REBOND DÉFLATION

Réflexions Par | 09H11 | 18 avril 2015

Culture : le cercle des festivals disparus

La culture c’est comme la confiture, moins on en a plus on l’étale. C’est sous l’angle pragmatique de cette sentence qu’institutions et populations devront composer à l’avenir. Souvenez-vous, il y a quelques semaines, nous lancions une première alerte, même Didier Super s’y était mis. Dans son édition du 14 avril, L’Humanité avec un Philippe Torreton, rédacteur en chef d’un jour, très remonté, dressait une carte des festivals annulés voire supprimés*. Le plus emblématique est incontestablement -sauf une très improbable base de repli- le constat d’absence d’une capitale régionale de la culture cette année. Cela en dit long sur la hauteur de la vague. Rebond, catégorie inhumation. Enfin on espère que non.

Maubeuge : du clair de lune à l’éclipse

Didier Fusillier doit fulminer, lui qui en 2012 avançait que «  avec 0,87%, la culture ne grève guère le budget de l’État. Or c’est elle qui fait l’image et la grandeur de la France bien plus que ses équipes de foot, qui coûtent beaucoup plus cher. Il y a pourtant plus de public dans les théâtres que dans les stades, sans même parler des musées » (Le Figaro). Il s’est pris un ballon dans la figure par la suite. Voire deux puisque Maubeuge ne sera ni la capitale régionale de la culture 2015 escomptée ni l’aubergiste de l’antenne du Centre Pompidou. Sur fond de querelles et de dialogue de sourds, les desseins culturels locaux vivent un échec cuisant. D’autant que l’opportunité unique que présentaient les voisins belges de Mons, actuelle capitale européenne de la culture, pouvait laisser espérer une synergie fructueuse entre les deux événements. Avec l’antenne mobile du Centre Pompidou aux abonnés absents le coup est particulièrement dur à encaisser dans la Sambre. S’agissant du budget (2 millions d’euros) de l’opération capitale régionale, Didier Fusillier a la comparaison plutôt hasardeuse : « La moitié de ce que coûte à l’année le lavage des vitres du Louvre-Lens ». Il sait pourtant le prix qu’impose la « French renaissance »…

Béthune : les arts de la rue… à la rue

Le parfait exemple du tour de vis budgétaire mené, à tort ou à raison, ces derniers temps par des municipalités au détriment de certaines subventions culturelles. Après la réduction drastique des subsides au Théâtre de Poche, ce sont les Z’Arts Up qui paient la rupture du beffroi béthunois avec son organisateur, Culture Commune. Pourtant bien implanté dans le décor avec ses 15 éditions, ce festival des arts de la rue devient sdf, un comble !

Dunkerque : les Écrans de la Mer à l’eau

Nan mais à l’eau quoi! Le festival mondial du monde de la mer, World sea film festival, ça a pourtant de la gueule. Malheureusement, lancé en 2011 ce rendez-vous audiovisuel ne décernera pas le prix Jean-Bart 2015 de la plus belle œuvre. La faute aux restrictions budgétaires comme ne se gêne pas de souligner le site officiel qui a l’élégance de ne jeter quiconque à la vindicte. Les organisateurs n’ont pas encore désarmé, alors regardez cette bande annonce du festival de 2013… comme si c’était celle de 2016.

On notera que Dunkerque, Béthune et Maubeuge ont toutes trois partagées le statut de capitale régionale de la culture. Ça sent pas le trêfle à quatre feuilles.

Et les autres en images… posthumes ?

Hazebrouck : Nord Magnetic

Bray-Dunes : Festival des Folklores du Monde

Tourcoing : Festival les Rues Joyeuses

Halluin : Trek Nfolk

 

Dernier point sur la carte, l’association régionale Domaines Musique, basée à La Madeleine, a fermé la porte à 25 années d’expérience dans la promotion culturelle et laisse neuf salariés sur le carreau. À qui le tour ? Selon un professionnel du milieu, la casse semble être bien partie pour se prolonger jusqu’au moins 2017. Drôle de festival en perspective.

* Autant promouvoir une initiative bien de chez nous, Emeline Jersol, médiatrice culturelle travaillant pour Le Boulon, un centre national des arts de la rue situé à Vieux-Condé a mis au point cette « cartocrise” référençant à cette heure plus de 143 manifestations culturelles supprimées ou annulées en France.

1 Commentaire

  1. Les restrictions budgétaires ont bon dos. La culture en plus de rapporter de l’argent, créée du lien social, rapproche les générations, permet de s’ouvrir vers l’autre, d’échanger… A contre-courant des idées du FN par exemple “que chacun se barricade chez soi et la vie sera meilleure”

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Abonnez-vous à notre newsletter

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie

Contacter la rédaction

Ça se passe par là