Régionales : Sarkozy envoie Bertrand au feu

Comment pourrait-il refuser ? En adoubant Xavier Bertrand pour les régionales sur le Nord-Pas de Calais/Picardie, Nicolas Sarkozy compte écarter le député-maire de Saint Quentin de cette primaire à droite qui lui colle à la peau comme une mauvaise glu. Depuis l’été dernier, ce blog et Dailynord analysent la pertinence d’une telle candidature et ses développements. L’ancien ministre du Travail s’est déclaré très tôt – en 2012 – candidat au grand tournoi de la droite en prévision de la revanche de 2017. L’ancien président de la république, qui a raté son retour à la fin de l’année, sait que les primaires dans son camp ne seront pas une partie de plaisir, Juppé, Fillon, Le Maire,…  il doit déminer les concurrents l’un après l’autre. Le moins difficile est Bertrand. En plus, celui-ci campe sur une ligne gaulliste social qui ressemble à celles des autres sur pas mal de points. Il pourrait le gêner en cas de second tour entre lui et Juppé par exemple et se rallier au maire de Bordeaux, ce qui priverait Sarko de quelques réserves*…

Est-ce un piège pour l'”audacieux” Xavier Bertrand ? Comme déjà évoqué sur ce blog, le maire de Saint Quentin est face à un dilemme cornélien. Vaincu, ce dernier disparait des radars et range les armes de la primaire. Vainqueur, il sera redevable à Sarkozy qui l’aura soutenu et apparaîtra comme un vassal. Il sera ainsi plus difficile de croiser le fer avec le nouveau patron de l’UMP à qui il aura donné une marque d’obéissance. S’il renonce, Bertrand endossera pour longtemps l’habit du velleitaire, de celui qui ne sait pas se décider, de celui qui n’ose pas. Autant dire un lourd handicap s’il veut ensuite se mesurer à Sarkozy. C’est un peu comme si le timing avait pris Xavier Bertrand par surprise ! Il sort du bois, trempe un pied dans le Rubicon, et ensuite il ne peut plus reculer à l’appel de Sarkozy. Mais peut-on refuser un tel challenge – d’ailleurs dans son tempérament – pour un Xavier Bertrand qui a besoin d’un titre de gloire pour relancer sa carrière lui qui est en radoub depuis 2012? Qui plus est, reprendre les deux régions réunies aux socialistes et faire barrage au tandem Briois/Le Pen resterait dans l’histoire politique. Reste à trouver un accord de second tour avec une gauche qui ne se laissera pas faire et qui semble retrouver des couleurs. Si Bertrand perd, on dira que c’était un piège. S’il gagne, on dira que Sarkozy a repris la main. Dans tous les cas, c’est la route des primaires qui se complique.

Les départementales seront déterminantes. Evidemment prudent, le saint-quentinois attend le scrutin de mars pour se lancer dans l’aventure. Quelques départements pourraient basculer de gauche à droite (le Nord, l’Oise,…), de quoi consacrer Sarkozy en chef de guerre et galvaniser la droite. Bertrand profiterait de la dynamique marquée du sceau sarkozien. D’autres scrutins se joueraient sur le fil comme le Pas de Calais. Et des cantons élire un candidat FN/Bleu Marine. Bertrand concoctera son dispositif en fonction des résultats.

Le plan B de Gérald Darmanin .” S’il y a un problème, je sais pouvoir compter sur Gérald Darmanin…je lui fais totalement confiance“. La venue de Nicolas Sarkozy sur les terres tourquennoises de son jeune secrétaire général adjoint ne devait bien sûr rien au hasard. J’ai déjà pesé le pour et le “moins pour” du profil du maire de Tourcoing dans ce cas de figure**. Et qui bénéficierait du soutien sans faille de son ami Xavier en Picardie. Reste la liste dans le Nord que Darmanin peut évidemment mener sous réserve de régler le problème du cumul des mandats – et une place de numéro 2 d’une super-région donc de premier vice-président reste enviable surtout si le numéro un devient super-ministre d’un Sarkozy réélu…. Quoiqu’il en soit, et pour motiver son tandem, le patron de l’UMP a – forcément – promis à tous deux les plus beaux postes d’un premier gouvernement si les Français le portent une seconde fois à l’Elysée.

* Selon un élu de droite de la région, Bruno Le Maire, heureux challenger de Sarkozy dans la course à l’UMP et qui guigne une place éventuelle de premier ministre, jouera le rôle de trait d’union entre les deux hommes le moment venu au même titre qu’un Gérald Darmanin actuellement. Proximité de positionnement entre les deux anciens ministres de la même génération et Bertrand a voté Le Maire en décembre. Et on fait observer que, différents donc complémentaires, ils entretiennent des relations amicales…

** Ainsi à droite, les choses se décantent et les cartes de visite d’un Philippe Rapeneau – conseiller régional sortant, patron de la communauté urbaine d’Arras qui pourrait conduire la liste dans le Pas de Calais et s’est déclaré pour Bertrand- ou d’un Marc-Philippe Daubresse, député-maire de Lambersart, démonétisé dans son propre camp et dépassé (voir billets le concernant), semblent rangées au fond d’un tiroir. Celui du président de l’UMP. Anecdote : Gérald Darmanin doit savourer un certain goût de revanche. En septembre, Sarkozy était venu inaugurer sa campagne pour la tête de l’UMP à Lambersart, chez Daubresse. Il reprend contact avec le terrain chez Darmanin, à Tourcoing. Signe des temps.

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

A lire sur DailyNord

Me contacter

Pour toute remarque, question, vous pouvez me contacter en laissant un message par là .