INTERVIEW

Réflexions Par | 08H30 | 23 janvier 2015

Damien, professeur de français : « Il faut affronter les élèves pour leur apporter la lumière »

A l’heure où le gouvernement présente ses mesures pour réaffirmer la laïcité à l’école suite aux attentats de début janvier, nous avons rencontré Damien (*), 37 ans, professeur de français depuis quinze ans dans un collège roubaisien considéré comme l’un des plus difficiles de France. Des élèves boursiers pour la plupart, d’origine maghrébine à plus de 80%, le reste étant constitué de « Khalouchs » (les Noirs) et de « Gwères » (les Blancs). Témoin de l’abandon par l’école de certaines valeurs républicaines, Damien, qui se revendique de gauche, ne décolère pas contre une institution aujourd’hui totalement décrédibilisée aux yeux de ses élèves.

salle-de-classe

Une salle de classe. Photo : Dagonydes sur Commons Wikimedias.

DailyNord : Comment s’est passée votre journée le lendemain de l’attentat contre Charlie Hebdo ?

Damien : Sur le coup, j’espérais que les élèves ne m’en parlent pas le jour même. J’étais tellement abattu que je savais que j’allais péter un plomb si l’un d’eux me sortait une connerie.

DailyNord : Des « conneries », depuis deux semaines,  il y en a eu ?

Damien : Oui : ceux qui ont rigolé pendant la minute de silence, ceux qui font mine de tirer à la kalachnikov… L’un d’eux m’a dit qu’il était trop jeune, mais qu’il aurait fait la même chose que les frères Kouachi. La semaine dernière, le couloir de l’école était taggué de croix gammées avec des inscriptions « Nique Charlie » et « Vive Al Qaïda ». En général, on tait ce genre d’incidents. Pour avancer dans leur carrière, les chefs d’établissement doivent faire le moins de vagues possibles et ils ne disent rien. Quant aux profs, certains d’entre eux ont peur de passer pour mauvais s’ils relatent leurs problèmes en classe. Sans parler des démissionnaires qui, à force, ont fini par banaliser ce genre d’incidents. Ça explique pourquoi le rectorat n’a mentionné qu’un incident dans le Nord-Pas de Calais après les attentats… avant de se rendre compte qu’il allait se ridiculiser et de demander aux chefs d’établissement de témoigner vraiment pour une fois.

DailyNord : Ces incidents sont-ils le fait d’une minorité ?

Damien : Oui, ceux qui font ça, ce sont les meneurs de la classe, les grandes gueules, ceux que l’on appelle les « islamo-kaïra », fans de Scarface, fascinés par la mafia, du “je tue la semaine et je vais à l’église le dimanche”. Ils sont deux ou trois sur une classe de vingt-cinq. Ce ne sont pas forcément eux qui m’inquiètent, car il y a une part de provoc’ dans leurs gestes. En revanche, les deux ou trois dont je sais qu’ils sont très religieux et qui ne parlent jamais… Eux, je ne sais pas ce qu’ils pensent.

“La grande majorité de mes élèves navigue dans l’obscurantisme le plus médiéval qui soit”

DailyNord : En dehors de cette minorité, la majorité de vos élèves condamne-t-elle ce qu’il s’est passé ?

Damien : Oui, sur le thème « on ne tue pas au nom de l’Islam ». En revanche, ils ne saisissent pas que cet événement ébranle des principes républicains  : la liberté d’expression, la liberté de conscience, la laïcité… Il faut comprendre que la grande majorité de mes élèves navigue dans l’obscurantisme le plus médiéval qui soit : ils croient aux démons, me soutiennent qu’une fille qui jette le Coran sera transformée en chien, vidéo à l’appui. Il y a quelques années, l’un d’eux a tenté d’exorciser sa sœur car elle se maquillait.

Pour eux, l’individualité passe au second plan. Dans mes classes, on appartient et on répond à une communauté : celle du collège, du quartier, de la famille, de la religion… Quand je leur demande pourquoi ils sont musulmans, ils me répondent : « parce que mes parents sont musulmans ». Pour eux, la religion est un signe d’appartenance qui les rattache à une communauté. Quand ils me parlent d’eux en tant que musulmans, ils me disent « chez nous ». Quand un jeune Maghrébin m’explique, « chez nous, on peut pas se marier avec les Noirs » et que je leur explique que c’est du racisme, ils ne comprennent pas, « c‘est impossible, on est Arabe ». Dans leur esprit, seuls les Blancs peuvent être racistes. Quand je leur dis que c’est discriminant d’être obligé de se convertir à l’Islam pour se marier avec un musulman, ils ne comprennent pas puisqu’ils pensent avoir le monopole de la discrimination.

DailyNord : Et à force de discussion, vous arrivez à les convaincre ?

Damien : Parfois, ça fait tilt chez certains…

DailyNord : Vous allez donc les chercher sur ce terrain délicat qu’est la religion ?

Damien :  Bien sûr. Il faut les affronter pour leur apporter les lumières. Je mets les pieds dans le plat et je ne me gêne pas pour provoquer une réaction qui permet d’ouvrir le débat : je dessine Dieu au tableau, je leur montre L’origine du monde de Courbet.

Ça fait des années que je leur parle des attaques contre Charlie quand on aborde Voltaire et les supplices infligés au chevalier de La Barre pour blasphème. Je peux le faire parce que je maîtrise mon sujet et que je connais le Coran mieux que la plupart d’entre eux. Quand ils me disent « il faut respecter les religions», je leur dis « non, il faut les tolérer ». De manière détendue, je leur dis que c’est pas une religion qui est là depuis 60 ans en France qui va commencer à faire la loi alors que ça fait 200 ans que l’on fait tout pour tenir le catholicisme à distance du pouvoir. Bon, ça passe… En quinze ans d’enseignement, il n’y a pas encore eu de fatwa sur moi.

« Eux, eux, eux… on leur parle d’eux tout le temps ! »

 DailyNord : Vous sentez-vous soutenu dans cette démarche ?

Damien : Absolument pas. Tout ça vient d’une démarche personnelle. Pendant des années, l’école a encouragé le repli communautaire. On nous a demandé de faire des projets tournés vers le vécu des élèves: travailler sur leurs origines, raconter leurs vacances au bled, écrire des morceaux de rap, organiser des classes foot. Eux, eux, eux, toujours eux ! On leur parle d’eux tout le temps, de leur identité, de leur communauté, au lieu de leur montrer ce qu’il se passe ailleurs ! Les quartiers sont devenus des ghettos parce qu’on n’exige plus rien de ces gamins. A force de tout psychologiser, on leur trouve des excuses. Le discours de victimisation de l’Education nationale a complètement décrédibilisé l’institution.

DailyNord : Ils seraient ainsi victimes de la victimisation…

Damien : Ce sont des gamins livrés à eux-mêmes. Ils rêvent d’avoir un cadre. Ça les rassure. C’est pour ça qu’ils aiment la mafia, l’Islam, ça donne des principes. Chaque année, j’en ai qui me disent qu’ils veulent devenir flic ou militaire. Ils rêvent d’avoir un truc viril, on leur donne des trucs de “bolosse”, de “femmelettes”. Ils ont un mépris terrible pour l’Institution. Un de mes élèves m’a dit un jour ; «vous, vous êtes un vrai prof, parce que vous vous laissez pas faire ». Ils ont de l’estime pour ceux qui occupent le terrain, qui ont des principes et qui s’imposent.

DailyNord : Comment en est-on arrivé là ?

Damien : Parce que c’est difficile, que ça demande des moyens et que l’Education nationale a renoncé. Notre mission désormais, c’est de tenir le quartier. Faire en sorte que les gamins ne soient pas dehors à foutre le bordel. Qu’ils soient en classe pour apprendre ou non, on s’en fout. Moi, dans mes cours, j’essaye de ne pas réveiller la moitié qui dort pour pouvoir faire cours aux autres.

DailyNord : Quelles sont les solutions pour rétablir ces valeurs républicaines dont vous déplorez la disparition ?

Damien : Mettre le paquet sur les petits à l’école primaire. C’est la seule manière de briser le cercle infernal faisant qu’aujourd’hui on a affaire à des « crapauds » mal éduqués parce que leurs parents l’étaient déjà il y a vingt ans. Pour les collégiens, il faut les extraire de leur milieu en les mettant dans des internats.

(*) Le prénom a été modifié.

17 Commentaires

  1. Comment les jeunes des quartiers pourraient réussir avec des profs pareils ? Ils ont besoin d’être écouté avant tout. Où est la bienveillance là-dedant ? Il n’y a pas de mauvais élèves mais que des mauvais profs !

  2. Je crains Audrey que votre commentaire ne démontre assez tristement tout ce que dit Damien…
    PS : au risque de paraître malveillant, “dedans” s’écrit avec un “S”

  3. Excellent article. Voilà quelqu’un qui sait de quoi il parle et qui a du courage; ah si tous les collègues étaient comme lui mais la majorité est comme Audrey… Je ne peux plus faire la même chose désormais car j’enseigne à Mayotte. Le contexte est particulièrement délicat relativement à l’affaire “Charlie”.

  4. P.S. : @ Audrey : en sus, “(…) ils ont besoin d’être écoutéS”, la “bienveillance” inclut le mépris de l’orthographe ? en l’occurrence, pire : la grammaire.

  5. “Mettre le paquet sur les petits à l’école primaire. C’est la seule manière de briser le cercle infernal faisant qu’aujourd’hui on a affaire à des « crapauds » mal éduqués parce que leurs parents l’étaient déjà il y a vingt ans. Pour les collégiens, il faut les extraire de leur milieu en les mettant dans des internats.”

    La fin de l’article a tout dit. Il faut remettre en marche l’ascenseur social et briser tout forme de népotisme.

  6. C’est drôle Audrey, je pensais qu’à l’école les élèves étaient plutôt censés écouter qu’être écoutés. Les temps ont changé…
    Ségolène Royal avait bien raison il y 8 ans lors qu’elle préconisait de leur apprendre à écouter en leur bottant le cul !
    Il sera toujours temps de faire du social après si besoin…

  7. C’est normal que je sois le seul choqué qu’ils appellent des élèves ainsi que leurs parents crapauds? Ils sont mal éduqués comme leurs parents? Espèce d’ignare, ethnocentrique, hautain et Mexes, Loana et leurs mamans Brigitte etc étaient éduqués?

  8. Bon article, du vécu . Pour certains commentaires , oui le terme “crapauds” peut-être choquant ,mais il ne généralise pas , à mon humble avis. Il parle de cette minorité qui est mal élevé , car parfois les parents le sont aussi . C est un constat .

  9. Article xénophobe ,c’est le moins qu’on puisse dire .Comment des enfants ,qui grandissent dans un pays où il y a tant de gens qui les méprisent du fait de leur religion (ou plutôt celle de leurs parents ) ,ou de leur origine ethnique ,pourraient-ils être bien dans leur peau.
    Pas étonnant qu’il y ait de la violence au fond d’eux.
    De la violence il y en a aussi clairement chez ceux qui trouvent cet article excellent ,et qui doivent être bien insatisfaits de leur vie et d’eux mêmes,tous chrétiens et français qu’ils puissent être.
    La rédaction de DailyNord modère les commentaires,elle ferait bien de modérer les articles qu’elle publie.

  10. @Bob : Libre à chacun de juger les propos de Damien “xénophobes” (même s’il nous semble que cette accusation ne va pas dans le sens d’un débat très constructif), mais de là à accuser l’article et donc DailyNord d’être xénophobe… En publiant cette interview, DailyNord est dans son rôle d’informer, avec un professeur qui décrit ses conditions d’enseignement dans la région et le regard qu’il porte sur ses élèves. C’est une information.

  11. Et pourrait-t-on savoir en quoi l’article est xénophobe ou pourquoi ce professeur est malveillant ?

  12. Que font les politiques toute la journée ?
    Il font ce que devrait faire les profs: Occuper le terrain.

  13. Réponse à tous ceux qui ne voient rien d’anormal dans ce texte .
    “Toute discrimination fondée sur l’appartenance ou la non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion est interdite “,ça c”est une loi française .
    Apparemment vous trouvez que traiter les jeunes musulmans de “« crapauds » mal éduqués parce que leurs parents l’étaient déjà”,ce n’est pas faire de la discrimination .
    Vous seriez sans doute satisfaits qu’un enseignant vous dise que vos enfants sont des crapauds mal éduqués comme leurs parents .
    Je crois que je vais faire un test sur mes voisins (tous bien français,catholiques,normaux quoi):comment recevraient-ils de tels propos?. Je vous raconterez le résultat de l’expérimentation.

  14. Cher Bob, il ne me semble pas que Damien traite LES musulmans de crapauds, mais bien les quelques vedettes de ses classes qui empoisonnent la vie des autres. Et il y en a , croyez moi !
    Etant moi-même travailleur social sur Roubaix, je dois bien admettre que “les crapauds” en question, même s’ils sont victimes d’un système, bla,bla,bla… ont juste besoin d’un peu de …bienveillance… Et cela passe un bon bottage de cul… ainsi qu’à leurs parents.
    Il n’y a rien d’Islamophobe à dire cela.
    Bien au contraire… n’est-ce pas du racisme primaire que de chercher de multiples excuses à ces bambins alors que certains comportements sont jugés inacceptables dans d’autres cercles ?!!
    En outre… “les crapauds” connaissent mieux “World of Warcraft” que le Coran… alors la religion là-dedans… ce n’est que du folklore.

  15. Merci Damien, quel bon sens issu d’une longue expérience ! Continuez !

  16. un prof déconnecté du réel qu’il laisse sa place , il est la pour l’ instruction et pas pour l’éducation chacun sa place .encore un prétentieux de gauche qui a un devoir de civilisation ferrysien ,c’est du zemmour a l’envers son idéologie .qu’il sort de son carcans idéologique avant de dire qu’il comprends ces jeunes , il est psychologue , sociologue , anthropologue non c’est un petit prof de français voltairien , de la part d’une ancienne racaille islamo terroriste , c’est cadeau

    http://www.dailymotion.com/video/xqvbal_le-devoir-de-civilisation-des-races-superieures-jules-ferry-1885_news
    http://abolitions.free.fr/spip.php?article11

  17. Bonjour à tous, en tant qu’instit , je peux aussi témoigner que dans les quartiers dits”sensibles”, (on ne sait plus comment les appeler) , avec des élèves en très grande majorité musulmane , on se retrouve avec des cas que vous auriez du mal à imaginer .
    A l’école de Lancelot Privas, cm2 , il me fallait une bonne heure le matin avant que la classe ait pu prendre son cahier du jour , un stylo et écrit la date . Un élève refusait carrément de s’assoir . Je me faisais régulièrement insulter, et pire menacer . Le but était pour quelques uns d’interdire à la classe d’apprendre quoi que ce soit .
    En sport c’était le même topo , aucune discipline, certains déclenchaient des bagarres quand leur équipe perdait . Les garçons ne voulaient pas que les filles jouent avec eux , car trop faibles …Il y avait un “Pierre” dans la classe un roux, personne ne voulait jouer avec lui à la récréation , il était traité de Blanco . Dans la salle informatique c’était pire , des élèves crachaient sur les claviers régulièrement , ou y coinçaient des chewing-gum .
    Quelques filles, en classe me regardaient d’un air navré, elles auraient bien voulu apprendre quelque chose .
    Le directeur , les collègues et même l’Inspecteur me disaient , “Essaie d’arriver à 16h30 sans trop de dégâts , et de tenir quelques mois” …
    Mon premier poste à la Voulte sur Rhône ,” les Cités” je remplace le directeur absent cm1-cm2…Classe isoléé (pas de collègue).
    Dictée à 9 heures , j’entends au fond de la classe après avoir recopié le texte au tableau “Encore un texte qui pue !”
    Amed se lève et m’invective , il ne voulait pas faire une telle dictée puante (?)
    Gros bordel dans la classe jusqu’à la récré ,pas de dictée possible. Alors pour calmer tout le monde, je leurs dit que l’on va aller faire sport sur les sentiers au bord du Rhône après la récré .On rentre, pas d’Amed, toute la classe le cherchait , il s’était enfermé dans les WC jusqu’à 11h30,impossible de l’en déloger . J’ai cru comprendre qu’il ne voulait pas que je “gagne la partie” en mettant le reste de la classe de mon côté avec la sortie!
    Début d’aprèm il s’était réfugié dans une petite pièce à côté de la classe et m’attendait avec une batte de base ball . J’ai du le maîtriser , non sans avoir pris quelques coups …(11 ans le gamin). Puis il s’est enfui de l’école , sans que je puisse physiquement l’en empêcher ..J’ai prévenu la gendarmerie ..
    Il y a eu dans ma carrière bien d’autres moments heureusement beaucoup plus agréables , mais très souvent avec les petits musulmans ça ne cadrait pas , mais pas du tout . J’ai cherché longtemps une explication , en attendant je me disais que je n’aimerais pas recroiser dans la rue un de ces sauvageons, rétifs à toute autorité . ! Je sais qu ‘un tas de psy vont trouver une explication , voire des excuses à ces comportements , mais il semble qu’au final , il n’ y ait que la religion radicale qui puisse les dompter , avec les conséquences que l’on voit actuellement dans les attentats de Paris . Contrairement à Charlie Hebdo, il semble que ce coup ci , ces enfants perdus semblent dénoncer la barbarie qui leurs semblait excusable, voire normale contre Charlie Hebdo . Je ne sais si c’est une bonne nouvelle , un “électro choc” pour eux , peut être , on peut le souhaiter .
    En attendant il faut bien voir que l’Islam n’est ni plus ni moins qu’une secte, on bourre le crâne des enfants très tôt , impossible alors de se défaire de cette idéologie moyenâgeuse , d’autant que l’apostat peut être sanctionné par une Fatwa , ou pire la peur bleue d’un châtiment divin !! Je ne parle pas du statut des femmes musulmanes , ni des homosexuels condamnés à mort dans certains pays musulmans . Il y a aussi l’Oumma qui , de fait , donne pratiquement le droit à un musulman de tuer des mécréants qui auraient osé tuer un membre de sa communauté .Ce qui explique en partie les tueries de Paris de nov 2015. Les mécréants étant le peuple français.
    Moi j’appelle ça une secte ; le musulman de base modéré ( évidemment pas dangereux, bon citoyen , connu pour être bienveillant , accueillant , avec ce sens de l’hospitalité propre à cette religion.. ..), ne peut apparemment s’en rendre compte seul , il faudrait l’aider , mais comment ? Comment expliquer que nombre de (très) jeunes arabes musulmans soient ingérables ? Quant au musulman radical , si de plus il revient d’un stage en Syrie ..

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les vraies raisons de la baisse de fréquentation du Louvre-Lens

Baisse de fréquentation, impacts économiques limités sur le Lensois, DailyNord a enquêté sur le Louvre-Lens. Une enquête en trois volets à consommer sans modération.

Comment le Conseil régional compte affaiblir les associations écologistes

Baisse de subventions ou coupures sans préavis, DailyNord révèle comment le Conseil régional des Hauts-de-France a l'intention d'affaiblir les associations qui gravitent autour de l'écologie et de l'environnement. Retrouvez notre enquête.

Pour ne plus jamais louper un excellent article de DailyNord

L’unique et le seul dictionnaire officiel du Nord – Pas-de-Calais

Retrouvez toutes les définitions du Petit dico décalé du Nord - Pas-de-Calais

Les livres avec Eulalie

Mais qu’est-ce que vous êtes en train de lire ?

>>> Découvrez le DailyProjet

Partenaire