RETOUR DE BÂTON

Réflexions Par | 07H15 | 14 avril 2015

Patrick Kanner s’est-il vu trop beau… trop vite ?

Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports depuis le mois d’août, Patrick Kanner s’est beaucoup fait remarquer ces derniers temps, affichant ses ambitions et sa différence avec Martine Aubry. Sauf que tout pourrait aller très vite dans l’autre sens.

Patrick_Kanner_par_Claude_Truong-Ngoc_septembre_2014

Patrick Kanner a le sourire du vainqueur. Mais jusqu’à quand ? Photo : Claude Truong-Ngoc / Wikimedia Commons – cc-by-sa-3.0

« Martine Aubry était une grande ministre… au siècle dernier  (…) Après le gouvernement, la logique voudrait que je devienne député (…). Cette nomination m’a offert une chance inimaginable de m’émanciper. Après 35 ans de militantisme, il y a beaucoup de gens prêts à me suivre et mon petit cercle va s’agrandir.” On ne sait pas si Patrick Kanner a dû passer chez son tailleur pour faire élargir le bas de son pantalon, mais en tout cas, depuis quelques semaines, comme lors de cet entretien accordé à L’Express, le ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports semble avoir les chevilles qui gonflent. Un peu trop ?

Du rififi avec Gilles Pargneaux

Nommé en août ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports à la grande surprise des observateurs, l’ascension a été rapide pour le patron d’alors du Département du Nord. Il n’est pas lui faire injure de dire que personne ne l’attendait là. Soldat de Pierre Mauroy, puis adjoint fidèle de Martine Aubry, il avait été élu à la tête du Nord en 2011 à la faveur de la démission de Bernard Derosier. On s’en souvient : la pêche d’août avait néanmoins fait parler, les médias se plaisant à rappeler que c’était une prise de Valls et Hollande dans la garde rapprochée de Martine Aubry, laquelle s’est empressée de dire que son ex-adjoint au maire (jusqu’aux élections de 2014) n’était pas si proche que ça. Le début d’une série de petites phrases distillées entre Aubryistes et survivants du Mauroyisme depuis des mois qui semble avoir atteint une sorte d’apogée avec les déclarations ci-dessus fin février… puis des insultes entre le ministre et le patron de la fédération du Nord, Gilles Pargneaux, lors d’une réunion à l’issue des départementales où chacun tentait de se refiler le mistigri de la déculottée.

Un petit mandat… en cas de remaniement fatal

Reste qu’on ne peut s’empêcher d’y penser. Patrick Kanner se serait-il vu trop beau ? Ou se serait-il laissé trop vite griser par les apparats parisiens ? A ce jour, il a beau avoir du monde pour le suivre, selon ses dires, mais il n’est « que » ministre de la Ville et des sports. Un poste évidemment très éphémère. Une bourde, un remaniement, un écologiste à placer, et bye bye le treizième arrondissement parisien. Patrick Kanner revient alors dans la région avec comme seul mandat… celui de conseiller départemental d’opposition. Léger pour continuer son émancipation au premier plan en tant que député en 2017, voire candidat à Lille et – les deux objectifs sont liés – à la métropole en 2020. A moins qu’il ne soit sur la liste des régionales… pour le moment menée par un aubryiste ? Rien n’est moins sûr.

Kanner/Bailly : la future bataille de la Fédé ?

Et la popularité n’est pas tout en politique. D’où son entrée d’ores et déjà dans une nouvelle bataille, certes feutrée et éloignée du grand public : celle de l’emprise de la fédé du Nord, d’où Gilles Pargneaux pourrait être écarté. Dans ce cas,  il pourrait être amené à affronter le sénateur-maire d’Orchies, Dominique Bailly, protégé de Martine Aubry, qui ne lui fera plus de cadeau. Pour Patrick Kanner, l’enjeu n’aurait rien d’anodin car ces sont les investitures prochaines qui s’y décideront à commencer par les siennes. Pourrait-il s’imposer en homme fort du parti au nord de Paris ? Peut-il se faufiler en position éligible aux régionales de fin d’ année ? Il aura alors le dilemme du cumul à résoudre. Sa carrière politique, qui ne tient qu’à un fil certes doré, en dépend. Et son aventure ministérielle personnelle de finir en impasse.

1 Commentaire

  1. Est ce une illusion ou une hallucination mais la photo de M Kanner avec son sourire ridé fait penser au santon qu’on appelle le ravi ?

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Abonnez-vous à notre newsletter

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie

Contacter la rédaction

Ça se passe par là