assister aux réunions, répondre aussi bien aux demandes d’un citoyen européen qu’à un haut dirigeant d’entreprise ou à la presse, coordonner l’intergroupe sur l’investissement créé par Dominique Riquet… Le tout en gardant un oeil sur l’actualité et en organisant l’emploi du temps de son député !

Au FN, les assistants européens dans la tourmente

Question salaire, chaque eurodéputé possède une enveloppe de 21 209 euros qu’il est libre de dépenser à sa guise pour l’emploi de ses collaborateurs.Si Dominique Riquet s’est entouré du maximum de trois assistants accrédités autorisés (accrédités c’est-à-dire travaillant à la Commission à Bruxelles), la situation est un peu plus délicate pour le FN, actuellement visé par une enquête pour fraude. Le parti d’extrême droite est accusé de rémunérer des cadres du parti grâce aux deniers européens, sans que ces derniers ne travaillent à Bruxelles (relire l’information révélée par Le Monde Le FN au coeur d’une enquête pour fraude). Les 29 assistants de 23 députés européens frontistes bénéficieraient de rémunérations versées par le Parlement… alors qu’ils travailleraient sur le territoire français au service du parti national! L’élu héninois Bruno Bilde proche de Marine Le Pen, est notamment visé dans cette affaire. Toujours d’après une enquête des Décodeurs du monde, le FN serait ainsi le champion du cumul de fonctions, additionnant mandat électif et fonction partisane.

Sciences po et sens politique

L’assistant parlementaire doit généralement avoir une grosse capacité de travail, avec les études qui vont avec. Si être diplômé de Sciences Po constitue encore la voie royale pour accéder à des postes d’assistants parlementaires européens, la filière droit est aussi très appréciée. Jean-Gabriel Audebert-Lasrochas est d’ailleurs avocat spécialisé en droits des affaires de formation, avec une année passée à Londres. “En sortant de stage, j’aurais pu être embauché par des cabinets américains. Mais j’ai refusé pour venir à Bruxelles : j’étais plus enthousiasmé par la chose européenne que par l’analyse juridique de la propriété intellectuelle“.

Le jeune homme avait commencé par être collaborateur de l’eurodéputée Marielle Gallo, avant d’être directeur de campagne de Dominique Riquet l’année dernière, sur la circonscription Nord-Ouest. Etre proche des idées politiques de son élu semble également être une condition sine qua none : centriste comme son patron, Jean-Gabriel Audebert-Lasrochas ne voit pas la politique “comme noir ou blanc mais plutôt gris“. L’assistant parlementaire est en effet généralement recruté dans le réseau politique, via un contrat de droit privé selon la législation du pays d’origine. Côté contrat, Jean-Gabriel Audebert-Lasrochas a signé un CDD pour 5 ans, soit la durée du mandat de Dominique Riquet. Côté réseau, on peut dire qu’il a ce qu’il faut : Jean-Gabriel Audebert-Lasrochas n’est autre que le petit-fils de Léonce Deprez, maire du Touquet pendant 33 ans (relire sa biographie dans notre série Les portraits de grands maires). Son père, Patrick Audebert était maître de conférence à l’Université du Littoral, professeur à HEC Executive, investi dans le club d’entreprises APM.

Mon grand-père était pro-européen : je suis donc tombé dans la marmite de l’intérêt général tout petit. J’ai très vite su qui étaient Monnet et Schuman (NDLR les fondateurs de l’Europe). Très tôt branché vie publique, je ne suis absolument pas très emballé par la politique politicienne. Je suis plus attiré par la notion de gouvernance“, assène le jeune homme qui se verrait bien prendre la relève de son grand-père… Pourquoi pas lors des prochaines élections régionales !

*Lors du précédent mandat, le FN a été tellement blâmé pour son manque de participation aux séances plénières que le parti d’extrême-droite a su tirer parti du système. Désormais, les eurodéputés frontistes multiplient les interventions de quelques mots et ainsi gonfler artificiellement leurs statistiques.

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Abonnez-vous à notre newsletter

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie

Contacter la rédaction

Ça se passe par là