HISTOIRE

Petite histoire Par | 08H30 | 05 février 2015

Quelques anecdotes à connaître sur la Première Guerre mondiale (pour briller auprès de vos collègues et amis)

Vous ne pouvez pas y échapper : depuis plus d’un an, la Première Guerre mondiale est partout. Encore plus sur nos terres, profondément meurtries. Mais, vous, la culture historique, c’est pas votre truc. Heureusement, DailyNord est là. Pour vous raconter quelques histoires méconnues ou pas archiconnues en tout cas sur cette Première guerre mondiale dans la région (et la proche Belgique) qui vous feront briller en famille ou avec les collègues. 

Un garde d’honneur de Notre-Dame-de-Lorette. Une fonction unique. Photo : Stéphane Dubromel.

Le papa du Seigneur des Anneaux a combattu dans la région

Avec les millions de soldats qui sont passés par la région durant la Première guerre mondiale, il n’est pas difficile d’y trouver quelques-uns qui deviendront par la suite des célébrités. Parmi eux, un certain Tolkien, le père du Seigneur des Anneaux, célèbre bouquin adapté au cinéma il y a quelques années. Le bonhomme a combattu quelques mois, en débarquant d’abord au camp britannique d’Etaples en juin 1916, puis en allant sur le front de la Somme. Hospitalisé pour la fièvre des tranchées, il repart en Angleterre début novembre (plus d’infos sur La Voix du Nord).

Hitler aurait procréé à Fournes-en-Weppes

Régulièrement, cette histoire revient sur le devant de la scène. Nous ne vous ferons pas l’offense d’en titrer un “Exclusif” comme l’avait fait Le Point il y a quelques années, mais sachez qu’un Picard se réclame depuis les années 70… comme le fils du soldat Adolf Hitler. Il a même publié un livre il y a trente ans, “Ton père s’appelait Hitler“. Le soldat, qui combattait dans la région, aurait fauté à l’arrière du front, à Fournes-en-Weppes près de Lille,  avec une villageoise, Charlotte Lobjoie. Rien n’a jamais prouvé la filiation et le président de la société d’histoire de Comines-Warneton en Belgique, confiait à un journaliste de DailyNord il y a quelques mois : “Partout où Hitler est passé (pendant la Première Guerre mondiale), on raconte qu’il a laissé des enfants. Des fils d’ailleurs. Jamais de filles…

Hitler et Churchill en même temps dans la région

Etrange coïncidence ou pas. Pendant la Première guerre mondiale, deux des figures principales de la guerre suivante, la Seconde, sont cantonnées à quelques kilomètres de Lille, en Belgique, Adolf Hitler et Winston Churchill. Le premier était notamment à Messines entre décembre 1914 et mars 1915, tandis que le second sera à Ploegsteert à deux pas de là, mais à partir de 1916 durant quelques mois (plus d’infos sur le site de la RTBF).

Les mines à reconstruire

Il n’y a pas que les villes, comme Bailleul, Arras ou Béthune qui ont subi les affres de la guerre. Les mines du Bassin Minier également. Lors de leur retraite, les troupes allemandes détruiront 103 sièges d’extraction, 212 puits, 800 kms de chemin de fer miniers tandis que 110 millions de mètre cubes d’eau inondent les étages souterrains des mines. C’est Ernest Cuvelette, directeur général adjoint des mines de Lens , qui, après guerre, se consacrera à la reconstruction des Houillières du Nord – Pas-de-Calais (plus d’infos dans l’encyclopédie Mines et Mineurs, de Virginie Debrabant et Gérard Dumont).

Etaples mutin

En 1917, les forces Alliées sont désespérées de la longueur du conflit, des blessés, des morts… A Etaples, on trouve le camp de rassemblement des troupes, où l’on encadrait les jeunes recrues… de manière plus que virile. En septembre 1917, c’est la révolte de soldats écossais et canadiens qui barrent les ponts avec des mitrailleuses. Des soldats désertent. Le point de départ aurait été l’arrestation d’un caporal qui conversait – c’était interdit – avec une infirmière.  La révolte durera plusieurs jours avant que plusieurs bataillons ne viennent ramener à la raison les mutins, qui devront gagner le front, tandis que d’autres seront passés par les armes. Le chef de la mutinerie, Percy Toplis, déserteur, sera abattu en Angleterre deux ans après l’Armistice. Plus d’infos sur le site Chemins de Mémoire.

L’expression l’Enfer du Nord pour Paris-Roubaix… vient de la Première guerre mondiale

L’un des premiers événements organisés de nouveau après l’Armistice ? La course cycliste Paris-Roubaix. Evidemment, le parcours doit être modifié par rapport à avant-guerre. Des routes sont inutilisables, des maisons n’ont plus de toitures, voire qu’un mur, ce qu’observe le coureur Eugène Christophe en reconnaissant le parcours avec un journaliste du Petit Journal. C’est lui qui dira à cette occasion : “Ici, c’est vraiment l’Enfer du Nord“, une expression qui est restée depuis… Plus d’infos par là.

Pourquoi le Beffroi de Lille n’a pas été reconstruit au même endroit

A Arras, le beffroi détruit pendant la Première guerre mondiale a été reconstruit à l’identique. Ce ne sera pas le cas de celui de Lille lui détruit… par un court-circuit. Pourquoi ? Occupée par les Allemands, la cité est montrée du doigt : Lille n’a pas subi les mêmes affres qu’Arras, Reims ou Verdun. Alors, pour la reconstruction, on la place sous le signe d’une certaine réhabilitation morale, note Claude Fouret, professeur d’histoire sur le site Chemins de Mémoire. Alors situé sur la place Rihour, l’hôtel de ville sera reconstruit dans un quartier ouvrier, celui de Saint-Sauveur, en même temps que la ville s’agrandit. “La nouvelle municipalité socialiste de Gustave Delory choisit une sorte de refondation régionaliste, plutôt que la reconstitution d’un bâtiment marqué par l’éclectisme antiquisant du XIXème siècle“, note l’historien.

Il n’y a que dans le Pas-de-Calais que l’on trouve des gardes d’honneur

Si vous avez fait une balade du côté de Notre-Dame-de-Lorette, vous avez certainement croisé leurs silhouettes, coiffées d’un béret : les gardes d’honneur. Une fonction honorifique qui date de l’après-guerre, une sorte de confrérie chargée de veiller sur la nécropole regroupant 20 000 tombes et huit ossuaires. Et une fonction unique en France : aucun autre cimetière militaire n’a de gardes d’honneur.

Les Chinois dans la Grande Guerre

Fait également méconnu, les Chinois ont participé à la Première Guerre Mondiale. Plusieurs dizaines de milliers d’entre-eux sont envoyés dans les usines, ports et mines. Ils auront notamment travaillé pour le déminage et la livraison d’équipements militaires. Logés dans des camps de travailleurs pouvant contenir jusqu’à 10 000 hommes, ils étaient présents notamment à Boulogne-sur-Mer, Saint-Omer, Calais ou Dunkerque. Après la guerre, ils ont nettoyé les champs de bataille et participé à la reconstruction. La France leur en était particulièrement reconnaissante… note le site Chemins de Mémoires : “Une certaine forme de xénophobie s’installera dans la région et poussera même le Préfet du Pas-de-Calais à demander en septembre 1919 à ce que le département soit « délivré » de cette main d’œuvre qui « terrorise » la population.  Plus d’informations également sur ce blog du Monde.

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les vraies raisons de la baisse de fréquentation du Louvre-Lens

Baisse de fréquentation, impacts économiques limités sur le Lensois, DailyNord a enquêté sur le Louvre-Lens. Une enquête en trois volets à consommer sans modération.

Comment le Conseil régional compte affaiblir les associations écologistes

Baisse de subventions ou coupures sans préavis, DailyNord révèle comment le Conseil régional des Hauts-de-France a l'intention d'affaiblir les associations qui gravitent autour de l'écologie et de l'environnement. Retrouvez notre enquête.

Pour ne plus jamais louper un excellent article de DailyNord

L’unique et le seul dictionnaire officiel du Nord – Pas-de-Calais

Retrouvez toutes les définitions du Petit dico décalé du Nord - Pas-de-Calais

Les livres avec Eulalie

Mais qu’est-ce que vous êtes en train de lire ?

>>> Découvrez le DailyProjet

Partenaire