REBOND

Réflexions Par | 09H00 | 22 novembre 2014

RC Lens-LOSC décentralisé : derby or not to be ?

L’affiche en 4×3 a inondé la région jusqu’en Belgique. Son slogan : « Match en Nord ». Sauf qu’on ne sait s’il s’annonce massif ou en toc. La glorieuse incertitude du sport. Et au cas où les Nordistes auraient oublié que ce duel fratricide s’avère comme le premier derby décentralisé… À moins qu’on ne tienne à assurer coûte que coûte une affluence correcte dans une enceinte distante de 200 km. D’une capacité de 80 000 spectateurs pour une rencontre qui, quoi qu’il arrive, opposera deux équipes (sauf cartons pleins auparavant, ce dont on doute par rapport à la santé actuelle des deux équipes) papillonnant entre la 10e et 20e place d’un championnat que le monde entier nous envie -tout le monde le sait. Séquence rebond par anticipation. Le problème est que nous ne savons pas si nous plongeons du bon côté de la conclusion à venir.  Et en espérant que le destin de ce match ne connaîtra pas le sort funeste du dernier derby en Coupe de France, Maubeuge-Valenciennes.

 

match-en-or

Détail de l’affiche du match en Nord… en région parisienne.

Première chose qui nous a titillé l’esprit : cette 17e journée de championnat ne comporte aucune affiche phare. Pas de classico, pas d’olympico, même pas un brasero entre deux équipes en pleine bourre. Non, le derby -il n’y en a pas d’autres non plus- du Nord est bien le seul à donner une touche d’épices, de ferveur, dans cette journée un peu mièvre. Et pourtant, le match du dimanche soir choisi par Canal + sera le gigantissime, l’explosif, l’incontournable… Marseille-Metz. Pour une affiche comme ça, les Chinois n’hésiteront pas à se lever quand les autres dorment encore pour suivre la rencontre de l’avant-match à l’after, c’est sûr. Oyez, oyez braves gens, ce derby de feu fera cesser toute activité en France le dimanche 7 décembre à 17h. Même les pensionnaires d’une maison de retraite pourront regarder le match avant d’aller se coucher. On brasse large. Ce qui n’aura pas d’effets sur le coût pour le spectateur nordiste qui aura fait le voyage. Le tarif médian du billet est de 40€  (le plus haut 65€, le plus bas 18€). Ce qui fait, hors covoiturage mais incluant essence, péage et restauration un coût moyen de 100€ par tête de pipe. La passion n’a pas de prix mais les fêtes de fin d’année seront proches. Pas la peine de faire un dessin ou de gérer une entreprise du CAC 40 pour capter ce détail conjoncturel.

L’A1 et deux, et trois zéro !

Aux passionnés et historiens de nous démontrer le contraire, ce duel Lenso-Lillois s’avère comme le premier match décentralisé dans l’histoire des derbys entre les deux clubs. Les supporters des deux camps emprunteront aussi pour la première fois la même (auto)route, en excluant la finale de la Coupe de France 1948. Même les absolus réfractaires au football, s’ils s’engagent dans l’A1, n’échapperont pas à l’événement. Qu’on aille voir sa grand-mère à Paris ou qu’on décide de faire le sens inverse pour se rendre au Louvre-Lens (ou à la Piscine de Roubaix,ça ne fera pas de jaloux) les aires de l’autoroute permettront de faire pisser Mirza sans appréhension tant les forces de sécurité développées sur cet axe s’annoncent d’ampleur.

Ce dépaysement va donc faire tourner frénétiquement les zéros au niveau de son coût, pour tout le monde. Entre louer la Licorne et le Stade de France c’est à peu près le même différentiel qu’une location d’une semaine au Crotoy et à Cannes en période estivale. Inutile d’enfoncer le clou s’agissant de la situation financière lensoise, juste que son défi est de ne plus s’échiner à annoncer mais de prouver, relevé de compte bancaire à l’appui (il semble que le RCL ait enfin trouvé un sursis). Mais bon, un temporaire sdf (sans domicile fixe) au SDF (Stade de France), ça fait ton sur ton. Et puis ce RCL aux abois et ce Losc qui n’arrive pas à crever le toit de ses limites financières ne peuvent supporter à eux seuls la responsabilité du passif abyssal d’un football professionnel français, passé débiteur en quelques mois de 39 à 200 millions d’euros et ça ne va pas s’arranger. Les dirigeants hurlent au poids des taxes qui plombent leurs budgets, pas l’UEFA qui a su contourner le problème à 360°, ce qui n’est pas étranger à l’attribution de l’Euro 2016 à la France (Libération). Et pendant que la FIFA s’embourbe avec des soupçons de corruption, le football français en fait de même avec des matches truqués. Les inconditionnels de foot sont près de s’ouvrir les veines, alors revenons au sujet initial. Ce dimanche 7 décembre à 17h, le coup d’envoi du « Match en Nord » aura pulvérisé les frontières de notre région, fusion avec la Picardie inclue. Dans la plus grande bâtisse que le sport français possède, dans l’indifférence de la nuit parisienne, sans le moindre beffroi à l’horizon, snif ! Vu le prix que coûtera ce derby, il faut simplement souhaiter que tout le monde en ait pour son argent. Le tout est qu’il n’y ait pas tromperie sur la marchandise.

4 Commentaires

  1. “Que tout le monde en ait pour son argent” ? Curieuse conclusion sur l’arnaque constante du foot business dont le seul but est de se faire financer les stades par des fonds publics pour garder le max de cash pour des operations de mercato autrement plus rentables. La ville de Lens est toujours saignée à blanc par ses depenses pour le stade Bollaert même si grâce au precedent maire, elle a pu refiler la patate chaude à l’agglo.

  2. @ Odeladeule. Si vous prenez la moindre expression au pied de la lettre on ne s’en sort plus. Sauf erreur “en avoir pour son argent” est rentré dans le discours commun. Je vous dis ça pour le jour où j’écrirai “qu’il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué” ce qui ne serait en aucun cas un défi lancé aux chasseurs de plantigrades (ils sont peu nombreux dans la région c’est vrai, les plantigrades).
    Cordialement

  3. ah ! le premier derby décentralisé c’est du foot, je croyais que c’était du tennis : la finale de la coupe Davis à Villeneuve-d’Ascq : natifs Suisses vs résidents Suisses 🙂

  4. C’est clair que le Stade de France sera loin d’être rempli. Déjà pour le match contre le PSG, c’était compliqué, alors là, pour un match entre 2 équipes moribondes, il n’y aura pas foule.
    A moins que certains Parisiens soient sensibles à un karaoké géant autour de l’oeuvre de Pierre Bachelet mais j’ai comme un doute.

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Abonnez-vous à notre newsletter

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie

Contacter la rédaction

Ça se passe par là