NORD ET PAS-DE-CALAIS

Rebrousse-poil Par | 08H00 | 12 mars 2015

Départementales : des slogans qui manquent de conviction (et d’originalité)

Le slogan a-t-il une importance dans une campagne électorale ? A voir les sites internet ou comptes Facebook de nos candidats dans la région,  ce n’est pas sûr. Une partie des candidats en fait l’économie, quand ceux qui en mettent un en avant, sont rares à le personnaliser. Revue des slogans mis en avant sur le web politique.

kinget-mahieu-slogan

Capture d’écran du compte Facebook d’un binôme de candidats lillois. Et du slogan qui va avec.

Merci les Départementales ! Ça nous a permis de retrouver la trace d’une vieille connaissance. Mickaël Poillion. Mickaël qui ? Si, si, souvenez-vous : en 2010, le jeune homme menait la liste des agriculteurs aux régionales. En 2011, il apparaissait aussi à la télé face à Sarkozy présenté comme un anonyme agriculteur. En 2015, en consultant les slogans des sites de campagne de nos candidats aux départementales, son nom nous a fait sursauter. Pas que son nom d’ailleurs. Le slogan de son binôme (avec Martine Leblanc) aussi : « Cultivons tous les champs du possible »

Un peu d’originalité dans un monde… où la platitude règne. A parcourir les slogans de nos candidats aux départementales dans toute la région, la petite phrase qui fait mouche reste plutôt au placard. Un peu comme si devant des compétences départementales encore floues et une élection où l’abstention s’annonce encore record, il fallait trouver un truc passe-partout, pas trop risqué. Dans le domaine, prenez un « Ensemble » et bricolez un slogan autour. Il y en a des tartines sur le net départemental. Dans le Nord, nombre de candidats de la majorité départementale affichent le « Agir ensemble pour un Nord solidaire ». Quelques-uns sortent du rang en faisant un audacieux pas de côté : « le Nord solidaire pour avancer ensemble », « Rassemblés pour un Nord solidaire ». Mais le mot « Ensemble » et l’emploi de la première personne du pluriel n’est pas l’apanage des majorités en place. Dans les cantons du Nord-Est de la métropole, on a repéré deux binômes UDI-UMP qui utilisent le « Ensemble, soutenons l’avenir de notre canton”. On peut aussi opter pour un ton un peu plus martial, mais dans le même esprit : « Avancer Ensemble ! », « Retrouvons le Nord », « A votre écoute pour agir ! Reprenez la parole ! »

Challengers, marquez la différence !

Evidemment, vous aurez reconnu que les trois derniers slogans sont de challengers aux conseillers départementaux en place. Dans le domaine du slogan, la différence entre les sortants et ceux qui veulent entrer à l’Assemblée départementale, est marquée. Quand on veut faire tomber son « ennemi », on imprime le changement : « Mieux gérer, mieux servir » (sous entendu, c’était moins bien avant), « Agissons », « Mieux gérer pour mieux agir », « Une force nouvelle pour votre canton », « Un nouvel élan pour votre canton ». Vous pouvez aussi le dire plus clairement, tant qu’à faire : « Pour le Boulonnais, tournons la page du passé ». En parlant de Boulogne, on notera d’ailleurs que les socialistes du canton Boulogne Nord réutilisent le « J’aime Boulogne » qui avait porté chance à Frédéric Cuvillier l’an dernier : « J’aime Boulogne Nord, j’aime mon département ». Un J’aime que l’on va retrouver décliner sur toutes les futures campagnes locales ? Facebook prépare sa facture.  Précisons d’ailleurs qu’indiquer nommément le canton dans le slogan est assez rare. On a trouvé un « Encore plus pour Tourcoing » ainsi qu’un « Ensemble pour le Cambrésis ».

Et du côté de l’extrême-droite

N’oublions pas également le cas du FN et de l’extrême-droite en général, présent dans de nombreux cantons.  Ainsi, à Béthune, on a trouvé le slogan qui tue : « Face aux trahisons de l’UMPS, l’espérance bleu marine ». Vérification faite, il s’agit d’un slogan national, dupliqué chez de nombreux candidats. La campagne locale, c’est pas d’actualité. Sinon, encore plus à droite, vous avez les candidats du Parti de la France (de Carl Lang, l’ex-FN) à Calais – dont Kevin Reche, le leader de Sauvons Calais – qui se fendent d’un « Rendons Calais aux Calaisiens ». Tout un programme.

Votez !

Enfin, pour conclure cette petite revue : dans le canton de Sin-le-Noble, Jocelyne Charlet et Samuel Vanlichtervelde (candidats Union pour le Nord) affichaient jusqu’à il y a encore quelques jours, le message suivant : « La démocratie vous offre une voix, exprimez-là ! » Pas sûr que ce soit suffisant pour convaincre les électeurs dans désormais dix jours.

Évidemment, nous n’avons pas pu observer tous les slogans de tous les candidats. Si certains vous paraissent intéressants, n’hésitez pas à nous le faire partager dans les commentaires.

1 Commentaire

  1. A part tromper l’électeur, quel est l’intérêt de ne pas faire apparaître son parti ? C’est à celui qui brouillera le plus les pistes !

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Abonnez-vous à notre newsletter

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie

Contacter la rédaction

Ça se passe par là