L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Conseil départemental du Nord, Carnets de séance

Petit théâtre de Martine Aubry | Région Par | 03 avril 2015

Choses vues, entendues et sues lors de la séance d’installation du nouveau conseil départemental du Nord hier jeudi.

Ca ne sent pas trop le seigle et la châtaigne dans cet hémicycle où siègent les nouveaux conseillers départementaux. Le binôme a forcément joué la carte de la nouveauté. Visiblement, les partis ont rajeuni leurs ouailles et même les élu(e)s dits “de la campagne” affichent un look urbain, ce qui n’a pas toujours été même si les grandes agglos dominent dans le Nord. Peut-être le redécoupage et ses cantons agrandis avec des chefs-lieux importants y est-il pour quelque chose, le tropisme sénatorial des départements aussi pour canaliser les grands électeurs. Il est vrai que le conseil général du Nord a toujours penché du côté de l’urbs et d’ailleurs les présidents depuis des décennies ont tous été des enfants de la ville et souvent de la grande ville. C’est surtout la parité qui frappe. Une vraie nouveauté. Au gré des conversations, on signale quand même que l’écrasante majorité des patrons de départements en France sont des hommes.

Il n’y aura pas de cent premiers jours pour le nouveau patron du Nord. Mais une drôle d’équation à résoudre pendant six ans. Investir sans augmenter les impôts – ou le recours à l’emprunt, mais c’est pareil. Trouver des marges de manoeuvres pour redéployer le volet emploi et réorganiser les conditions du RSA, financer les infrastructures (canal Seine-Nord), assumer les compétences légales, assainir la masse salariale, trouver une solution pour les ruches d’entreprises, les seules à bourdonner autant en France…Certes, on peut faire confiance à Christian Poiret, le premier des VP pour serrer les boulons – il a été cadre dans le négoce d’acier – et renouer le dialogue avec le monde économique (ou plutôt le nouer…). Mais le problème est politique et vaut pour tous les départements gagnés ou conservés par la droite et qui sont désormais face à leurs promesses. L’opposition de gauche aura beau jeu de dénoncer la chasse aux bénéficiaires du RSA, l’abandon des pauvres, et le FN fera de même. D’ici 2017, il faudra jouer serré en évitant également l’écueil de l’immobilisme. En moi-même, je me dis que dans deux ans, Hollande aura de bons arguments pour préparer – et annoncer – une nouvelle réforme territoriale à base de rapprochement entre les départements et les métropoles. De quoi faire campagne présidentielle.

Des vice-présidences d’équilibre et de coeur. Deux territoires semblent sur-représentés. Le Cambrésis qui s’octroie deux vice-présidents et le versant nord-ouest de la métropole lilloise, idem. Pour le premier, le député-maire de Cambrai, un gaulliste qui a rejoint l’UDI après un détour chez Dupont-Aignan, a poussé son propre suppléant maire de Caudry et une des ses adjointes. Avec leurs patronymes qui fleurent bon l’antan, Lecerf et Villain ont revisité l’histoire*. Après tout, les fiefs cantonaux ont bien été tripatouillés par leurs adversaires, alors va pour la valse des vassaux…Pour le second, Henno, maire UDI de Saint-André, élu au département depuis une quinzaine d’années, s’imposait naturellement (il hérite de l’insertion), et Astruc, adjointe à Lambersart, est la petite copine de Daubresse le maire, qui a décidément toutes les peines du monde à se mucher derrière elle. Elle qui avait peu de chances de figurer à nouveau en position éligible aux prochaines régionales. Il est des sésames forgés en forme de privilège quand il s’agit de déverrouiller un mandat. Un militant UMP qui les connaît bien me dit – outre la raison du coeur, certes impérieuse… – qu’il fallait donner des gages aux UDI et aux centristes – qui devraient former un groupe au sein de l’assemblée – pour préparer les régionales et peut-être faire des listes communes au nom de l’union, bien sûr, et dès le premier tour. Pour contrer le FN et Marine Le Pen qui misent sur la proportionnelle pour renverser la vapeur. On aura bien besoin de territoires et de leurs élus qui ont contré le FN, électeurs dans la besace, comme c’est le cas à Cambrai ou à Lambersart ou Saint-André. On peut naturellement prolonger le raisonnement avec d’autres cantons, y compris en Picardie. Là-bas, c’est l’UDI Nicolas Fricoteaux qui s’octroie l’Aisne, ce qui ne plaît qu’à moitié à Xavier Bertrand, paraît-il. Bref refaire le coup des départementales et convaincre voire forcer la main de Xavier Bertrand, justement qui, me dit-il, commence à avoir peur avec un FN entre 30 et 40 % ce qui le plomberait même au second tour, mais dont l’ADN gaulliste n’est a priori pas compatible avec le jeu des alliances. Plate-forme avec les centristes indispensable, porte ouverte au front anti-FN, les deux sont liés. En attendant, Brigitte** est recasée bien au chaud. Sourire de mon interlocuteur.

* Celle du Moyen-Age, évidemment…

** Au tourisme, bien sûr. Peut-être la madame aura-t-elle à gérer – mais c’est peu probable tant l’affaire est complexe – le délicat dossier du Val-Joly, ce centre touristique de l’Avesnois, gouffre à finances publiques et que le précédent conseil général socialiste avait sur-financé et tenté de développer avec beaucoup de difficultés. Ironie du sort, l’idée avait germé sous la majorité Donnay (1992-1998, l’ex président aimait beaucoup l’Avesnois comme Pierre Mauroy, on avait même imaginé un casino sur les bords du lac, Lecerf était premier VP) qui en avait rêvé. La gauche l’a – mal – fait. La droite d’aujourd’hui cherche à s’en débarrasser si l’on en croit les déclarations de Jean-René Lecerf à eco 121. Le refiler au privé ?

Les bobines des socialistes, les trophées de la droite. La mine des mauvais jours pour les anciens chefs Kanner et Manier. Peu habitués à céder leurs sceptres, les deux anciens patrons du département – quels trophées pour la majorité ! Pas un vaincu, deux ! – élus la même année et dont l’ascension a plutôt été rapide. Les sondages et prévisions les donnaient presque au coude-à-coude avec leurs anciens challengers. Mais la désunion a été la plus forte. Finalement, les alliés communistes s’en sortent presque mieux avec leur dix élus, au vu d’où ils viennent, d’autant que le front anti FN a fonctionné aussi pour eux, j’ai envie de dire surtout. Comme si la droite avait voulu attiser la division à gauche avec un groupe de dix élus à la gauche du PS…L’élu communiste d’Aniche Charles Beauchamp en profitera pour suggérer une taxe de 0,5 % sur les très grosses fortunes de chez nous, Mulliez, Roquette, Lesaffre,…J’observe Patrick Kanner au dérobé. En rejoignant Valls, il pensait peser sur le scrutin. Il a joué, il a perdu. Il sait qu’un jour il ne sera plus ministre. Il n’est plus que conseiller départemental d’opposition. Que fera-t-il pour ces régionales qui s’annonçent encore plus calamiteuses pour son camp ? Doit-il prendre son ticket ? Sa meilleure ennemie, qui n’a pas encore digéré son entrée au gouvernement, est maître du beffroi de la capitale des Flandres et ne veut surtout pas lâcher les rênes d’un parti choqué. Parce que les listes seront dressées après ce congrès de Poitiers qui décantera beaucoup de choses, et Madame Aubry, qui va jouer un rôle sur le devant de la scène poitevine de tirer les ficelles dans les coulisses nordistes. Hollande décrochera-t-il son téléphone pour recaser un des ses ministres ? Peut-être suis-je trop optimiste ? Il lui reste à devenir avocat. La mairie de Lille, c’est encore loin.

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Casting

Bienvenue sur Le Petit Théâtre de Martine Aubry et Xavier Bertrand, associé au pure-player d’informations DailyNord. Tenu par le journaliste Marc Prévost, et dans le prolongement du livre le Petit Théâtre de Pierre Mauroy, il décrypte  et éclaire les coulisses de la vie politique locale et nationale et parfois aussi d’autres choses. C’est son choix ! Voir Ma Bio & my Way,

A lire sur DailyNord

Me contacter

Pour toute remarque, question, vous pouvez me contacter en laissant un message par là .