FINANCEMENT PARTICIPATIF

Réflexions Par | 07H45 | 26 mai 2015

Crowdfunding en Nord – Pas-de-Calais : qui finance quoi ? (1/4)

Le crowdfunding, littéralement « financement par la foule », fait de plus en plus d’adeptes dans la région. Qui finance quoi ? A hauteur de combien ? Les Nordistes sont-ils radins ? DailyNord fait le point le financement participatif en Nord – Pas-de-Calais.

Retrouvez l’intégralité de notre dossier Crowfunding en Nord – Pas-de-Calais.

unepaquerettedanslebio

Un projet réussi : Une pâquerette dans le béton, café nomade, à Lille.

Même le Centre hospitalier régional universitaire de Lille s’y met ! Depuis mi-mai, l’hôpital récolte des fonds pour des projets « atypiques » concernant notamment la recherche ou le bien-être des patients et des accompagnants. Un peu avant, mi-avril, le musée d’histoire naturelle de la capitale des Flandres s’était lui aussi lancé dans une campagne « d’adoption » d’animaux, pour pouvoir restaurer sa grande verrière endommagée par un dégât des eaux… en 2002. A Roubaix, Annick Jehanne de Hubmode « crowdfund » est en passe d’obtenir 11 000 € pour créer une toute nouvelle plateforme digitale de e-learning avec des cours en ligne, des serious game et même une WebTV, mon tout dédié aux métiers de la mode. Quelle est cette fièvre « crowdfundeuse » qui envahit le Nord – Pas-de-Calais ?

Le prêt participatif ne connaît pas le même engouement

Chez Hellomerci, la plate-forme leader en matière d’emprunts aux particuliers créée par la même équipe que Kisskissbankbank, on ne trouve que six projets dans la région.  Dans le Pas-de-Calais, l’auto-entrepreneur qui cherche à acheter un véhicule pour créer son entreprise de services à la personne au Touquet n’a rien obtenu. Dans le Nord les projets d’ouverture de crêperie à Roubaix ou d’entreprise de recyclage de bois à Rieulay n’ont guère eu pas eu beaucoup plus de succès. Seuls Paulo et Nicolas Dehorter ont décroché des prêts : respectivement 8 000 euros pour une remorque frigo destinée à livrer des cht’is produits du côté d’Audincthun et 800 euros pour franchir une nouvelle étape et devenir consultant à Sainte-Marie-Kerque. Ce dernier a même écrit avec la Plaine Images un guide pour réussir son crowdfunding à télécharger !

Près de mille projets financés

Le « financement par la foule » fait des émules dans la région. Depuis 2010, rien que sur la plate-forme Kisskissbankank, on compte 454 projets présentés, avec un peu plus de la moitié qui ont réussi à atteindre leurs objectifs  (203 exactement). C’est peu comparé à des régions comme le Languedoc-Roussillon (558 projets), les Pays de Loire (656) ou la région Midi-Pyrénées (605). Mais c’est beaucoup comparé à notre voisine la Picardie avec ses 162 projets et ses maigres 55 réussites (18 projets étant en cours).

La plate-forme concurrente Ulule se place finalement devant avec 299 projets financés en Nord-Pas-de-Calais depuis 2013 (le site ayant été lancé en 2010, mais sans la fonction géolocalisation des projets), même si son créateur n’a pas voulu nous dévoiler le nombre de projets avortés en résumant à 67% de réussite des actions présentées. « Le Nord-Pas-de-Calais ne compte finalement pas de très gros projets : ce sont essentiellement des actions avec de petits moyens », constate Arnaud Burgot, à la tête d’Ulule.

1 000 ou 8 000 € ?

Mais au-delà des chiffres, quels genres de projets réussissent à se faire financer dans la région ? Sur Kisskissbankbank, aujourd’hui leader des plates-formes de crowdfunding en France, on trouve vraiment tous les types d’actions. Cela va de la publication d’un livre humoristique sur la réforme de la fonction publique Pas de RTT pour la DDE (4 297 € collectés) à la création d’une web-série baptisée Psychotrope (1 000€). Les collectes ont concerné aussi bien le maraichage bio avec l’achat d’une machine désherbage thermique pour un maraîcher bio  (8 064€) que « La Machine du voisin » avec le partage de machines à laver sur la métropole lilloise ou encore l’organisation du Festival du cinéma européen et sa compétition de courts-métrages (respectivement 6 285€ et 2 530€).

Sur Ulule, l’autre grande plate-forme de crowdfunding, on retrouve une grande diversité, avec une petite prime aux projets culturels : MNHN, un projet de BD de Nordistes qui se déroule au Musée d’histoire naturelle de Paris (5360€), un fond de roulement pour la chorale rock senior de Salt and Pepper de Dunkerque (1 515€) ou encore la création de nœuds papillons faits main par Francisca Bravo à Arras (3 780 €). Certains projets sortent de l’ordinaire, comme ce  triporteur de douceurs bio (1 666€), ce web world tour qui s’intéresse à comment émerge une start-up dans 15 villes à travers le monde (1 721€), ou encore ce créateur de lunettes de soleil en bois et métal (8 130€). Certains arrivent même grâce à leur réseau à financer des projets persos, comme ce rugbyman qui a pu participer à la Diagonale des fous en rassemblant un peu plus de 1 000€.

Fête du rugby ou truckfood

Il existe bien d’autres plates-formes comme  MyMajor Company, créée par le fils de Jean-Jacques Goldman, qui ne finance pas que des projets musicaux, Miimosa dédiée à l’agriculture ou encore Sponsorise me pour le sport  (cf. encadré). On y finance aussi bien l’équipement d’un truckfood que qu’une fête de rugby rassemblant mille collégiens. Sébastien Deschamps, sauteur olympique dunkerquois, a réussi par exemple à à collecter 1 675 € pour participer aux Jeux Olympiques de Rio 2016.

A chaque crowdfunding sa plate-forme !

La plupart des plate-formes de crowdfunding fonctionnent sur le principe du don avec ou sans contreparties : les plus connus étant Kiss Kiss Bank Bank ou Ulule mais il y a des dizaines d’autres structures spécialisées comme Wedogood, Culture Time, My Major Company pour la musique, Miimosa pour l’agriculture, Sponsorize me pour le sport, Fundovino pour le vin, Food raising pour l’univers gastronomique… et même CredoFunding pour la communauté chrétienne ! Kickstarter, la plate-forme américaine, va tout juste se lancer le 27 mai prochain.

A côté de ces plateformes de don pur avec ou sans contreparties, on trouve deux autres familles de crowdfunding : celles destinées à prêter de l’argent (avec ou sans rémunération) et celles destinées à  investir en capital, afin de permettre aux particuliers de devenir actionnaires d’une PME. L’association Financement Participatif France donne un aperçu quasi exhaustif de ces trois familles qui ne cessent de l’agrandir.

Cowfunding, 100% Nordiste

Aux côtés des grands noms comme KissKissBankBank, Ulule ou My Major Company, quelques intrépides essaient de se faire une place en Nord-Pas-de-Calais comme Cowfunding (avec une soixantaine de projets financés pour un total de 140 000 euros) ou encore Tribulite (en cours de création), en misant sur la Nordiste attitude. Chez Cowfunding, les généreux donateurs ont permis de financer un espace de coworking à Calais (10 000€), une expo photo sur la ligne 14-18 d’Ypres à Arras (3 600€) ou encore la production de champignons de Lille Fives (1 710€). « Niveau quantité et qualité des projets, nous n’avons rien à envier aux autres régions », avance Christophe Masson, “cow-fondateur” du site Cowfunding basé à Lille.

Les Nordistes radins ?

Les répartitions des projets sont finalement un peu les mêmes pour toutes les régions : arrivent en tête les projets musicaux, suivis de près par la catégorie films et vidéos et de spectacle vivant. Viennent ensuite la solidarité, l’art, l’aventure et le sport. Au niveau national, la contribution moyenne des kisskissbankbankers tourne autour de 60 euros, un peu moins pour la musique (49€) et un peu plus pour le design (99€). « La moyenne régionale de collecte des projets réussis se fixe à 2 556,10€, la moyenne médiane se situant aux alentours de 2000€ », résume Charlotte Richard de Kisskissbankbank. Chez Cowfunding, le crowdfunder nordiste, on tourne autour de 2800 euros par projet. Contre un montant moyen de 4342,51 euros, si l’on rapporte l’ensemble des collectes de 32 millions d’euros aux 7369 collectes réussies… C’est donc peut-être cette petite ombre qui reste au tableau : les Ch’tis seraient peut-être un peu radins car, par exemple, le Nord-Pas-de-Calais ne compte que 634 généreux kisskissbankbankers alors qu’ils sont 3436 en Picardie, 11441 en Bretagne ou 4438 en Provence-Alpes-Côte d’Azur !

*chiffres du 23 mai 2015

Retrouvez l’intégralité de notre dossier Crowfunding en Nord – Pas-de-Calais.

Un peu plus de DailyNord ?

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Les articles de DailyNord les...

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les vraies raisons de la baisse de fréquentation du Louvre-Lens

Baisse de fréquentation, impacts économiques limités sur le Lensois, DailyNord a enquêté sur le Louvre-Lens. Une enquête en trois volets à consommer sans modération.

Comment le Conseil régional compte affaiblir les associations écologistes

Baisse de subventions ou coupures sans préavis, DailyNord révèle comment le Conseil régional des Hauts-de-France a l'intention d'affaiblir les associations qui gravitent autour de l'écologie et de l'environnement. Retrouvez notre enquête.

Pour ne plus jamais louper un excellent article de DailyNord

L’unique et le seul dictionnaire officiel du Nord – Pas-de-Calais

Retrouvez toutes les définitions du Petit dico décalé du Nord - Pas-de-Calais

Les livres avec Eulalie

Mais qu’est-ce que vous êtes en train de lire ?

>>> Découvrez le DailyProjet

Partenaire