RÉPONDEZ-NOUS M. LE MAIRE

Réflexions Par | 08H45 | 08 décembre 2014

Guillaume Delbar, Roubaix : « On passe d’élu d’opposition à la gestion d’une ville de plus de 2 000 agents »

On l’avait interviewé en octobre 2013 dans le cadre de notre série sur les challengers des municipales. En mars, nous avions choisi – avec un nez propre aux grands journalistes d’investigation que nous sommes – de le suivre lors de l’après-midi du second tour qui l’avait consacrée maire de Roubaix, deuxième ville de la région, de justesse. Quelques mois plus tard, alors que nous interrogeons les principaux nouveaux maires de la région, retour avec Guillaume Delbar sur son élection, sa découverte de la fonction de maire, ses premiers dossiers, l’axe Roubaix-Tourcoing, etc. Sans oublier son positionnement pour les futures régionales où le quadragénaire entend jouer un rôle plus que concret en tant que l’un des leaders de la jeune garde de droite.

Retrouvez sur cette page les interviews de Patrice Vergriete (Dunkerque), Olivier Gacquerre (Béthune), Frédéric Chéreau (Douai), Arnaud Decagny (Maubeuge), etc.

Guillaume Delbar9

Guillaume Delbar, maire de Roubaix. Ici, dans un restaurant lillois, avant un rendez-vous à LMCU, où il occupe une vice-présidence depuis le printemps. Photo : Stéphane Dubromel.

DailyNord : Le 30 mars dans l’après-midi, vous êtes un candidat parmi tant d’autres. Le soir, vous êtes à la tête de la deuxième ville de la région. Que retenez-vous de ce moment et plus généralement de la fonction de maire au quotidien ?

Guillaume Delbar : Je pense que vous l’avez bien vu lorsque vous m’avez suivi ce jour-là. Une fois les résultats prononcés, vous êtes entraîné dans une sorte de tourbillon. Autour de vous, dès ce soir-là, il y a de multiples sollicitations, de gens d’ailleurs parfois pas les plus actifs pendant la campagne. Il y a eu aussi les délégations à gérer dans la foulée, un rendez-vous sur le Campus Gare décisif devant la commission sécurité dès le mercredi suivant l’élection en tant que maire. Heureusement, c’était un dossier que je connaissais comme conseiller municipal, mais il y avait intérêt ne pas se planter : si vous êtes mauvais, ça ne passe pas. On passe d’élu d’opposition à la gestion d’une ville de plus de 2 000 agents (2 150, CCAS compris), donc oui, tout change… Les sollicitations, les urgences à gérer, le fait de ne pas se laisser déborder justement par les urgences pour gérer la ville au long cours… Il n’y a jamais de temps mort. Enfin, pour moi qui était consultant indépendant, confier mon agenda a été une expérience étrange !

“Une équipe neuve nécessite de la pédagogie, des calages, un temps d’apprentissage”

DailyNord : Vous évoquez les délégations. Vous aviez fait le choix de ne pas « distribuer les postes » avant d’être élu. Résultat, en quelques mois, vous avez déjà écarté une adjointe, Sylvane Verdonck

Guillaume Delbar : C’est un choix. Quand vous avez une équipe très nouvelle, vous avez des découvertes. On ne pouvait pas continuer comme ça avec cette adjointe, il fallait que j’assume mon choix de dire stop. Vu les enjeux à Roubaix, c’était indispensable. C’est en effet le problème de ne pas distribuer les postes avant.

DailyNord : Une grande partie de votre majorité découvre d’ailleurs l’exercice politique. Est-ce compliqué à gérer ?

Guillaume Delbar : C’est une équipe neuve, les deux tiers viennent du privé. Beaucoup n’étaient pas cartés politiquement, 32 sur 36 n’avaient jamais été élus. Je ne le vois pas comme un désavantage. C’est une formidable opportunité pour changer les méthodes politiques. Mais ça nécessite de la pédagogie, des calages plus souvent, un temps d’apprentissage, avec cette difficulté qu’il faut toujours être très rapide à Roubaix. Il faut faire comprendre à chacun son rôle. Les adjoints sont là pour impulser et travailler avec les services et leurs directions respectives. A refaire, je procéderais encore de la même façon.

“L’arrogance du PS l’a perdu”

DailyNord : Avec le recul, c’est Guillaume Delbar qui a gagné ou le PS qui a perdu tout seul avec ses divisions ?

Guillaume Delbar : L’arrogance du PS l’a perdu. La liste sortante croyait l’emporter facilement, quinze jours avant, certains me disaient encore : « On sera largement en tête au premier tour ». Si la liste Dubois et la liste Renard fusionnaient, c’était plus dur. Mais ça aussi, je vous l’avais dit : j’étais persuadé de gagner, sinon, ça ne servait à rien de se lever pour faire campagne. Alors, dix-huit mois avant, nous avions déjà défini les priorités et pendant que le PS se déchirait, nous avancions. Maintenant, pour en revenir à votre question, je suis aussi d’accord avec les maires qui me disent que le premier mandat, on le gagne aussi parce que les adversaires perdent. La prochaine fois, ce sera autre chose !

DailyNord : Revenons sur la tentative de parachutage de Frédéric Salat-Baroux, ancien secrétaire général de l’Elysée sous Jacques Chirac, qui est venu “étudier le terrain” en 2013…

Guillaume Delbar : Je lui ai dit : je ne vois pas ce que vous apportez. Déjà Salima Saa, protégée de Sarkozy, avait tenté de s’implanter pour les législatives de 2012 en me proposant de la soutenir contre son propre soutien aux municipales ensuite… Autant d’hypothèses de ceux qui accompagnent le mouvement mais qui ne l’organisent pas. Les deux problèmes ont été vite réglés (*).

Lille Métropole : “Damien Castelain n’est pas une marionnette !”

DailyNord : Quelques dossiers roubaisiens avancent concrètement. Mardi, vous avez planté un arbre au parc Barbieux, dont la rénovation semblait compromise…

Guillaume Delbar : C’est la première pierre, c’est une bonne chose. Nous entamons la première phase d’un dossier bloqué parce que Martine Aubry n’en voulait pas et qu’elle a toujours considéré Roubaix comme une ville de banlieue. La première tranche de travaux est enfin possible parce que la communauté urbaine a voté le financement cet automne (950 000 euros, les travaux de la phase 1 se chiffrent à trois millions d’euros hors taxe, Ndlr). Cela concerne l’aménagement d’un parking, la réfection d’allées, de berges, de bassins, etc.

DailyNord : La gouvernance actuelle de LMCU, où vous êtes vice-président, vous convient-elle ?

Guillaume Delbar : Oui. Damien Castelain n’est pas la marionnette de Martine Aubry et on a une vraie logique de groupe. Il a bien compris aussi que sa place était due aux deux-trois grandes villes qui ont basculé et qui arrivent avec des voix. Damien Castelain a toute ma confiance.

DailyNord : Autre dossier roubaisien, Blanchemaille…le projet de reconversion en grand pôle numérique et de commerce en ligne…

Guillaume Delbar : Nous avons pris ce sujet à bras le corps dans la campagne. Il y avait une opportunité de réagir. Nous voulions en faire un élément de dynamique de territoire, travailler autour de l’écosystème. Il ne s’agit pas seulement d’un projet immobilier roubaisien de 40 000 mètres carrés. Mais c’est comme la zone de l’Union avec Kipsta qui s’installe en mars : on s’appuie sur des acteurs économiques qui peuvent porter le territoire. Quand on me dit que le pari du numérique n’apporte rien à Roubaix, ce n’est pas vrai. Déjà, il y a des diplômés à Roubaix. Ensuite, le tissu économique crée d’autres emplois, des commerces. Quand une entreprise part, les commerces ferment. Et les élus doivent être capables aussi, je pense, de répondre à la vitesse des start-ups et de l’économie, et ne pas subir.

Guillaume Delbar2

Guillaume Delbar le reconnaît : une équipe inexpérimentée en termes de mandats politiques nécessite plus de calages, d’explications. Mais il referait de la même façon. Photo : Stéphane Dubromel.

“On n’a pas été élu sur de grandes annonces avec des projets pharaoniques, ce qui permet d’avoir une certaine sérénité”

DailyNord : Où en est le dossier de la Piscine, le musée de la ville ?

Guillaume Delbar : Dès que c’est financé, on l’annonce. Soit la méthode inverse de l’ancienne municipalité. Pour la Piscine, on en est au tour de table. Il faut sept millions d’euros, plus 500 à 600 000 euros de fonctionnement. Un des vrais enjeux, c’est de mettre LMCU dans la boucle, je n’ai pas de cassette à Roubaix pour financer tout seul ce musée dont je ne doute pas de l’intérêt communautaire. Donc, soit on a le tour de table, on est capable de le dire de le faire, soit on n’a pas d’argent, on ne le fait pas. La Ville peut pas porter toute seule un musée de cette ampleur. Les gens le comprennent bien d’ailleurs. On n’a pas été élu sur de grandes annonces avec des projets pharaoniques, ce qui permet d’avoir une certaine sérénité.

DailyNord : Il y a quelques semaines, le chef de file du FN roubaisien a proposé de transformer une église en mosquée… Qu’en pense le maire ?

Guillaume Delbar : Il s’est fait taper sur les doigts parce qu’il a proposé ça tout seul. Il n’y connaît rien. Quant à sa défense pour dire que la mairie donnait un terrain pour la construction d’une mosquée, c’est bien entendu faux (plus d’infos par là).

DailyNord : La propreté était l’un aussi de vos axes de campagne. Alors, nous ne sommes pas tous les jours à Roubaix, mais de ce que l’on peut observer sur les réseaux sociaux, ce n’est pas encore tout à fait ça…

Guillaume Delbar : On a découvert en arrivant que l’une des associations en charge de la propreté était à la dérive en terme de gouvernance et que l’on ne peut pas continuer comme ça. Nous sommes en train de lancer de nouveaux appels d’offre. A partir de mars 2015, tout sera en place.

DailyNord : Enfin, vous aviez promis de baisser la taxe d’habitation de 20%…

Guillaume Delbar : Contrairement à d’autres candidats qui ont annoncé des baisses immédiates, nous avons toujours dit que nous le ferions vers la fin du mandat. Nous travaillons dessus actuellement pour être dans nos objectifs au moment venu.

Régionales : “je serai sur la liste”

DailyNord : En septembre, vous avez signé une tribune avec plusieurs jeunes élus de droite pour la fusion Nord – Pas-de-Calais/Picardie. Qu’est ce que cela cache ?

Guillaume Delbar : Qu’est-ce que cela ne cache pas surtout ! Cela veut dire qu’on ne se laissera pas faire pour les régionales, nous en avons encore discuté lundi dernier ensemble. Il y a une vraie possibilité d’alternance, mais il faut démarrer la campagne très tôt, faire une campagne longue, optimiste, positive, en regardant le bon côté de la fusion, en libérant les forces vives des deux régions. Et surtout éviter le mépris affiché par Martine Aubry vis-à-vis des Picards. Il y a un vrai renouveau, une alternative à proposer loin du “tout va mal” du FN et des guerres intestines à gauche. La dynamique des municipales de cette année est une base importante, une vraie chance pour ces régionales.

DailyNord : Où serez-vous durant cette campagne ?

Guillaume Delbar : Pendant les régionales, je serai actif. Il y a de nombreux sujets qui concernent Roubaix et la région, nous ne pouvons pas la laisser tomber entre les mains de Marine Le Pen et du FN. Je ne me vois pas négocier demain entre Roubaix et une région FN. Encore une fois, nous sommes d’abord en train de constituer une équipe qui va dans le même sens, portée notamment par ces maires qui ont gagné les municipales et présentent un nouveau visage. Si nous faisons du bon boulot dans nos villes respectives, les électeurs participeront et feront leurs choix. Donc, la vraie priorité actuellement, ce n’est pas à commencer à distribuer les postes, mais de débattre, de proposer des idées.

DailyNord : Serez-vous tête de liste ?

Guillaume Delbar : Encore une fois, on verra. Je ne suis pas candidat, mais je serai sur la liste.

DailyNord : Une fusion avec le PS est-elle possible comme le prône Jean-René Lecerf ?

Guillaume Delbar : Je suis en désaccord avec lui sur cette idée. On ne va pas entrer en campagne en annonçant qu’on va se mettre d’accord avec les gens qui sont aux manettes depuis des années.

DailyNord : Ça veut dire qu’entre les deux tours…

Guillaume Delbar : Ça veut juste dire qu’il faut être les premiers.

A lire ou relire sur DailyNord

Les interviews “Répondez-nous M. le nouveau maire” :

Frédéric Chéreau, Douai : «Les disputes stériles ne servent à rien quand le territoire est en jeu »

Olivier Gacquerre, Béthune : “Je suis partisan d’une stratégie avec le Douaisis, l’Arrageois et le Lensois”

Patrice Vergriete, Dunkerque : “Je suis un animateur qui mobilise les ressources”

Arnaud Decagny, Maubeuge : “la ville est une entreprise”

A propos de Roubaix, des régionales :

Guillaume Delbar, candidat UMP à Roubaix : “un maire ne représente pas un parti politique”

On a passé le dimanche après-midi avec le candidat Delbar devenu maire de Roubaix

Nord : La droite à l’heure de la recomposition

Les nouveaux maires UDI/UMP pour une région Hauts de France. Et vous ?

Après Béthune, la voiture revient aussi sur la Grand’Place de Roubaix

Présidentielles 2012 : “Si Borloo avait franchi le pas je serai un maire UDI à présent !”

DailyNord : L’éternelle rumeur Jean-Louis Borloo, vous en pensez quoi vous qui n’avez jamais caché votre sympathie pour l’ex-député et ministre ?

Guillaume Delbar : Ça a été un modèle. S’il avait franchi le pas sur les présidentielles, je serai un maire UDI aujourd’hui. S’il se présentait et je parle au niveau des signataires de la tribune, nous serions ravis de le soutenir. Il a une valeur ajoutée unique. C’est une hypothèse qu’on a en tête, mais rien ne dit qu’il ira.

DailyNord : Et Xavier Bertrand ?

Guillaume Delbar : Il faut qu’il dise clairement qu’il a envie.

 DailyNord : Le week-end dernier, Nicolas Sarkozy est redevenu président de l’UMP. On vous sait peu sarkolâtre…

Guillaume Delbar : Je n’ai pas participé à cette élection, parce que je pense qu’elle n’avait vraiment aucun intérêt. Je n’ai pas voté. Je vous avais déjà dit qu’un maire ne représentait pas un parti politique, c’est ma conviction. J’ai très peu de goût pour ces affaires partisanes. Idem pour l’UMP-Nord…

DailyNord : Ça veut dire que vous ne reprendrez pas votre carte à l’UMP ?

Guillaume Delbar : Il faudrait déjà savoir ce que ça va devenir… Honnêtement, je crois ne pas être allé à une réunion UMP depuis sept ou huit mois…

Roubaix et Tourcoing doivent avancer ensemble

DailyNord : Le maire voisin de Tourcoing, Gérald Darmanin, lui, s’est beaucoup affiché lors de cette campagne interne…

Guillaume Delbar : Je suis content pour lui en terme de visibilité, pour les possibilités que ça lui offre. Après, je trouve cet exercice de langue de bois à l’ancienne un peu obligé. Ça ne me conviendrait pas. Peut-être avec un candidat avec lequel je crois. Mais Gérald Darmanin a eu raison : sa notoriété a grimpé en flèche.

DailyNord : Comment travaillez-vous avec lui ? Y-a-t-il un axe Roubaix-Tourcoing ?

Guillaume Delbar : Nous sommes en contact permanent, et je pense que nos administrés sont ravis que nous nous entendions. Il n’y a pas de querelles de clochers, nous ne nous tirons pas dans les pattes comme à une certaine époque. La guéguerre entre Vandierendonck et Delannoy (les anciens maires de Roubaix et Tourcoing, Ndlr) pour l’implantation du centre des textiles innovants, par exemple, a été stérile. On bosse pour un intérêt commun pour deux villes, qui rappelons-le, pèsent presque autant que Lille. Le 15 décembre d’ailleurs, nos adjoints, qui se sont déjà vus individuellement, vont se rencontrer tous ensemble. C’est la première phase d’un conseil municipal commun, même si ça n’enlève rien au périmètre de la ville, car les bases communales restent. Mais sur de nombreux dossiers, nous devons avancer ensemble.

DailyNord : Un dernier mot sur la succession de Bernard Gérard à la tête de votre groupe à LMCU. Le nom de Florence Bariseau circule de plus en plus. Elle n’est pas maire pourtant. N’est-ce pas étrange ?

Guillaume Delbar : Au contraire, elle aura le temps d’animer le groupe. C’est notre candidate en effet. Personne ne veut pas devenir président de groupe pour avoir un titre de plus. Personnellement, j’ai déjà assez à faire. Le fait qu’il faut absolument que le président de groupe soit un maire est une vision à l’ancienne.

(*) NDLR : Frédéric Salat-Baroux pliera bagages et Salima Saa récoltera un maigre 13,17 % au premier tour sur la huitième circonscription où le socialiste dissident et maire de Wattrelos Dominique Baert conserve son siège contre le candidat EE-LV soutenu par le PS, Slimane Tir.

2 Commentaires

  1. Résumons, la ville de Roubaix, sous VDD a créé un fort beau musée mais il faut faire appel à LMCU pour boucler les fins de mois. Trop cher pour les finances communales. Pendant ce temps, se promener à Barbieux se revelait dangereux tellement les allées, les plantations et l’etang etaient negligés depuis des dizaines d’années. Constatons que le prestige gouverne les decisions des elus roubaisiens qui lancent des projets hors de prix comme le musée de la Piscine en tentant ensuite de refiler le bébé à LMCU ou decident des gens non elus directement elus par nous, càd hautement influençables.

    On constate là l’une des plus deplaisantes constantes des gestions municipales et communautaire : les très maigres investissements pour les espaces publics, là ou tout le monde passe tandis que LMCU finance un grand stade et donne des caramels à un million € pour la Coupe des Vices…

    Pour la ville de Roubaix, si les elus changent, la structure administrative reste en place. Ceci etant dit, il est dommage de constater qu’à peine élu, le maire actuel vise un 2e mandat au conseil regional . Le prurit du cumul des mandats les démange tous.

  2. Aux journalistes de Dailynord, je vous remercie pour cette série de rencontres avec les maires de nos grandes villes régionales. Ce sont des questions (et des réponses) sur le fond , ca change de l’actu style BFM ou people mag. Bien à vous

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les vraies raisons de la baisse de fréquentation du Louvre-Lens

Baisse de fréquentation, impacts économiques limités sur le Lensois, DailyNord a enquêté sur le Louvre-Lens. Une enquête en trois volets à consommer sans modération.

Comment le Conseil régional compte affaiblir les associations écologistes

Baisse de subventions ou coupures sans préavis, DailyNord révèle comment le Conseil régional des Hauts-de-France a l'intention d'affaiblir les associations qui gravitent autour de l'écologie et de l'environnement. Retrouvez notre enquête.

Pour ne plus jamais louper un excellent article de DailyNord

L’unique et le seul dictionnaire officiel du Nord – Pas-de-Calais

Retrouvez toutes les définitions du Petit dico décalé du Nord - Pas-de-Calais

Les livres avec Eulalie

Mais qu’est-ce que vous êtes en train de lire ?

>>> Découvrez le DailyProjet

Partenaire