L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Régionales : Un forfait de Marine Le Pen, qu’est-ce que ça changerait ?

Petit théâtre de Martine Aubry | Région Par | 17 avril 2015

Si c’est Louis qui le dit ! Que diantre, si le compagnon de Marine Le Pen le dit lui-même…voilà qui relance les conjectures sur une candidature de Marine Le Pen aux régionales en Nord-Pas de Calais/Picardie. Lui, Louis Aliot*, est opposé. Pour les raisons déjà évoquées sur ce blog (billet: pourquoi MLP n’irait pas, 8 novembre 2014), à savoir la trop grande proximité dans le temps des régionales et de la présidentielle, et le risque d’enlisement et d’immobilisme à la tête d’une très grande collectivité, ce qui altérerait l’image de la présidente-candidate à l’Elysée. Décryptage.

– Une défaite de MLP aux régionales résonerait mal dans l’univers frontiste. A fortiori si la nièce Marion emporte la région PACA – maintenant que l’épine du père Jean-Marie est retirée du pied de la nouvelle vestale FN, déjà élue députée quand tante Marine n’y arrive pas…Ou, pire, si Louis Aliot emporte celle voisine de Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon. La première des Le Pen défaite quand d’autres gagnent, horresco referens. La honte de la famille. Resterait l’argument de la collusion entre l’UMP (ou Les Républicains ! ) et le PS, ligués contre elle, victime de l’établissement, etc…etc… . Même un bon score au premier tour ne l’exonérerait pas du doute sur ses capacités pour les échéances à venir. On rapprochera le raisonnement de celui d’un Jean-François Bloc, l’ancien sous-préfet aujourd’hui conseiller municipal de Tourcoing, qui mettait en doute l’équation et le niveau de préparation de MLP et du FN pour diriger le pays dès 2017 – dans l’Express. Autant l’enjoindre de patienter jusqu’en 2022. Mais une MLP en échec derrière un UMP, par exemple, mettrait à mal son argument du recours à la droite qui a tout raté. De quoi casser une dynamique. On peut tenir la même démonstration si MLP ne plonge pas en Nord-Pas de Calais/Picardie et si Aliot ou Maréchal-Le Pen emporte PACA ou Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon. Elle aurait donc la trouille, Marine ? …De deux hontes, l’échec ou la peur, laquelle choisir ?

Voilà qui ouvrirait le jeu à Xavier Bertrand, le leader admis par l’UMP et l’UDI pour ces régionales et qui n’a pour l’instant pas commis de faute majeure. Le député-maire de Saint-Quentin avait grimacé devant les scores des candidats FN aux dernières départementales, même si les siens ont conquis quatre départements de la grande région,ce qui lui permet d’envisager un bon score de premier tour et de tirer son épingle du jeu d’une triangulaire au second tour. Un forfait de MLP lui donnerait un avantage supplémentaire. Presque un cadeau ! Certes, l’ancien patron de l’UMP aurait à croiser le fer contre un autre adversaire estampillé FN. Marine Le Pen a déjà récusé Steeve Briois, le maire d’Hénin-Beaumont, élu au premier tour il y a un an, pour mener les troupes aux régionales. Franck Briffaut, le maire de Villers-Cotterêts ? Philippe Eymery, l’élu du dunkerquois, tous deux conseillers régionaux sortants ? Pas tout à fait la même chose, le combat serait quand même moins emblématique.

Et à gauche ? Le retrait d’une MLP peut-il favoriser les forces de gauche dont on ne sait toujours pas si elles partiront unies ? Le landerneau glose sur la candidature fragilisée de Pierre de Saintignon, le premier vice-président socialiste du  conseil régional sortant – il réfléchit comment sortir honorablement du bourbier des régionales et a déjà averti son équipe de campagne d’une telle issue en cas d’union impossible à gauche. Les départementales ont brisé un élan déjà hypothétique après une désignation militante quelque peu biaisée (voir billets : La feuille de route de Pierre de Saintignon et L’année-vérité de PdS, 16 janvier2015) au début de l’année. Au vu des rapports de forces qui bougeraient si Marine Le Pen ne se lance pas dans la bataille – d’abord à droite mais aussi à gauche et dans quelle mesure ? -, la gauche n’a-t-elle pas intérêt à changer son fusil d’épaule ? Et d’adouber une nouvelle personnalité pour sauver les meubles, recoller les morceaux, voire retrouver une mince chance de garder la région à gauche ? L’idée d’une Martine Aubry pourrait alors refaire surface, à côté d’autres noms évidemment (Frédéric Cuvillier, le député-maire de Boulogne-sur-mer ou Patrick Kanner, le ministre de la ville). On dit la maire de Lille terrifiée à l’idée de voir la grande région passer à droite (en fait ce sont deux régions perdues d’un coup ! ). Dans ce cas, dans la catégorie grande collectivité, ne resteraient réellement à gauche que le Pas de Calais, Villeneuve d’Ascq, Boulogne-sur-mer et…Lille.

De toute façon, Marine Le Pen n’a pas encore jeté l’éponge. Tous les autres candidats de son parti sont désignés pour les élections régionales. Mais le dilemme est grave. Il pourrait se résoudre en coulisses. Y aura-t-il un troc au sommet entre une région PACA à Marion la méridionale contre un forfait de Marine la septentrionale ? Sacrifier Estrosi, prétendant UMP dans le sud pour promouvoir Bertrand au nord ? L’inverse est tout aussi plausible. Et le scenario d’une campagne-éclair à l’automne au vu des derniers développements politiques, y compris jusque dans les affaires – qui touchent surtout la droite et…le FN, dont certains membres de l’entourage proche de MLP, ceci explique-t-il cela ? – peut encore inspirer la présidente du FN. Reste à faire durer le suspense qui par nature n’en sera pas un…

* Il est évident que si Louis Aliot tient ce propos c’est en liaison avec Marine Le Pen. Le Front national ne va quand même se payer le luxe d’enchaîner une seconde cacophonie de famille au sommet en deux semaines…

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

1 Commentaire

  1. Si l’élection municipale de Villers-Cotterêts devait à nouveau avoir lieu après annulation comme le recommande le rapporteur du Conseil d’Etat, cela rebattrait les cartes pour le FN et Franck Briffaut, qui devrait se représenter, probablement, devant les électeurs. Dans de telles conditions, il semble délicat de poursuivre deux lièvres, le municipal et le régional. En plus du handicap d’avoir été “annulé”,

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

A lire sur DailyNord

Me contacter

Pour toute remarque, question, vous pouvez me contacter en laissant un message par là .