Quelques news politiques : Lecerf et le “Ni-Ni”, Marine Le Pen et la région, les socialistes aux régionales,

Jean-René Lecerf. L’alternance annoncée au département du Nord aura des répercussions sur les équilibres politiques à droite. On sait que le sénateur Jean-René Lecerf s’est rangé aux côtés de Bruno le Maire et contre Nicolas Sarkozy pendant la joute pour le contrôle de l’UMP en décembre dernier. La victoire du conseiller départemental – élu au premier tour – longtemps patron de l’opposition au conseil général, est une épine dans le dispositif Sarkozy. D’ores et déjà, l’UMP-Nord est divisée entre les sarkozystes (Sébastien Huyghe, Marc-Philippe Daubresse,…) et…les autres (voire billets consacrés au sujet). Lecerf s’est ainsi clairement prononcé pour un front républicain anti-FN – très compatible avec l’UDI alliée pour ces départementales et probablement pour les régionales – et affiche sa différence avec le président de l’UMP arc-bouté sur une ligne “ni-ni”. Ce sont  les rapports de forces en prévision de l’éventuelle primaire à droite qui sont concernés. Ah! cette primaire, qui conditionne tant de choses. Nicolas Sarkozy ne veut pas voir s’installer un pouvoir de droite au Nord de Paris qui lui serait peu ou prou hostile. Car si un Xavier Bertrand, toujours candidat à cette primaire à droite, et qui s’est érigé en Monsieur anti-FN, occupe à la fin de l’année le siège de président du conseil régional (ce qui n’est pas encore évident…voir ci-dessous), si le député-maire de Tourcoing Gérald Darmanin son bras droit – dans tous les sens du terme – affirme son emprise au sein de la fédération, l’ancien président de la république verrait ses positions s’éroder au Nord de Paris. Et qui ferait les affaires d’un Alain Juppé par exemple, qui marque Sarkozy  au pantalon au gré de ses déplacements et ses messages.

Marine Le Pen.  Vous avez aimé les départementales, vous allez adorer les régionales. Elle n’y pense plus seulement en se coiffant le matin, la présidente du FN. Comme expliqué lundi (Les enjeux du second tour), la nouvelle région est devenue prenable après ce premier tour qui place le FN en tête dans les cinq départements. On attend les chiffres de dimanche prochain pour valider – ou non – la tendance. Un élu UMP me confiait qu’une Marine Le Pen à plus de 35 % au premier tour comme au deuxième avec des pointes à plus de 40 % (Pas de Calais, Aisne, Oise,…)  serait en position de décrocher une majorité absolue de sièges de conseillers régionaux si l’on considère la prime à la liste arrivée en tête au terme du scrutin – et qui réduirait à néant les espoirs d’accords de coulisses entre gauche et droite au moment de l’élection à la présidence. Et tous les fronts républicains du monde n’en pourront mais. Sauf cas de fusion entre les listes de gauche et celles de l’UMP/UDI…Et encore ! et sans préjuger des reports de voix toujours aléatoires dans un paysage politique recomposé et un électeur plus volatil que jamais.  Un cas de figure qui serait décidé au plus haut niveau du côté de l’Elysée. Au terme d’une campagne sur-personnalisée (ne jamais oublier que MLP ne se présente pas aux départementales), et avec le relais des élus départementaux et l’appui de leur électorat désormais enraciné, MLP voit ses chances gonfler comme éponge sous le robinet. Pour la droite comme pour la gauche, il reste à espérer une embellie sur le front du chômage pour vider de sa substance les arguments de la fille de Jean-Marie Le Pen.

Pierre de Saintignon. Chez les socialistes, on fait une croix sur le conseil régional ou plutôt les deux conseils régionaux du Nord-Pas de Calais et de Picardie. On n’a pas l’habitude de cette place du mort au PS ! Cette troisième position humiliante qui éteint les ambitions et défait les carrières. Même l’appel à l’union de la gauche lancé urbi et orbi ne trouve que peu d’écho. Martine Aubry et François Hollande se sont rencontrés cette semaine pour parler de ces départementales calamiteuses. Et pour sonder les intentions…Sur le congrès socialiste de Poitiers (voir billet précédent). L’hypothèse d’un strapontin ministériel pour Pierre de Saintignon* dans le cadre d’un remaniement de circonstance, le protégé de la maire de Lille propulsé candidat socialiste aux régionales en marchant sur les pieds des cadors régionaux, résonne comme une sortie honorable pour celui qui n’a jamais fait l’unanimité dans son camp et qui part lesté de ce handicap en ces temps d’unité indispensable. Oui, mais alors qui pour le remplacer ? Comme déjà évoqué, Titine de Fer ne voudrait pour rien au monde arriver en troisième position (cette place du mort, on vous dit) derrière une Marine Le Pen ou un Xavier Bertrand. Avec la maire de Lille, de plus en plus bunkérisée dans son beffroi, et qui assiste à la montée en puissance de son principal opposant UMP comme numéro un du département du Nord, c’est ni moi, ni un autre…Patrick Kanner, probablement réélu sur son canton lillois, a-t-il vraiment intérêt à relèver le gant d’un défi régional impossible ? Avec le dilemme du cumul en prime. Pardi, une telle défaite à porter pour celui qui, né sur la planète Mauroy, ambitionne de “fermer la parenthèse Aubry à Lille”**, c’est-à-dire lui succéder, n’est pas vraiment un atout même si l’opinion peut ne pas lui en tenir grief. “Patrick a intérêt à s’installer comme chef de l’opposition départementale donc candidat lillois en vue de 2020“, confie un militant socialiste qui ne croit pas que le ministre de la ville veuille poursuivre trois lièvres à la fois, région, département et hôtel de ville de Lille. Frédéric Cuvillier, le député-maire de Boulogne-sur-mer ? Bernard Roman, l’ancien dauphin de Pierre Mauroy ? Ces deux-là gèrent la tempête, protègent leur pré carré – 2017 et ses législatives – et n’ont aucune envie de…se dévouer. Un front uni droite/gauche pourrait certes rebattre les cartes plutôt au second tour. Mais Monsieur Sarkozy n’en veut pas, alors…

* Idée d’ailleurs soulevée par votre serviteur dès le mois d’août quand… Patrick Kanner est entré au gouvernement. Voir billet: Le combat préalable de Pierre de Saintignon – 28 août 2014). Quant à l’idée d’un réglement du compte à la mode et sur le mode très aubryen : “Tu sors Kanner et tu fais entrer Pierre, Jean-Marc (Germain, député PS des Hauts-de-Seine proche de Martine Aubry, son ex-dircab à la communauté urbaine de Lille) et François (Lamy, député de l’Essonne, désormais lillois et qui se cherche des mandats locaux pour reconstituer son pedigree en vue des prochaines municipales lilloises) au gouvernement…”… “en échange,  je règle le problème des frondeurs et je fais réélire Cambadélis au PS, tu ne seras pas gêné de ce côté” . A Hollande et Valls de faire leur marchéMouais…

** C’est ainsi que derrière les tentures des clans militants socialistes on parle de l’après-Aubry,

5 Commentaires

  1. M Jean Marc Germain est député des Hauts de Seine, c’est François Lamy qui est élu de l’Essonne.

  2. Le maire de Lille s ‘active à l’Elysée. On ne la voit nulle part s ‘activer à Lille. Le president du conseil general est à Paris où il chante la gloire des JO tout autant que Martine Aubry – en son temps – la gloire du Grand Stade encalminé à VA.. Les friqués du foot business et la société qui organisera l’Eurofoot 2016 seront exemptés de taxes. ça doit être de Gôche ces faveurs, Si bien qu’on se croirait à Versaille du temps de Louis XIV Restent les factures et les frais antisismiques à payer. du stade P Mauroy à payer sans compter les frais des procès.. Heureusement les zinvestisseurs etrangers aiment le Nord et lui donnent la medaille d’or. S’ils n’étaient pas là ? Ayons une pensée pour tous les conseillers generaux qui vont sauter dans la poêle comme les pommes de terre de G Bedos, .

  3. Hauts de Seine, Essonne,… Oui bien sûr, mais comment ai-je pu ? A bientôt,

  4. ” A Hollande et Valls de faire leur marché”…. Mais il arrive qu’au marché comme au restaurant, on lise le menu sans consommer….et Mme Aubry devra assumer son rôle d’empêcheuse de gouverner…. déjà qu’elle n’a pas bonne presse , ni à gauche ni à droite; cette fois ce sera la fin et ce sera minable.

  5. Martine Aubry: les démocrates-chrétiens devenus socialistes sont souvent de dangereux poltiicards. Greg

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Où êtes-vous ?

Bienvenue sur le Blog du Petit Théâtre de Martine Aubry, hébergé par DailyNord.

De petites infos croustillantes et des analyses sur la vie politique régionale, dans le prolongement du livre "Le Petit Théâtre de Pierre Mauroy".

Plus d'infos sur Le Petit Théâtre, son auteur, sa genèse.

A lire sur DailyNord

Me contacter

Pour toute remarque, question, vous pouvez me contacter en laissant un message par là .
Lire les articles précédents :
Les premières victimes d’un accident aérien sont tombées… dans le Pas-de-Calais

La tragique actualité du crash dans les Alpes rappelle d’autres avions en perdition ces dernières décennies. L'accident dont nous allons...

Fermer