BILAN ET PROJECTIONS

Réflexions Par | 12H42 | 30 mars 2015

Départementales, après la bataille et avant les suivantes…

Une échéance électorale de plus terminée. Les Départementales ont livré leur verdict : le Nord passe à droite, où Jean-René Lecerf bénéficiera d’une majorité absolue. Le Pas-de-Calais reste à gauche, mais devra désormais compter sur douze élus frontistes, le plus haut score de l’Hexagone. En Picardie, les trois départements passent à droite. Analyse politique.

lecerf-bertrand2

Jean-René Lecerf, nouveau patron du Nord, en compagnie de Xavier Bertrand, futur patron du Nord – Pas-de-Calais ? Photo : DailyNord.

Lecerf président. Presque un triomphe pour le sénateur UMP qui va sûrement accéder à la tête du plus important département de France avec une majorité absolue de plus d’une cinquantaine d’élus UMP-UDI-DVD. Une gageure tant les finances de l’institution sont sous tensions. Le plus difficile commence, et dans un contexte budgétaire calamiteux puisque l’institution serait, selon l’argument de campagne de la droite, au bord de la mise sous tutelle. La droite gérera-t-elle la pénurie ou saura-t-elle relancer la dynamique de la puissance publique surtout orientée sur le social mais aussi l’investissement ? C’est la survie des départements qui est en jeu sur fond de réforme territoriale inachevée, pomme de discorde entre la droite et la gauche. Et comme ces derniers ont viré au bleu…L’ancien maire de Marcq-en-Baroeul sait que son début de mandat sera scruté à la loupe. Son positionnement politique – au sein de l’UMP, il est un peu un électron libre*, et s’est rangé du côté de Bruno le Maire contre…Nicolas Sarkozy pour la présidence de l’UMP – lui confère une place originale dans le paysage politique au nord de Paris et nul doute qu’il saura en jouer pour les échéances à venir – régionales mais aussi sénatoriales. Il va quitter son fauteuil de parlementaire et c’est Patrick Masclet, maire UMP d’Arleux, qui va entrer au Palais du Luxembourg (voir  UMP Nord, le vent en poupe et…en proue). Mais l’UMP peut se frotter les mains au vu des nouveaux talents qui ont émergé au sein de l’assemblée départementale (voir  au Nord, le cercle s’agrandit) dans le sillage des municipales de 2014, beaucoup de maires ou d’adjoints au maire, ce qui confirme la dimension territoriale/sénatoriale de l’hémicycle.

La Picardie en bleu, le Pas de Calais en rose. La vraie catastrophe pour le PS, ce sont ces trois départements Aisne-Somme-Oise qui virent au bleu. Un mauvais augure pour les régionales de fin d’année. Même si le Pas de Calais sauve l’honneur. Mais le FN emporte plusieurs cantons du bassin minier et manque de peu d’autres fiefs. Et s’enracine ainsi dans le paysage politique du département devenu laboratoire pour le parti de Marine Le Pen. Une chose est sûre, le paysage national et régional est organisé autour d’une offre tripartite.

Régionales à gauche. L’union a donc fait défaut. Les analyses et les debriefings montrent qu’une gauche unie aurait pu limiter les dégâts, mais pas de garder le Nord à gauche malgré un volume de voix de gauche conséquent. La désunion entre les frères ennemis de gauche a profité à la droite. Nul doute que la leçon sera retenue et que les discussions vont bon train pour accoucher du dispositif le plus efficace dans la bataille qui se profile. Comme déjà analysé sur ce blog, il s’agira d’éviter la troisième place du mort au premier tour pour se présenter dans les meilleures conditions avant le second tour et aimanter les reports de voix. On a pas fini de parler du front républicain, promu auberge espagnole de notre vie publique.

Régionales à droite. Xavier Bertrand, auto promu Monsieur anti-FN, se prépare à affronter Marine Le Pen. Chez lui au nord de l’Aisne, le FN a été contenu. Dans son camp en théorie uni (UMP-UDI-DVD), pas de souci, le saint-quentinois est attendu comme la huitième merveille du monde…Et se projette déjà au second tour. A moins qu’il ne vire en tête devant les listes FN. Mais le score des voix FN et Bleu Marine du premier tour des départementales ne lui garantissent pas une telle position. Reste à résoudre le noeud du “ni-ni”…Ni PS, ni FN, donc pas d’alliance pour contrer ce dernier. Monsieur Sarkozy est pour le “ni-ni”, Jean-René Lecerf pas vraiment, dans plusieurs cantons du Nord le front anti-FN a joué et lui-même a voté pour le tandem socialiste à Lille 4, et Xavier Bertrand ne pourra faire l’impasse sur le dilemme qui empoisonne la droite depuis si longtemps s’il veut gagner la région. Mais puisqu’il n’est pas sarkozyste…

Marine Le Pen. Même sans département dans son escarcelle, le FN a encore avancé ses pions. Et conforté ses positions dans l’Aisne et surtout dans le Pas de Calais – 6 cantons – sans compter un étiage de voix du premier tour toujours plus haut. La présidente du FN mesure en ce moment les avantages et les inconvénients d’un assaut contre la citadelle régionale. Elle est assurée d’être présente au second tour, voire de virer en tête. Pour l’empêcher, les camps derrière elle – UMP-UDI et gauche – sont obligés à une alliance au second tour. En cas de triangulaire, elle aurait toutes les chances de conserver cette première place qui lui accorderait la moitié des sièges de l’hémicycle…Elle clame – fanfaronnade ? – emporter pas moins de quatre régions au FN. Gageons que dans son esprit le Nord-Pas de Calais/Picardie fasse partie de la liste. Avec elle à la tête de ses troupes.

Martine Aubry. Et Pierre de Saintignon, candidat des socialistes aux régionales…Outre le premier fédéral du Nord Gilles Pargneaux, à qui l’on imputera une partie du passif électoral de la semaine dernière et qui s’ajoute à celui des municipales, les socialistes devront régler au mieux leur machine pour les régionales, afin d’éviter un nouveau désastre. Hier dimanche, certains militants évoquaient mezzo voce une remise à plat des décisions tactiques et avançaient le nom de Frédéric Cuvillier le député-maire de Boulogne-sur-mer, ancien ministre, pour remplacer PdS qui fait d’ailleurs une campagne courageuse – on le voit beaucoup en…Picardie. Reste à décider le principal intéressé… Une telle hypothèse passerait par de profonds changements au sein des instances fédérales (voir Départementales. En jeu, le congrès de Poitiers. Pour PdS, l’étau s’est resserré. Au Nord, la droite, au Pas de Calais une gauche éreintée mais une gauche qui lui est naturellement hostile puisqu’encore marquée du sceau de Daniel Percheron, le président sortant qui ne lui est pas favorable. En préparant probablement un changement à la fédération du Nord, Martine Aubry veut garder la main avant le congrès du PS de Poitiers en juin et imposer ses conditions à Paris. On remarquera que la ribambelle des battus du PS d’hier soir qui occupent souvent des positions partisanes servent son dessein et l’aideront à passer à la paille de fer une fédération sous l’éteignoir. D’autant plus que les cantons lillois font mieux que résister à la vague bleue et conservent beaucoup de leurs élus socialistes sortants souvent arrimés au navire aubryen. Avantage : pousser son influence pour Poitiers et conserver l’initiative des régionales. Avant de régler sa propre succession à Lille**.

* Si Xavier Bertrand emporte la région N-PdC/Picardie, avec Jean-René Lecerf, ce sont deux non-sarkozystes qui s’affirmeraient au Nord de Paris. Si l’on ajoute la majorité relative de la droite dans l’Aisne qui pourrait revenir à l’UMP Pierre-Jean Verzelen, filloniste dans le match Fillon-Copé et signataire de la motion Wauquiez, à moins qu’un accord avec l’UDI n’en décide autrement, et celle absolue dans la Somme, traditionnel champ d’affrontement entre l’UMP et l’UDI et qui pourrait trouver un prolongement pour le perchoir, l’ancien ministre officiellement en lice pour les primaires à droite devrait trouver des appuis pour 2015 et ensuite. Edouard Courtial, probable futur patron de l’Oise est un sarkozyste du premier rang. Pas sûr que cela suffise à l’ex-président de la république qui déteste rien de moins que la critique qui se mue en contestation.

** Désormais chef de l’opposition au conseil départemental du Nord, l’ancien président Patrick Kanner, ministre de la Ville, songe déjà à jalonner son itinéraire lillois. Lui qui fut un allié de Martine Aubry a quitté l’orbite aubryenne en entrant au gouvernement et devrait trouver sur sa route lilloise un certain François Lamy, ancien ministre de la Ville, désormais établi dans la capitale des Flandres. Les chemins des ministres de la ville mènent à Lille.

1 Commentaire

  1. Satisfait de voir le Nord passé à droite, cette satisfaction est amplifiée par le fait que le département ne bascule pas dans le sarkozysme. Le président de l’UMP est érigé en grand stratège au niveau national, soit!
    Une analyse plus fine laisse penser que les soutiens à son action (mais quelle action ?) sont beaucoup plus diffus.
    La composition des listes pour les Régionales sera un exercice périlleux. Les vieilles rancunes, les fausses amitiés ressurgiront-elles ?

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les vraies raisons de la baisse de fréquentation du Louvre-Lens

Baisse de fréquentation, impacts économiques limités sur le Lensois, DailyNord a enquêté sur le Louvre-Lens. Une enquête en trois volets à consommer sans modération.

Comment le Conseil régional compte affaiblir les associations écologistes

Baisse de subventions ou coupures sans préavis, DailyNord révèle comment le Conseil régional des Hauts-de-France a l'intention d'affaiblir les associations qui gravitent autour de l'écologie et de l'environnement. Retrouvez notre enquête.

Pour ne plus jamais louper un excellent article de DailyNord

L’unique et le seul dictionnaire officiel du Nord – Pas-de-Calais

Retrouvez toutes les définitions du Petit dico décalé du Nord - Pas-de-Calais

Les livres avec Eulalie

Mais qu’est-ce que vous êtes en train de lire ?

>>> Découvrez le DailyProjet

Partenaire