REBOND ROTATIVES

Réflexions Par | 08H30 | 30 mai 2015

Presse régionale : fusions, concentrations, piège à c… ?

« Cinq quotidiens édités à la veille de la Seconde Guerre mondiale à Lille, deux à Roubaix, à Arras, à Boulogne, à Calais, un à Dunkerque… Pendant longtemps les départements du Nord et du Pas-de-Calais ont été cités en exemple pour le pluralisme de leur presse » (quatrième de couverture de La presse du Nord et du Pas-de-Calais au temps de L’Echo du Nord par Jean-Paul Visse, éditions Septentrion). Que de chemin à l’envers parcouru depuis tout ce temps. La presse écrite régionale est devenue depuis une seule et même galaxie saupoudrée de quelques microscopiques poussières d’étoiles, synonymes de village d’Astérix éditorial, la potion (financière) magique en moins. 20 Minutes, Metronews, groupe Voix du Nord : ça bouge dans la presse nordistec’était l’un de nos sujets forts de la semaine. Du caviar pour les contempteurs du mondialisation = uniformisation. Et là on ne peut leur donner tort. Nous n’apportons pas de solutions, juste un modeste éclairage équivalent à une ampoule dans l’éclairage public. Rebond concentration (d’infos).

Mais arrêtez d’écraser nos journaux ! Photo : Stéphane Dubromel.

La presse pluraliste  est à l’image de la biodiversité, toujours plus réduite limite proche de la voie d’extinction. Et ces derniers jours démontrent que le front de la concentration de la presse gagne du terrain. Inexorablement. Ce qui, on s’en doute, ne contribuera pas à sortir de sa torpeur une profession déjà bien abîmée par la précarité. S’agissant de ce dernier élément, autant dire que cela en touche une sans faire bouger l’autre chez nos industriels de la presse. Le volume l’emporte sur le contenu, les rentrées publicitaires (convenons en, cela est effectif depuis des temps immémoriaux) font peu de cas d’une orientation éditoriale originale et ambitieuse. Ou alors il faut se contenter d’un abonnement au Monde Diplomatique ou à La Brique, dernier bastion d’une presse alternative dans la région. Même constat s’agissant d’une presse régionale d’opinion, Liberté passé de quotidien à hebdomadaire en 1992 survit encore par miracle mais pour combien de temps encore? La Croix du Nord connaît une situation plus zen même si l’hebdomadaire est dernièrement tombé dans l’escarcelle du groupe Publi-Hebdos, filiale de Ouest-France. Il s’agit d’ailleurs du seul petit orteil posé par le géant breton dans le territoire, ou plutôt la chasse gardée, du groupe Rossel. Plus qu’une anecdote, Liberté Hebdo et La Croix du Nord, les Peppone et Don Camillo des rotatives, sont les seuls à avoir conservé leur titre après guerre parce que ne s’étant pas compromis dans la Collaboration. Cette dernière a peut-être changé d’horizon mais toujours pas sa signification (c’est bas diront certains mais n’est-ce pas justement la conséquence directe de la disparition du pluralisme  ?). Enfin, les cas récents de Metronews et 20 Minutes font office de révélation à nos yeux éblouis de candeur : la presse gratuite a elle aussi un coût. Si si !

 Et demain ?

Même le fond de commerce des anciens et retraités, une valeur sûre, se fissure au niveau des abonnements, signe que le problème de la presse papier quant à son audience ne tient plus dans l’unique et sacro-sainte “érosion des ventes due à la percée des nouveaux moyens de communications“. Depuis le temps, nos seniors sont d’ailleurs devenus eux aussi des geeks et savent parfaitement chercher l’information sur la toile. Faut pas les prendre pour des abrutis, ils ont bien compris que les contenus papiers du jour ont déjà été traités sur le net, que nulle information n’échappe aux fils de la toile sous toutes ses déclinaisons. Ne parlons pas des djeun’s rompus aux technologies et contemplant un journal tels les visiteurs de la grotte de Lascaux. Ça saupoudre l’audience, ça la ventile façon puzzle.

A bien y regarder la concentration des titres de presse n’est peut-être jamais que l’avant-garde des futures fusions de régions, une globalisation sans âme, avec pour seule boussole l’économie, la finance et les intérêts particuliers, paradigme d’une gouvernance hors sol vis a vis des réalités de terrain mais c’est un autre sujet. Ou plutôt non, il y a 10 ans exactement, les électeurs français votaient majoritairement non au projet de constitution européenne en dépit d’un véritable -et vain- travail de sape d’un large ensemble de la presse pour le oui. Résultat, le journalisme est devenu l’une des professions les plus défiées, méprisées. Elle fait pourtant toujours rêver, allez comprendre. Cette planche de salut demeure toutefois bien fragile. Demain ne s’annonce pas rose tant que le souci principal sera de faire de l’information un produit plutôt qu’un service public sincère et neutre, un tuyau à pubs plutôt qu’un chemin menant vers une meilleure perception de notre monde (c’est beau, on dirait du veau !). Bref, y a du boulot, le paradoxe étant que les journalistes en trouvent de moins en moins…

Cette bordée de boulets rouges passée, reconnaissons que le défi n’est pas simple à relever, même pour les consortiums dont les dirigeants n’ont jamais écrit un article de leur vie (savent-ils d’ailleurs écrire ? lire ? compter, ça oui). Le modèle économique -DailyNord est bien placé pour le savoir- relève de la chasse au Yéti. Pour l’instant introuvable mais on ne désespère pas. La presse de qualité a un prix, internet ayant vulgarisé la gratuité c’est l’ascension du Tourmalet qui s’annonce. Et c’est avant tout au public de saisir cette nuance. L’information maîtrisée, vérifiée, qui soulève les dysfonctionnements et les tragédies comme les progrès de nos sociétés, pave les chemins de notre civilisation comme de nos communautés est aussi vitale que l’eau ou l’énergie. On paie les factures de ces deux dernières sans barguigner, ponctuellement, sous peine d’être coupé. Et si on faisait la même chose avec la prestation d’informer ? Eh ouais, coincé ! Raison de plus pour ne pas laisser la possibilité d’informer aux mains d’un monopole, d’un quarteron de sociétés s’entendant pour partager le gâteau en toute convivialité. Et pourtant comprenez bien, si vous daignez vous en donner la peine, que la vie d’un journal comme celles de ceux (celles) qui le font, c’est tout sauf du gâteau.

Il reste encore des aventuriers fiers de partir défier la jungle d’une information différente : dans la région, Leopolis a porté son numéro Un sur les fonts baptismaux en février dernier. On leur souhaite bon vent. Et bon courage.

Et vous pouvez aussi soutenir financièrement DailyNord. Ça se passe là, c’est pas long et ça contribue au pluralisme de la presse dans le Nord – Pas-de-Calais.

POUR ALLER PLUS LOIN

Un point sur la concentration de la presse et des médias par Médiapart.

Un seul quotidien pour tout l’Est de la France ? par France Bleu

Concentration des médias : Etat des lieux. Journée thématique organisée au Sénat le 9 juin 2005.

Et du 100% Dailynord : France TV : nouvelle présidente, nouvelle donne pour les chaînes régionales ?

3 Commentaires

  1. Et le groupe L’Observateur ? Six titres dans le Nord-Pas-de-Calais, ce n’est pas une alternative aux autres titres de la presse écrite régionale ?

  2. Merci pour avoir comblé cet oubli. J’ajoute avoir également omis sans doute le doyen des journaux régionaux, L’Abeille de la Ternoise -faisant partie depuis quelques années du même groupe que celui de L’Observateur- ainsi qu’un autre papy de la presse régionale, L’Indépendant du Pas-de-Calais. Dont acte.

  3. Je découvre vôtre site par hasard suite à un article sur un fabriquant de poupées légèrement xxx domax.fr ….suite à article sur site de Baptiste Coulmont ( //coulmont.com/blog/2006/01/26/marche-du-sex-shop/ ).
    Vous m’ avez fait rire dans un autre article , concernant entre autre avec le ” camembert en poudre ” serait-ce fabriqué par ” Président ” , marque que je ne mange jamais . Bref , bien sur que les journalistes sont indispensables pour les articles de fond , pas ceux que tous les journaux répètent pour cliquer sur leur site . En ce qui me concerne , il m’arrive de jouer sur (www ) jeux-geographiques.com/ et en bas de page ….j’ai trouvé un site très bien = (www) LE MUR DE LA PRESSE – com .
    DAILY NORD pourrait peut-être se faire référencer afin de se faire connaître un peu plus ?

    Bonne continuation

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Les articles de DailyNord les...

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les vraies raisons de la baisse de fréquentation du Louvre-Lens

Baisse de fréquentation, impacts économiques limités sur le Lensois, DailyNord a enquêté sur le Louvre-Lens. Une enquête en trois volets à consommer sans modération.

Comment le Conseil régional compte affaiblir les associations écologistes

Baisse de subventions ou coupures sans préavis, DailyNord révèle comment le Conseil régional des Hauts-de-France a l'intention d'affaiblir les associations qui gravitent autour de l'écologie et de l'environnement. Retrouvez notre enquête.

Pour ne plus jamais louper un excellent article de DailyNord

L’unique et le seul dictionnaire officiel du Nord – Pas-de-Calais

Retrouvez toutes les définitions du Petit dico décalé du Nord - Pas-de-Calais

Les livres avec Eulalie

Mais qu’est-ce que vous êtes en train de lire ?

>>> Découvrez le DailyProjet

Partenaire