L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Politique : Manier, Darmanin, Saintignon,…

Petit théâtre de Martine Aubry | Région Par | 16 avril 2015

Un ancien président de conseil général, Didier Manier, retrouve un job de salarié au conseil régional. Histoire connue. Il est socialiste. Le risque, c’est que ce boulot soit un CDD de neuf mois. Titulaire ou pas, il serait malvenu de rester en place si la région passe aux mains de la droite et pire, du Front national. D’autant qu’il est l’un des chefs de l’opposition à la droite au conseil départemental du Nord et toujours investi sur Villeneuve d’Ascq. Bon. Autre hypothèse. En décembre, une majorité droite-gauche se dégage entre les deux tours – pour barrer la route au FN – et plus rien ne s’opposerait à ce que l’ancien patron du Nord reste en place puisque l’exécutif sera rose et bleu. Ce qu’il aurait anticipé dès le printemps. CQFD ?

Gérald Darmanin. Lu l’Express sur Gérald Darmanin – ce qui fait écho aux analyses et réflexions régulièrement développées sur ce blog et ce site, décidément sources d’inspiration -, plus que jamais la vedette des medias toujours en mal de chair fraîche. Un plan de com’ soigneusement élaboré, un storytelling efficace et même un extravagant exercice de prospective sur Darmanin président ! Oubli prémédité ? Pas un mot sur Christian Vanneste, l’ancien patron et député UMP – il a été exclu – du versant nord-est de la métropole lilloise qui monopolisait l’attention des medias pour ses propos politiquement très incorrects et qui fut l’un des mentors du jeune député-maire de Tourcoing, qui lui a succédé sur la circonscription, ce dernier dirigea plusieurs de ses campagnes. Autant Vanneste ne cachait rien de ce qu’il pensait, et ce sera la cause de sa mise à l’écart, autant  Darmanin joue et surjoue l’entre-les-lignes. Ce dernier a donc été à bon école. En politique, tout est dans le non-dit.

Pierre de Saintignon. “Si en juin prochain on ne fait pas l’unité, je verrais ce que je fais…“, a déclaré en substance Pierre de Saintignon à Emmanuelle Cosse à l’occasion d’une visite dans la région de la porte-parole EE-LV, mettant ainsi en balance sa candidature. Histoire de faire monter la pression ! Le numéro un socialiste aux régionales a grand besoin du renfort d’EE-LV – et du Front de gauche – dès le premier tour pour augmenter ses chances pour le scrutin de décembre qui promet d’être rude pour le pouvoir sortant – les départementales ont montré que la gauche divisée allait dans le mur. Problème : au niveau local les Verts sont en train de choisir leurs leaders. Selon des modalités compliquées pour aboutir à la parité. Ainsi un tandem préalable devrait émerger pour le Nord-Pas de Calais/Picardie. Ensuite, et selon la carte nationale, on désignerait soit un homme soit une femme. Parmi les prétendants, tiennent la corde Sandrine Rousseau et Emmanuel Cau, mais aussi Madjouline Sbaï, tous élus régionaux, Olivier Descamps, responsable EE-LV à Tourcoing, et François Veillerette, élu et militant picard qui fut candidat aux européennes sur la liste EE-LV Nord-Ouest. Le “tandem” sera désigné le 25 avril à Arras.

Et Nicolas Crochet. Mis en examen, il est poursuivi entre autres pour des faits présumés de financement illégal de parti politique, Nicolas Crochet, l’expert-comptable du micro-parti Jeanne du FN n’est pas un inconnu dans la région, puisqu’il s’est présenté, tout jeune, dans la quatrième circonscription du Nord sous les couleurs du Front national à l’occasion d’une législative partielle en 1992 après le décès du titulaire. Boutant hors du deuxième tour le candidat socialiste avec un score de 15,71% et retrouvant le vainqueur, le maire de Lambersart, alors CDS/UDF, Marc-Philippe Daubresse, qui fera ainsi son entrée à l’assemblée nationale. Anecdote : dans l’euphorie du soir de ce premier tour historique, Nicolas Crochet tenta l’accolade avec son adversaire Daubresse sur le mode “nous avons éliminé les socialos-communistes“. Ce dernier lui refusa ostensiblement une telle effusion coupable. Etait-ce pour faire oublier qu’un certain Gérard Longuet, transfuge de l’extrême-droite passé à l’UDF (il fut le rédacteur du programme économique du FN de Jean-Marie Le Pen au début des années 70), était venu soutenir en guest star le futur vainqueur quelques jours auparavant ?

 

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

1 Commentaire

  1. Ca me revient. Pascal Gannat, qui vient d’être désigné par le FN tête de liste en région Pays de la Loire, a été conseiller régional Nord-Pas de Calais et conseiller municipal de Roubaix dans les années 90.

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

A lire sur DailyNord

Me contacter

Pour toute remarque, question, vous pouvez me contacter en laissant un message par là .