L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Régionales : L’année-vérité de Pierre de Saintignon

Petit théâtre de Martine Aubry | Région Par | 16 janvier 2015

Il portera donc les couleurs du parti socialiste pour les régionales de cette année sur la grande région Nord-Pas de Calais/Picardie. Le bras droit de Martine Aubry est donc le seul candidat de son parti à se présenter devant le vote des militants en février prochain. On avance souvent son manque de notoriété. Voici le portrait que j’avais fait de lui il y a presque six ans quand une méchante question de prééminence entre éminences roses l’opposait à Bernard Roman. C’était avant la campagne des régionales de 2010 où il avait mouillé la vareuse et décroché des galons de meneur de troupes. Il en aura besoin pour galvaniser un camp désorienté et rallier à son panache rose les tièdes et ceux qui ne prisent guère son ascendance aubryste. Depuis, le numéro 2 partout où Madame Aubry officie n’est pas réellement sorti de l’orbite à la fois protectrice et motrice de la maire de Lille. On le sait, faire un homme politique est affaire de temps et…d’opportunités. Notre homme est un bosseur. Il s’est fait remarquer pour sa connaissance des dossiers régionaux et ses capacités à les faire aboutir. Vitamine T, insertion par l’économie, Euratechnologies, le développement économique, …voilà des atouts sur un C.V de candidat. Pierre de Saintignon est face à son destin.

 

UNE LEGENDE ROSE

Par Marc Prévost :: 29/08/2009 à 11:57 :: Région

 

Le numéro deux de Titine de fer à Lille, Pierre de Saintignon sort du bois à chaque été. Chez les politiques, la mode est au storytelling et c’est NE qui se prête à l’exercice ce samedi tout au long de deux pages assez intéressantes, ma foi. Il y a à peine plus d’un an, c’est dans la Voix du Nord qu’il se fendait d’un grand entretien genre Ma vie, mon oeuvre, mon avenir. Justement, son avenir : à 60 ans passés, le fidèle P de S, qui a déjà quelques années de vie publique au compteur, piaffe autant que les chevaux de son enfance. C’est que les régionales sont dans sept mois. Un temps de gestation écourté qu’il convient de bien concevoir. On ne sait pas si Bernard Roman, le leader nordiste, replonge pour six ans comme premier vice-président ou s’il prend le chemin de la sortie (comme il le disait en 2002, mais c’était avant qu’il ne se découvre une nouvelle ambition au conseil régional !).

La nature politique ayant horreur du vide, P de S se verrait bien endosser ses habits et gravir quatre à quatre quelques marches de la hiérarchie de l’assemblée présidée par Daniel Percheron, voire jouer un rôle crucial pendant la campagne (voir billet du 3/01/2009 : Aubry tisse sa toile), sinon de jalonner un encore improbable après-Percheron.

Du côté de Lille, on attend le mini-remaniement suite au décès de Danielle Poliautre, et les premières indiscrétions font état d’une bonne part de responsabilités retaillées pour le lion de Saintignon (voir billet du 21/08 : chaises musicales…).

La grande et belle interview tombe donc à pic pour appuyer un peu plus le double itinéraire du bras droit promis à bel avenir local si Martine Aubry transforme en 2012 l’essai de La Rochelle 2009. Diffusé en même temps que l’université d’été rochelaise et 10 jours avant celle de la fédé du Nord, le message s’adresse ainsi également aux militants nordistes parfois indisciplinés et qu’il conviendra de maîtriser, au niveau national et sur le plan local. Il est d’abord l’homme du système Aubry sans être réellement un pur produit d’appareil. On remarquera l’hommage appuyé à Gilles Pargneaux premier fédéral du Nord estampillé aubryste.

D’autant plus que ne sont pas évoqués certains aspects de la personnalité de l’élu. Comme son ascendance aristocratique et son cousinage éloigné avec Philippe de Villiers*, qui vient de s’associer à l’UMP et déclenche la polémique après avoir recruté un ancien responsable d’extrême-droite (GUD). Le risque de confusion est trop grand, n’en parlons pas : un sang-bleu chez les roses… Son passage dans le privé est carrément éludé : “cinq ans”. C’était chez Darty dans la distribution spécialisée, autant dire Belzébuth pour bon nombre d’élus et de militants de gauche, et les communistes -leur compte est réglé en une courte phrase- ont souvent tiré à boulets rouges sur ce diable de socialiste qui accorde subventions et aides aux entreprises. Autant de détails qui peuvent nuire quand on se prétend un avenir au sein d’un univers susceptible sur les états de service et qui doute souvent des pedigrees qu’on lui sert.

De même, pas un mot sur le grand stade (excepté dans la vidéo, quelques secondes…), un dossier plein d’oursins qui avait valu il n’y a pas si longtemps à “Monsieur Pierre”, qui ployait sous le fardeau de l’extension ratée de Grimonprez-Jooris, une catilinaire en bonne et due forme signée de l’autre Pierre, Mauroy, encore patron de la communauté urbaine, et qui dénonçait l’impérialisme lillois**. Un trop mauvais souvenir. Et attention à ne pas escagasser les garnements verts de la majorité municipale, rétifs au projet ! Au contraire, on tresse des lauriers à Cohn-Bendit. Et au MoDem lillois (“je rêve d’une France à la lilloise“): majorité régionale d’abord !

Par contre, le lecteur découvre une dimension doloriste rarement avouée : la dyslexie (“A dix ans, je ne savais ni lire ni écrire“), les épreuves scolaires (cinq échecs au bac). Mixé à une expérience réussie indiscutable dans le domaine de l’enfance maltraitée et de l’insertion (le réseau Vitamine T), l’aveu a de quoi sculpter un profil. Parfait pour la légende.

*Le frère de Philippe est le général de division Pierre de Villiers, chef du cabinet militaire de François Fillon, dont le nom complet est : Pierre le Jolis de Villiers de Saintignon ! Grande famille, où même les cousins sont homonymes.

** Marianne avait titré “Le mauvais génie de Martine Aubry”. Je me contente de le comparer à un Galaad, un chevalier servant. PdeS a horreur qu’on le qualifie d’homme-lige de sa patronne à qui il doit cependant presque tout. Il convient de rappeler qu’il est entré en politique sous les auspices de Michel Delebarre multi-ministre, un temps numéro deux de Pierre Mauroy.

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Casting

Bienvenue sur Le Petit Théâtre de Martine Aubry et Xavier Bertrand, associé au pure-player d’informations DailyNord. Tenu par le journaliste Marc Prévost, et dans le prolongement du livre le Petit Théâtre de Pierre Mauroy, il décrypte  et éclaire les coulisses de la vie politique locale et nationale et parfois aussi d’autres choses. C’est son choix ! Voir Ma Bio & my Way,

A lire sur DailyNord

Me contacter

Pour toute remarque, question, vous pouvez me contacter en laissant un message par là .