IL ENTRE DANS L'ARÈNE

Réflexions Par | 12H15 | 02 février 2015

Régionales : Xavier Bertrand en position de force

Il est désormais en position de favori pour ces régionales, première du genre car le Nord-Pas de Calais et la Picardie seront fusionnées. Pour Xavier Bertrand, qui s’est déclaré ce week-end, tout commence. Car de nombreux obstacles restent à franchir.

Xavier_Bertrand

Xavier Bertrand, poussé par Nicolas Sarkozy et les élus UMP, anticipe sa candidature. Photo : NC La Manufacture sur Commons Wikimedias.

Statut de favori. La stratégie est claire. Un picard, ancien ministre, ancien patron de parti, franc-maçon déclaré, parlementaire, maire d’une grande ville, qui a réussi à se tenir à l’écart des miasmes des affaires comme de l’élection partisane de la fin de l’année dernière à l’UMP – tout juste a-t-il annoncé son vote en faveur de Bruno Le Maire ,…La tactique est en cours d’élaboration, mais Xavier Bertrand déroule déjà une affiche de gaulliste social. Sa tribune sur Séguin-le-grand-homme il y a quelques semaines, tombe à pic et n’est bien sûr pas fortuite. Après tout, ils ont tous les deux occupé un ministère équivalent à 20 ans de distance. Il sait que le nom et le souvenir de De Gaulle, un enfant du pays, peut résonner positivement et il a entendu l’appel des Français le 11 janvier dernier. La crise qui frappe lui donne des arguments. Séguin, le gaullisme, la perspective du redressement, la demande de sécurité déclinée sur toutes ses facettes,… La deuxième carte qu’il a déjà abattue c’est cette préférence appuyée pour Lille, capitale régionale. Lui le picard de sang et de sol saura expliquer à ses compatriotes de Picardie les vertus de la métropole lilloise et faire taire les grincheux. Comme un lillo-centrisme raisonnable puisqu’il émane d’un axonais. Mais un tel statut de favori n’est pas un cadeau et il faudra avoir des nerfs pour tenir la distance. Et s’imposer en recours d’une gauche qui n’a pas dit son dernier mot même si les rumeurs vont bon train sur une sorte de démission collective au niveau local et dans laquelle les règlements de compte ne sont pas étrangers (voir la Leçon du Professeur Percheron et la longue marche de Monsieur Kanner)…comme si la gauche locale laissait passer l’orage avant de ressortir des abris.

Pourquoi avant les départementales ? Tous s’est précipité en trois jours. Sarkozy, en visite de rentrée politique à Tourcoing, soucieux de déblayer le terrain de la primaire, en appelle à l’ancien ministre du Travail. Le lendemain, Marine Le Pen continue de laisser planer le doute et écarte le plan B comme Briois. Quelques jours auparavant, Pierre de Saintignon, actuel vice-président du conseil régional Nord-Pas de Calais/Picardie, confirmait sa candidature avant le vote militant. Bertrand avait pourtant prévu d’annoncer sa décision après le scrutin départemental. Pour le maire de Saint-Quentin, qui a ainsi bousculé son agenda de la semaine, il faut frapper fort et verrouiller l’unité de son parti derrière sa candidature. C’est le sens de l’appel des Cent de ce week-end. Laisser MLP dans l’expectative et faire apparaître ses hésitations. Abandonner PdS à la décision de son vote militant forcement empoisonné puisqu’il est le seul en lice et dans l’ombre du spectre de la division, et tenter de creuser un écart avant le répit des départementales où Bertrand devrait jouer un rôle de soutien aux candidats de son camp. Ce qui lui permettra de peaufiner son équation et vérifier ses arguments.

UMP. L’argent nerf de la guerre. En convalescence financière, le parti sarkozyste attend les jours meilleurs. Les élections départementales devraient lui profiter et remplir ses caisses. Très bien pour les régionales de l’automne (elles devraient être avancées en octobre). D’autant plus que le trésorier s’appelle Daniel Fasquelle, sarko-sarkozyste, et patron de l’UMP du Pas de Calais. Côté logistique, à l’UMP on sait faire campagne et Xavier Bertrand aussi. Même s’il peut apparaître dans la main de Sarkozy qui veut en faire un baron régional – c’est pourquoi il tient à  cultiver sa différence et à confirmer sa candidature à la primaire à droite pour 2017. S’il y a une primaire, naturellement…Résumons : “je ne suis pas sarkozyste, mais tout le monde est derrière moi et j’aime bien le général de Gaulle…”. Sous-entendu : ” Avec moi pas de bling-bling ou de Bygmalion, pas de division comme à gauche – ou comme à l’UMP…-, et le Général c’est quand même autre chose que Madame Le Pen”…

Premier tour. Alliance avec l’UDI. Ou pas ! On l’a déjà dit, l’UDI a progressé aux dernières municipales. Et Xavier Bertrand le martèle dans un entretien à VDN, il compte s’appuyer sur le réseau existant et celui des nouveaux maires, UMP (facile…) ou UDI (moins facile…). Le parti de Jean-Christophe Lagarde devrait engranger de belles positions aux départementales. Des élus, des vice-présidences, des présidences. Une formation politique n’est jamais rassasiée. Cela vaut évidemment pour l’UMP. Mais Xavier Bertrand, s’il veut arriver au second tour et, il en rêve, en tête, doit nouer une plate-forme avec les centristes qui renonceraient alors à se compter au premier tour sur des listes autonomes. Et piocher ensuite dans le vivier des abstentionnistes ou des électeurs frontistes que l’on peut convertir tout en appelant au front républicain anti-FN, ou plutôt au rempart. Reste à convaincre l’UDI et ses alliés. Question subsidiaire : sinon, il deviendra alors impératif de réaliser le meilleur report au second tour. Classique mais toujours délicat.

Les deux questions.  1.La confrontation avec le FN. Comment réagira l’électeur frontiste ou mariniste ? Bertrand est persuadé qu’il peut tenir la dragée haute aux listes FN. D’autant plus si Marine Le Pen et Steeve Briois ne jouent pas un rôle de premier plan. Ce qui relance les conjectures sur une diplomatie secrète entre UMP et FN, une sorte d’alliance objective pour se répartir les bastions au gré des batailles électorales. Au FN, les choses ne sont pas encore décantées, y compris ailleurs qu’en Nord-Pas de Calais/Picardie. Dans ce cas de figure, la droite vise la première place au soir du premier tour. A tout le moins, talonner le vote FN. Une gageure ?

2. La résistance du socialisme. Non pas sur le temps long, on sait que le socialisme municipal est sur le déclin, techniquement et idéologiquement, mais après la séquence Charlie qui a requinqué le pouvoir en place, sait-on jamais – ainsi pour la législative partielle dans le Doubs où le second tour oppose le FN au PS. La gauche sortante ne se laissera pas faire et le couple exécutif non plus qui devrait mouiller la chemise.

Les départementales fourniront de précieux éléments de réponse.

1 Commentaire

  1. Xavier Bertrand poussé par Sarkozy ?…J’aurais plutôt cru que ledit Sarkozy,candidat pour 2017,éliminerait les autres candidats à la primaire umpiste ,qui se positionnerait en tant que ” compétiteurs “,jusqu’à en supprimer le côté ” open ” de ladite primaire…

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les vraies raisons de la baisse de fréquentation du Louvre-Lens

Baisse de fréquentation, impacts économiques limités sur le Lensois, DailyNord a enquêté sur le Louvre-Lens. Une enquête en trois volets à consommer sans modération.

Comment le Conseil régional compte affaiblir les associations écologistes

Baisse de subventions ou coupures sans préavis, DailyNord révèle comment le Conseil régional des Hauts-de-France a l'intention d'affaiblir les associations qui gravitent autour de l'écologie et de l'environnement. Retrouvez notre enquête.

Pour ne plus jamais louper un excellent article de DailyNord

L’unique et le seul dictionnaire officiel du Nord – Pas-de-Calais

Retrouvez toutes les définitions du Petit dico décalé du Nord - Pas-de-Calais

Les livres avec Eulalie

Mais qu’est-ce que vous êtes en train de lire ?

>>> Découvrez le DailyProjet

Partenaire