SURPRISE, SURPRISE

Réflexions Par | 21H09 | 15 novembre 2014

Lamy d’Aubry : parachutage, joker ou recyclage ?

C’est la surprise du chef : François Lamy, ex-Ministre de la Ville, catalogué frondeur, et proche de Martine Aubry, s’installe à Lille. Une annonce officialisée ce samedi matin sans que l’on sache très bien quel peut être le rôle du député… de l’Essonne. Décryptage.

François_Lamy

François Lamy, nouveau Lillois. Mais pour quoi faire ? Photo : Matthieu Riegler, sur Commons Wikimedias.

Le secret avait été bien gardé. Mais l’irruption de François Lamy dans le champ politique de la métropole lilloise peut surprendre- il a quitté dans une relative discrétion le conseil municipal de Palaiseau où il siégeait dans l’opposition. Première observation : le parallèle avec Jack Lang est frappant. L’ancien ministre de la culture s’était installé en 2002 député sur la Côte d’Opale en lieu et place de Dominique Dupilet qui préférait les responsabilités locales et avec la bénédiction des autorités fédérales socialistes et se retrouva propulsé vice-président du conseil régional deux ans plus tard. En 2012, le sémillant D’jack plia bagages. Sans avoir laissé de traces indélébiles de son passage. Le professionnalisme en politique se porte bien.

Le grand écart politique… les électeurs apprécieront

Certes, l’ancien maire de Palaiseau, dont la liste a été battue en mars dernier, et qui a choisi de ne pas rester au gouvernement tout en soignant son profil de gauche frondeuse, est en mal de mandat. Il reste député de l’Essonne mais sa circonscription est sans doute menacée pour les prochaines législatives de 2017. Pas évident à gérer qu’un tel grand écart, même avec le TGV. Autant dire qu’il aurait déjà tiré un trait sur son fief (à mi-mandat, ses électeurs apprécieront). La solution de repli reste ainsi le giron de son mentor. Et la maire de Lille qui a annoncé que son troisième mandat serait le dernier doit nourrir un plan qui ne désavoue pas son camp et préserve l’avenir. La succession de celle qui a pris la suite de Pierre Mauroy est-elle déjà réglée de son point de vue ? Peut-être pas.

Car d’autres hypothèses peuvent jouer. On rappellera que l’exfiltration de Patrick Kanner au gouvernement Valls – au maroquin de la Ville, comme François Lamy il y a encore peu – n’avait pas plu à Martine Aubry qui aurait bien voulu garder en réserve le président socialiste du conseil général du Nord d’alors, un homme qui tenait l’établissement et qui avait quelques chances pour le garder à gauche. On y a vu la main de François Hollande lui-même, presque un casus belli entre elle et lui. Dès lors, Martine Aubry, qui ne laisse jamais échapper une occasion de répliquer, a ourdi la réponse de la bergère au berger. Un peu comme si elle dirigeait encore le PS, orientait les carrières et distribuait les investitures*. On est curieux d’entendre la réaction d’un Jean-Christophe Cambadélis, le premier secrétaire de la Rue-de-Solférino ! ” Une chance pour Lille, pour le nord, pour la région“, s’est félicité Martine Aubry en présentant celui qui apparaît comme une sorte de joker. Comme trois cartes à jouer : la mairie de Lille, donc la succession de Titine de Fer, le département et la région ! A moins que ce ne soit pour les prochaines législatives ?

Quand Martine Aubry était parachutée à Lille

En 1994, Martine Aubry ex-ministre parée de toutes les vertus était apparue sur la scène nordiste en guest star à l’occasion d’une cantonale perdue par un certain Patrick Kanner. Ainsi présentée aux troupes socialistes par le maire Pierre Mauroy qui cherchait et trouva la martingale idéale pour conjurer le sort funeste d’une défaite à Lille l’année suivante. En 2001, elle s’asseyait dans le fauteuil de Pierre Mauroy. Aujourd’hui, la maire de Lille intronise François Lamy, désavoué par ses électeurs et qui se cherche un nouveau souffle. L’histoire se répète presque. Repassera-t-elle les plats ?

Mairie de Lille, Département du Nord, Région Nord – Pas-de-Calais ?

La mairie de Lille. François Lamy ne passerait donc pas par la case premier adjoint comme Martine l’avait fait avec Pierre Mauroy. Oui mais c’était avec Pierre Mauroy. Avec Martine Aubry, les choses s’accélèrent forcément. Elle sait que l’opposition lilloise sera privée d’un sénateur Jean-René Lecerf, son contradicteur cette année, qui nourrit quelque espoir pour le département, justement, cumul oblige. Mais si celui-ci l’emporte, il serait un gros caillou pour la maire de Lille…François Lamy devrait alors s’imposer dans le landerneau socialiste lillois. A priori d’ici 2020, ce qui ne sera pas une mince affaire… sans avoir de mandat au sein du conseil municipal

Le conseil départemental du Nord. François Lamy, ainsi jaugé “homme neuf”, pourrait-il emmener la gauche et faire échec à la droite (Jean-René Lecerf, sénateur UMP règle en ce moment la liste des candidat(e)s)? Et succéder à Patrick Kanner qui lui a succédé à la Ville ! Il s’agirait et ce n’est pas une mission impossible, de réserver un canton à Lamy d’Aubry. C’est Didier Manier qui doit être content, lui qui assurerait alors une sorte d’intérim de quelques mois que d’être ainsi supplanté. On peut certes imaginer un accord intéressant les deux hommes dans une élection où les modalités changent profondément, scrutin binominal, parité H/F et cantons redécoupés. Y compris dans la durée, du genre chassé-croisé à mi-mandat, l’un cédant sa place contre un autre mandat. Régionales et sénatoriales se profilent à l’horizon 2015 et 2017. De quoi faire son marché.

Régionales. Le bras droit de Martine Aubry, Pierre de Saintignon, candidat jusqu’à présent du PS mais rien n’est encore gravé dans le marbre, le dit lui-même et souhaite que “François” donne un coup de main pour les régionales. On le croit sur parole car la gauche en aura besoin. On ne reviendra pas sur les aléas et incertitudes du grand choc des régionales. Marine Le Pen pour le Front national (ou pas), un poids lourd à droite, une grande région de six millions d’habitants…autant un Jack Lang pour les régionales de 2004 servait d’appoint, car la gauche et Daniel Percheron étaient favoris, autant, pour celles de l’année prochaine, il faut un atout-maître et limiter les risques. A l’émission La Voix est libre sur France 3 ce jour, Yann Capet, le premier fédéral du Pas de Calais l’a affirmé : les militants trancheront. Les voilà avec, peut-être, une option de plus.

Législatives. Et Bernard Roman ? Le député PS de Lille ne s’est pas encore clairement prononcé quant ses projets pour l’après 2017. Il laisse entendre à mi-voix qu’il souhaite prendre du champ. Voilà encore une piste pour le bras droit politique de Martine Aubry, qui, en cas de victoire – et ce n’est jamais évident – occuperait une position idéale avec vue directe sur l’hôtel de ville. Idem avec la circonscription d’Yves Durand, l’ancien maire de Lomme (Lomme-Armentières). Mais les actuels titulaires devront préparer un successeur qui leur sera alors imposé. Pas évident. De toute façon, de tels fiefs exciteront les convoitises de beaucoup.

* Doit-on y voir les prémices de nouvelles tensions au sein de la “vieille maison” de Léon Blum ? Depuis le temps que l’on pronostique l’éclatement du PS…mais l’année qui vient s’annonce si désastreuse pour les pouvoirs socialistes locaux et autre baronnies. qu’une remise à plat s’imposera nécessairement. On note que le prochain congrès du PS est prévu pour juin prochain. Martine Aubry assure mordicus ne pas être candidate au poste de premier secrétaire – pour l’heure, le microcosme réchauffe le nom de Benoît Hamon, un peu comme pour conjurer la menace d’une troisième gauche signée Manuel Valls. Mais elle se conduit comme si elle l’était. Et si François Lamy était son candidat pour le poste de premier des socialistes et remplacer un Cambadélis jugé trop proche de l’exécutif Hollande/Valls ? Le champion de Martine Aubry, qui connaît le PS dans ses moindres recoins, devrait alors se présenter en juin prochain aux suffrages militants nanti d’une victoire électorale. Et l’idée des départementales resurgit.

1 Commentaire

  1. Le parachutage, ce n’est pas nouveau et ce n’est pas forcément une insulte faite aux électeurs.

    Mais quand on est élu quelque part et qu’on décide un jour d’abandonner ses responsabilités en plein mandat, sans renoncer aux avantages de sa fonction, pour aller voir ailleurs si c’est mieux pour sa propre carrière en prétendant venir “militer”, c’est vraiment le summum du cynisme et du mépris des citoyens.

    “Militer” alors qu’on a déjà un mandat à l’Assemblée et des moyens pour agir… Quelle comédie.

    En plus, qui est ce Lamy ? Aubry en 94 était déjà connue et reconnue, un espoir pour la gauche d’alors, quand ce monsieur n’est connu pour rien d’autre que sa proximité avec Aubry, malgré une carrière politique déjà riche.

    Les Lillois et les Nordistes doivent lui signifier qu’ils ne lui accordent aucune confiance pour les représenter (même si bien sûr la patronne l’imposera sur une liste ou une autre).

    Des magouilles d’arrière-cuisine politique et le souci de la trajectoire personnelle des copains, c’est donc à cela qu’on passe son temps au PS, au détriment visible de la gestion de nos collectivités.

    Seront-ils un jour conscients du mal qu’ils font à la démocratie ? Oseront-ils nous jouer l’étonnement quand le FN les aura dépassés pour de bon ?

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Abonnez-vous à notre newsletter

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie

Contacter la rédaction

Ça se passe par là